France : Le gouvernement Valls II réussira-t-il là où les autres gouvernements de gauche ont échoué ?

29 août 2014

En cette rentrée 2014, les français retrouvent les réalités du pays. Pour celles et ceux qui ne s’en étaient pas aperçus, ils découvrent que la situation de la France a inexorablement continué à se dégrader cet été pour atteindre les bas fonds en cette fin août. A y regarder de plus prés, rien ne va plus. Pour preuve :

  • La croissance est nulle pour le deuxième trimestre consécutif ;
  • Les déficits publics devraient finalement dépasser les 4.3% du PIB à fin 2014, contre une prévision de 3.5% ;
  • la dette publique devrait approcher les 100% du PIB à fin 2014 ;
  • le chômage continue à augmenter fortement à 3.424 millions à fin juillet (10.1% de la population)….

On pourrait ainsi continuer la liste des mauvaises nouvelles concernant l’économie et les finances du pays.

Rappelons que M. Hollande annonce depuis 2012 la baisse du chômage alors qu’il n’a cessé d’augmenter. Si l’on comptabilise l’ensemble des catégories de sans emplois (A, B et C), le nombre réel de chômeurs (DOM compris), atteint les 5 386 600. Ce qui est considérable au regard des promesses du président de la République. A titre de comparaison, alors qu’en France le taux de chômage au sens du BIT était de 10.1% à fin juillet 2014 ; dans les principaux pays, il varie en 5% et 7% (6.3% aux USA, 5.2% en Allemagne, 6.6% en Grande Bretagne, 7% aux Pays-Bas, 4.9% en Autriche…).

Depuis mai 2012 et l’arrivée de François Hollande, la situation de la France n’a cessé de se dégrader à l’instar des opinions favorables le concernant qui ont atteint le plus bas niveau jamais atteint de 17%. Peut-on gouverner durablement et efficacement le pays lorsque 83% des français n’accordent aucune confiance au chef de l’Etat pour sortir le pays des difficultés actuelles.

C’est dans ce contexte économique, budgétaire et social qu’il a lui-même largement contribué à dégrader que M. Hollande a demandé à M. Valls, Premier ministre, de former un nouveau gouvernement. Il est vrai que le désordre et la cacophonie généralisée qui caractérisaient les gouvernements nommés depuis 2012 étaient peu propices à une bonne gouvernance. Exit donc les trublions de la gauche du parti socialiste : Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti ; place aux plus fidèles serviteurs de M. Hollande qui ne lui feront pas de l’ombre et appliqueront sa politique sans rechigner. Encore faut-il en avoir une et définir un cap clair !

Parmi les nouveaux ministres, un certain Emmanuel Macron, ancien banquier d’affaires et ancien conseiller du chef de l’Etat, nommé à la tête du ministère de l’économie et de l’industrie. Il faut croire qu’on manquait de candidats pour ce poste pour aller piocher dans la finance, à moins que ce ne soit un signal envoyé à l’aile gauche du PS pour lui signifier un véritable changement de cap dans la politique économique. Il n’en reste pas moins amusant de constater que le même Hollande qui avait violemment fustigé le monde de la finance lors de son discours du Bourget en 2012, n’hésite plus aujourd’hui à faire appel à l’un de ses représentants pour épauler son gouvernement à la dérive. Le monde de la finance serait-il redevenu fréquentable ?

Que de reniements et de changements de caps depuis la campagne présidentielle. On comprend mieux le fort mécontentement d’une partie de l’électorat de gauche trahi par Hollande en personne. Il paraît que ce nouveau gouvernement entend se placer sous le signe du social-libéralisme ; pourquoi pas, mais le plus important est le résultat. Voilà qui ne va pas manquer d’enchanter certains parlementaires de la gauche radicale !

Pas sûr, dans ces conditions, que le nouveau gouvernement trouve une majorité socialiste pour le soutenir. Osera-t-il engager la responsabilité de son gouvernement et poser la question de confiance devant l’Assemblée Nationale ?

Au fait, pourquoi avoir attendu 30 mois pour changer de politique si la précédente n’était pas bonne puisque cela fait maintenant plus de deux ans que les résultats de la France sont purement et simplement désastreux ? Pas sûr que les socialistes eux-mêmes aient la réponse !

Lors que 1er Conseil des ministres du gouvernement Valls II, M. Hollande a déclaré : « La mission du gouvernement sera de répondre aux préoccupations des Français – emploi, logement, sécurité, services publics – mais aussi la réduction des déficits qui doit être compatible avec la croissance« . Il serait temps ! Les français vont-ils longtemps continuer à croire ce type de promesse ?

Après tant de duperies et d’incompétence, ces gesticulations médiatiques ont peu de chance de participer au rétablissement de la confiance des français dans ce nouveau gouvernement socialiste.

