France : Les élections européennes confortent le président Emmanuel Macron à poursuivre les réformes

Une fois n’est pas coutume, les sondages se sont sensiblement trompés à l’occasion de ce scrutin européen de 2019. Probablement que les électeurs quelque peu irrités d’entendre que pour les médias, les jeux étaient faits d’avance, ont voulu montrer qu’eux seuls détenaient les clefs du scrutin comme en atteste l’un des meilleurs taux de participation à ce type d’élection. Au final, celui-ci s’est établi à 50.12% contre 42.43% en 2014.

En France, les résultats confirment la place centrale de LREM dans l’échiquier politique acquise en 2017

L’attention des médias s’est surtout portée sur le duel entre les listes conduites par Nathalie Loiseau (LREM, Modem, Agir) et Jordan Bardella (Rassemblement national). Cette polarisation a eu tendance à éclipser le sujet de fond qui était pourtant l’avenir de l’Union européenne.

Même si la liste pro-européenne de Nathalie Loiseau n’a pu arriver en tête du scrutin (rappelons que le FN était déjà arrivé très largement en tête en 2014), sa liste a bien limité les dégâts en terminant à 22.41%, à moins de 0.9% de la liste menée par l’extrême-droite. Ce qui est en soit une performance fort honorable au regard de la crise profonde à laquelle a dû faire face le gouvernement d’Edouard Philippe ces 6 derniers mois.

Au final, LREM enverra 23 députés au Parlement, soit exactement le même nombre que le RN. Ceci est d’autant plus satisfaisant, qu’en règle générale, les formations soutenues par les gouvernements en place lors des élections européennes ne réalisent pas de très bons scores, comme ce fût le cas en 2014 où le PS n’avait réalisé qu’un piètre 13.61%.

Nul doute que beaucoup de responsables de la majorité gouvernementale auraient signé pour un tel résultat en fin d’année 2018. Malgré le mécontentement de certains français face aux réformes engagées par le gouvernement depuis 2017, le score réalisé par le parti présidentiel apparaît inespéré. Un vrai miracle !

Manifestement, nombre de français ont entendu le président de la République Emmanuel Macron et se sont mobilisés pour lui apporter leur soutien pour les réformes en cours et à venir. De ce point de vue, ce score de 22.41% réalisé par le parti du président (proche du score du 1er tour de la présidentielle de 2017) constitue un véritable succès pour le président.

Ce score conforte aussi le président au plan européen qui se trouve ainsi en capacité d’impulser de réels changements au niveau de la gouvernance européenne. Au final, il s’agit clairement d’un message d’encouragement des français au président Macron dans sa volonté de réformer le pays. N’en déplaise à certains, ce résultat constitue un atout pour le président pour le suite de son mandat.

Aprés les bons résultats de LREM dans les grandes villes au détriment des grands partis traditionnels et l’afaiblissement de la plupart des ténors socialistes et républicains,  nul doute que les discussions sur les listes pour les élections municipales vont tourner à l’avantage de la majorité présidentielle.

Pour la 1ère fois, les partis traditionnels PS et Les Républicains passent nettement sous la barre des 10%

Si la majorité gouvernementale ressort finalement confortée de ces élections qui s’annonçaient pourtant extrêmement difficiles, c’est au détriment des grands partis traditionnels que sont le PS, les Républicains et leurs alliés. En effet, pour la première fois depuis leur création, ces formations politiques passent sous la barre de 10% et représentent moins de 15% à elles deux. Un véritable raz-de-marée politique au plan national.

Les français ont décidé de renvoyer dos à dos, et à leurs chères études, ces mêmes partis qui ont gouverné sans partage le pays depuis l’après-guerre et qui sont aujourd’hui pleinement responsables des problèmes actuels pour ne pas avoir su le moderniser et l’adapter à ce monde qui change. Ils sont d’ailleurs incapables de se réformer eux-mêmes pour conserver leurs électeurs qui ont massivement déserté leurs rangs.

A les entendre, les résultats calaminteux actuels seraient tout simplement imputable au parti majoritaire qui aurait organisé une campagne fondée sur un duopole avec le RN en vue de les marginaliser. Tous les moyens sont bons pour tenter de minimiser ses propres responsabilités dans ces échecs succéssifs pourtant prévisibles.

C’est prendre les français pour ce qu’ils ne sont pas. Ils n’ont pas oublié leurs lourds échecs dans la conduite du pays par le passé et tout simplement décidé de les abandonner à leur sort, en soutenant activement, la seule formation politique aujourd’hui crédible et à même de sortir le pays de l’impasse où elle a été conduite. En 2019, le PS a réalisé un score de 6.19% et Les Républicains de 8.48%, contre respectivement 13.61% et 20.81% en 2018. Des résultats sans appel ! De son côté, la France Insoumise (Extrême-gauche) est restée à 6.31%, bien en deçà de ses attentes et de son score de 2017.