D’ailleurs du côté de nos amis allemands, l’inquiétude subsiste. Le président de la commission aux affaires européennes du Bundestag, Gunther Krichbaum se veut réaliste : « Les problèmes de la France ne disparaitront pas avec le changement d’équipe gouvernementaleLa France doit se réformer, non pas pour faire plaisir à Berlin ou à Bruxelles, mais pour son propre intérêt.» Et de rappeler certaines réalités à l’origine de la grave crise de confiance envers le chef de l’Etat français : « Le problème reste que le président Hollande a fait beaucoup de promesses durant sa campagne, suscité beaucoup d’attentes et provoqué beaucoup de déceptions. »

Le gouvernement Valls II tiendra-t-il ses promesses et réussira-t-il à rassembler une majorité de socialiste qui lui permette de gouverner durablement ou devra-t-on s’orienter vers une dissolution de l’Assemblée nationale ? Verdict dans les prochains mois. En attendant, la France est aujourd’hui très fragilisée et apparaît clairement comme l’enfant malade de l’Europe. Un bien triste bilan pour M. Hollande : en moins de 30 mois, il a réussi à mettre la France au tapis et paraît aujourd’hui incapable de la relever.

Une bien difficile fin d’année 2014 en perspective pour les français…

Publicités

France : une rentrée 2014 franchement morose, voire déprimante

25 août 2014

Les conditions météorologiques exécrables qui sévissent depuis le début de l’été sur l’Hexagone ont largement déprimé les français qui ont vu leurs congés bridés par le manque de soleil, lorsqu’ils n’ont pas été carrément gâchés par le froid et la pluie continue qui ont sévi dans la plupart des régions du pays. Qui peut aujourd’hui contester qu’un véritable changement climatique est en cours ?

Rarement depuis longtemps les conditions météorologiques n’ont été aussi mauvaises au cours de l’été. Alors que le début d’année n’avait guère été favorable, chacun attendait avec impatience les congés d’été pour se refaire une santé et pouvoir terminer l’année en bonnes conditions, au moins psychologiquement parlant. C’est toujours bon pour le moral de profiter de 3 semaines de beaux temps, surtout lorsque se présente une rentrée que chacun s’attend pour le moins difficile.

Hélas, en ce 26 août 2014, les problèmes de la rentrée n’ont jamais été aussi présents et sont même accentués par un début de crise politique.

Les français entament donc cette rentrée dans les pires conditions depuis longtemps. Avant même que la rentrée n’ait eu lieu, le moral des français est déjà au plus bas depuis de longues années. A cela, il faut ajouter une série de problèmes auxquels va devoir faire face non pays. Cette fois-ci, il ne pourra éviter les profondes réformes nécessitées par la mauvaise conjoncture économique et sociale qui s’est amplifiée ces derniers mois en France.

La France au cœur de la plus grande dépression depuis la guerre :

  • croissance zéro en 2014 pour le deuxième trimestre consécutif ;
  • dérapage des déficits publics qui risquent de dépasser les 4,3% du PIB à fin 2014, contre une prévision de 3.5% ;
  • la dette publique devrait atteindre 100% du PIB à fin 2014 ;
  • dérapage du niveau des dépenses publiques qui atteignent 57% en 2014, contre 52% en 2010 et 46% en moyenne dans l’Union européenne ;
  • augmentation continue du nombre de chômeurs ;
  • poursuite des licenciements économiques ;
  • persistance du déficit du commerce extérieur ;
  • baisse globale du pouvoir d’achat des ménages ;
  • poursuite de l’augmentation des impôts pour les classes moyennes…

Voilà le triste bilan de 30 mois de gestion par les socialistes français.

Dans ce contexte, difficile pour les français d’être optimistes, d’autant que la majorité d’entre-eux a aujourd’hui la conviction qu’il n’y a pas de véritable pilote dans l’avion France et que le pays vole à vue, au gré des vents, sans véritable cap n’en déplaise à M. Hollande. Rien de bien rassurant !

Quelle confiance en effet accorder à un président qui ne recueille plus que 17% d’opinions favorables, un seuil et de loin, jamais atteint par un président français depuis 70 ans. A ce stade, c’est la crédibilité de la France, qui est en cause. A plus de mi-mandat, les français n’ont aucune lisibilité quant-à une éventuelle amélioration de la situation ; plus grave, selon certains économistes, le pire est à craindre dans les mois à venir. Ce manque de confiance, constitue un véritable handicap à la reprise de l’économie française.

La brusque démission du gouvernement de Manuel Walls en cette fin août, moins de 150 jours après son intronisation, vient rajouter à la confusion et à l’inquiétude chez les français qui ont l’impression que le pays est incapable de se réformer et sombre chaque jour un peu plus dans l’abime.

Devant tant de défis à relever, il ne reste plus qu’à espérer que le nouveau gouvernement finisse par redonner confiance aux français en menant une politique courageuse et cohérente qui rétablisse enfin l’autorité et la crédibilité de l’Etat. En aura-t-il les moyens ? A défaut, la France risque de se trouver confrontée à de graves difficultés politiques, économiques, budgétaires et sociales pour de longues années. Ce que personne ne peut souhaiter.