Le très mauvais résultat des Républicains contredit d’ailleurs les sondages lui prédisaient jusqu’à 14%. Il s’agit du plus mauvais résultat jamais enregistré par ce parti qui ne représente aujourd’hui plus qu’une frange la plus intégriste du mouvement, à des années lumières de l’attente des électeurs de la droite modérée française qui se sont, de fait, trouvés exclue du mouvement. Par-delà la tête de liste de François-Xavier Bellamy, c’est la stratégie suivie par Laurent Wauquiez, le président des Républicains depuis 2017 qui est en cause. Pas sûr que le parti s’en remette !

Le sursaut de participation des électeurs a joué en faveur de la liste de Nathalie Loiseau, soutenue par Emmanuel Macron et mais aussi des écologistes (Europe Ecologie) qui ont réalisé l’un de leur meilleur résultat avec 13.47%. Le message des électeurs ne pouvait être plus clair ! Place aux modérés pour s’attaquer aux maux réels de notre pays.

L’extrême-droite nationaliste est contenue, avec un score légèrement inférieur à celui de 2014

La liste conduite par Jordan Bardella (Rassemblement national) a recueilli 23.31% des voix contre 24.86% lors de l’élection européenne de 2014, soit une baisse de 1.55%.

Contrairement à ce qu’affirme Mme Le Pen, ce résultat est loin d’être aussi brillant qu’elle le prétend. UI plus est, pour un parti qui voulait affaiblir le président Macron et son gouvernement, c’est un véritable échec une fois encore. Rappelons qu’en 2014, son parti était arrivé beaucoup plus largement en tête que l’UMP alors arrivée 2ème avec 20.81% et le PS (parti du président Hollande) 3ème avec 13.98% des voix. Il n’y a donc pas de quoi pavoiser.

D’ailleurs, à l’issue de ce dernier scrutin européen, le RN pourrait perdre un député par rapport à l’assemblée précédente.

Non seulement le RN connaît une baisse sensible par rapport à 2014, mais les électeurs ont clairement marqué leur choix en faveur de la poursuite de la politique engagée par le président Macron, tant au plan national qu’européen où il s’oppose fermement à la montée des formations d’extrême-droite qui voudraient imposer leur loi à l’Europe.

A y regarder de près, ces résultats sont plutôt un échec pour le RN et marquent un frein à son expansion ; et ce malgré un mécontentement de certains français à l’encontre du gouvernement.

Comme quoi, le RN doit aussi arrêter de prendre les français pour des imbéciles. Ils ne sont pas dupes du jeu : l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir conduirait irrémédiablement à l’anéantissement de notre pays en très peu de temps. Et cela, ils n’en veulent pas et préfèrent donner ses chances à Emmanuel Macron.

Vers l’émergence d’une nouvelles Union européenne autour des libéraux-démocrates et des Ecologistes ?

Cette dernière élection européenne de 2019, en dépit de la progression des formations d’extrême-droite, nationalistes et anti-européennes, ne changera pas fondamentalement la composition du Parlement européen. La vague a été largement contenue.

Sur 751 députés européens, les formations d’extrême-droite n’ont que modérément progressé avec 117 députés, auxquels il faut ajouter 56 nationalistes et souverainistes. Qui plus est, ils sont répartis sur 3 groupes parlementaires avec de profondes divergences entre eux. A l’inverse, les formations pro-européennes recueillent 503 députés (180 PPE, 145 S&D, 109 ADLE et 69 Verts).

Les deux grands partis qui ont dominé le Parlement depuis l’origine avec une majorité absolue, le PPE (Parti populaire européen) et le S&D (Socialistes & démocrates) ont perdu chacun une quarantaine de députés dans cette dernière élection et ne représentent plus que 325 députés, soit nettement moins que la majorité de 376 députés.

Le règne sans partage de ces deux partis qui se partageaient régulièrement la présidence du Parlement risque fort de prendre fin en raison des nouvelles alliances nécessaires qui exigeront un compromis.

En effet, les deux partis les plus européens ont fortement progressé : ADLE (Libéraux et Démocrates) et les Verts. Ils entendent d’ailleurs unir leurs forces pour faire bouger le Parlement et les institutions européennes pour plus de démocratie et répondre à l’attente des citoyens européens.

Du coup, la présidence de la Commission européenne pourrait échapper au PPE et à son représentant désigné Manfred Weber, soutenu par Angela Merkel er profiter à un membre plus consensuel tel Michel Barnier, Frans Timmermans, ou plus probablement la danoise Margrethe Vestager, actuelle commissaire à la concurrence qui a fait ses preuves. Et puis, ne serait-il pas temps qu’une femme soit enfin désigéne à la tête de la Commission ?

Une grande alliance entre les pro-européens du PPE, des sociaux-démocrates, des libéraux-démocrates et des Verts pourrait permettre la mise en œuvre des grands changements attendus par les européens, avec une priorité à l’écologie et à la lutte contre le changement climatique.

Nul doute que l’européen Emmanuel Macron aura à cœur à profiter de l’arrivée des 23 députés LREM au Parlement européen pour tenter d’impulser de réels changements dans la gouvernance de l’Union européenne. Les tractations ont commencé.

Verdict des chefs d’Etat et de gouvernements dans quelques semaines lors du Conseil européen des 20-21 juin. Le Parlement européen aura le dernier mot et devra entériner ce choix à la majorité mi-juillet.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :