Aveyron : Les élections européennes confirment l’implantation du parti présidentiel et la marginalisation des grands partis traditionnels

28 mai 2019

Avec une participation globale de 57.53% pour ce scrutin européen, le département de l’Aveyron fait une nouvelle fois bonne figure au plan national. Et on ne peut que s’en réjouir.

Nathalie Loiseau (LREM) largement en tête dans le département

Au final, sur l’ensemble du département, LREM le parti présidentiel arrive largement en tête avec 24.00% des voix avec la liste conduite par Nathalie Loiseau, avec des disparités importantes d’un bord à l’autre du département. Il s’agit du meilleur résultat enregistré en région Occitanie par le parti du président Macron.

Le RN arrive en deuxième place avec 19.09% des voix alors que les écologistes EELV réalisent un score encourageant de 12.49%. Derrière, arrivent les deux anciens grands partis, dont le LR François-Xavier Bellamy qui ne réalise que 9.70% alors que le PS Raphaël Glucksmann doit se contenter de 7.60%. Enfin, LFI de Manon Aubry obtient 7.20% des voix.

  • Aveyron : LREM 24% ;RN 19.09% ; EELV 12.49% ; LR 9.70% ; PS 7.60% ; LFI 7.20%

Comme au plan national, le parti du président Macron maintien ses positions au regard des résultats du 1er tour de la présidentielle de 2017 où il avait réalisé 25.83%. Ceci est d’autant plus surprenant compte-tenu de la crise qu’à du affronter le gouvernement d’Edouard Philippe ces derniers mois et du fait que les scrutins européens sanctionnent généralement très durement le parti présidentiel.

Pour autant, le RN progresse sensiblement notamment dans certaines zones rurales. De leur côté, comme pour la présidentielle, les vieux partis sortent totalement laminés de cette élection puisque LR avait réalisé 20.78% des voix au 1er tour de la présidentielle, contre 9.70% aujourd’hui et que le PS reste à son étiage bas. De son côté, LFI de Mélenchon se retrouve très loin de son score exceptionnel de 2017 de 19.66%, preuve qu’une partie de ses électeurs ont rejoint le RN.

Alors que les Républicains et le PS avaient dominé le département sans partage depuis des décennies, ils sont aujourd’hui en voie de marginalisation. Dans ce département globalement centriste et modéré, les aveyronnais se retrouvent finalement dans LREM, le parti du président qui y puise aujourd’hui ses plus fidèles soutiens. Il faut bien reconnaître qu’à part LREM, il ne reste pas grand chose de crédible sur l’échiquier politique local et national.

Les représentants des vieux partis ont donc quelques soucis à se faire pour l’avenir, notamment dés les prochaines élections municipales de 2020 bien que le critère principal des électeurs soit d’abord la qualité de l’équipe municipale présentée et non l’étiquette politique.

Des disparités de votes importantes entre d’une part, Rodez et le nord Aveyron et d’autre part, l’ouest et le sud Aveyron 

A Rodez, la liste LREM réalise parmi les meilleurs scores nationaux en frôlant les 30%. Avec 29.62%, la liste arrive très largement en tête, devant (c’est une surprise) EELV qui obtiennent 14.45%, suivi par le RN qui obtient à Rodez son plus bas score parmi les principales villes du département.

Les résultats dans l’agglomération ruthénoise :

  • Rodez: LREM 29.62% ; EELV 14.45% ; RN 13.76% ; PS 9.53% ; LR 9.30% ; LFI 6.31%
  • Onet-le-Château: LREM 28.34% ; RN 17.16% ; EELV 13.22% ; LR 8.32% ; PS 8.09% ; LFI 7.65%
  • Luc-La Primaube: LREM 26.95% ; RN 19.88% ; EELV 11.83% ; LR 8.55% ; PS 7.23% ; LFI 5.34%
  • Olemps: LREM 28.86% ; RN 15.93% ; EELV 12.43 : PS 8.78% ; LR 6.67% ; LFI 6.40%

Les autres résultats des principales villes du département :

  • Millau: LREM 21.09% ; RN 18.70% ; EELV 16.96% ; LR 7.64% ; PS 7.57% ; LFI 7.13%
  • Saint Affrique : LREM 20.11% ; RN 17.38% ; EELV 13.85% ; PS 11.53% ; LR 7.94% ; LFI 7.33%
  • Villefranche-de-Rouergue: LREM 24.16% ; RN 19.18% ; EELV 11.43% ; PS 9.38% ; LR 8.08% ; LFI 7.41%
  • Decazeville: RN 22.99% ; LREM 19.47% ; LFI 12.08% ; PS 8.62% ; EELV 7.92% ; PCF 7.04%
  • Espalion : LREM 26.08% ; RN 20.03% ; LR 12.40% ; EELV 11.58% ; PS 8.11% : LFI 5.41%

Ces résultats ne devraient pas manquer d’être longuement analysés par les états-majors politiques locaux en vue des prochaines échéances électorales, sachant que le scrutin européen confirme l’implantation durable du parti présidentiel mais aussi la montée en puissance des écologistes EELV.

Publicités

Les « gilets jaunes », Facebook et la manupilation de la réalité

1 décembre 2018

Les « gilets jaunes » ont fait des réseaux sociaux leur outil de mobilisation, en mélangeant le vrai et le faux et en se laissant manipuler par quelques théoriciens du complot. On retrouve chez eux les habitués de Facebook souvent en mal de reconnaissance et qui n’existent souvent que par le réseau, en colportant les ragots des uns et des autres. Il suffit de jeter un œil de temps à autres !

Les « gilets jaunes » n’existent que par Facebook

Un récent éditorial du journal l’Opinion intitulé le « syndrome Facebook » ne dit d’ailleurs pas autre chose. « Les gilets jaunes ont fait du réseau social leur outil de communication et d’organisation et ne vit que par Facebook, se comporte en Facebook…. L’émotion s’exprime et l’indignation prime. Chacun crie son désarroi, son ras-le-bol au nom de tout le monde… » Mais personne ne veut être le porte-parole du mouvement. « Qu’on m’entende le plus haut et fort possible, mais surtout que personne ne me réponde »

« … Comme si les manifestants étaient façonnés par l’algorithme Facebook – qui ne place dans le fil de conversation que les articles et vidéos qui renforcent leur conviction -, ils ne semblent plus capables de supporter la critique et même le dialogue. Pour eux, débattre c’est mépriser…. Un monde où le suffrage universel apporte moins de légitimité que le nombre de partages ou de « like » : « Macron démission, constitution d’une assemblée citoyenne »… Un univers où un ministre à l’obligation d’écouter les revendications mais l’interdiction d’y répondre…

Un univers où même un journaliste ne fait plus partie du peuple et ne serait qu’un simple avatar qui ne diffuserait que des informations suspectes ou fausses ! On reconnaît ici certaines rhétoriques propres de M. Trump et on sait ce qu’il en est du personnage !

Il est d’ailleurs symptomatique de constater qu’ils ne savent pas où ils vont, incapables de désigner des représentants pour rencontrer les autorités, tellement les revendications sont à la fois diverses et pour le moins incompréhensibles. Comment ne pas s’étonner qu’une seule personne ait été désignée pour les représenter à la rencontre avec M. le Premier ministre ? Que veulent-ils vraiment ? Nul ne le sait après deux semaines de manifestations, preuve de la dérive de la motivation première de leur action.

Pour Rudy Reichstadt, directeur de l’observatoire du conspirationnisme : « Le mouvement contient une forme de radicalité propice aux lectures complotistes : le clivage haut-bas qui supplante tout et dans lequel l’oligarchie est l’ennemi des Sans-culottes ». On perçoit ici très bien la manipulation des faits par les réseaux sociaux où chacun affirme ce qu’il veut, selon ses convictions et sans rapport avec la réalité, pour se prouver qu’il existe. Eh oui, là est la triste réalité.

Le problème est que de nombreuses personnes sur FB sont incapables de faire une distinction entre le vrai et le faux et prennent tout pour argent comptant.

Quand les propos insidieux de quelques opposants politiques sont venus conforter les partisans de la théorie du complot

On voit les dégâts collatéraux causés dans l’opinion par les déclarations polémiques de quelques piètres politiciens d’opposition (plutôt sur la droite de l’échiquier) en manque de reconnaissance, qui ces derniers mois, n’ont cessé d’opposer la France d’en haut « les parisiens et les urbains » qui décide de tout sans consultation, en méprisant et abandonnant à leur triste sort « les ruraux », ceux d’en bas. L’autre insinuation est celle qui accuse Emmanuel Macron d’être le « président des riches ».

Ces allégations perfides et mensongères ont lentement fait leur œuvre sur les réseaux sociaux. Ceci est d’autant plus scandaleux et indigne que ces élus de la République, en martelant de tels propos à la seule fin de discréditer l’action du chef de l’Etat, n’avaient qu’un seul et unique but : affaiblir le chef de l’Etat et son gouvernement. Peu à peu, ce long travail de sape via les réseaux sociaux à fait le reste.

Pourquoi cracher dans la soupe et bafouer à ce point la défense de l’intérêt général qui devrait être la seule préoccupation d’un élu de la République ? Pourquoi tant d’acharnement à discréditer une action publique courageuse qui vise exclusivement à rétablir les grands équilibres budgétaires, sauver le pays de la faillite et venir en aide aux plus modestes justement ? Pourquoi tant d’acharnement et de mauvaise foi contre ce gouvernement alors que ces mêmes opposants politiques à M. Macron portent à eux seuls toutes les responsabilités de la situation actuelle : absence de réformes profondes, prélèvements obligatoires records, dérive des dépenses publiques, déficits et dette au plus haut, chômage élevé… ?

A cet égard, il est bien triste et affligeant de constater que l’ancien président Hollande a poussé le cynisme, à moins que ce ne soit de la bêtise, jusqu’à aller apporter son soutien aux « gilets jaunes », lui qui porte pourtant à lui seul, de lourdes responsabilités dans la situation de la France d’aujourd’hui.

Comment d’anciens élus peuvent entretenir ce populisme de bas étage qui ouvre en grand la porte aux idées les plus extrêmes qui mènent à une impasse. Est-ce cela qui va sauver la France et aider les plus défavorisés ? Certainement pas ; bien au contraire.

Et si l’action des « gilets jaunes » n’était qu’un prétexte ?

L’action des « gilets jaunes » est d’autant plus incompréhensible qu’elle est née d’une des plus modestes augmentations des prix du pétrole, prix qui sont d’ailleurs aujourd’hui en passe de retrouver leur prix normal. L’augmentation de la TICPE n’était elle que de l’ordre de 0.10 euros ; c’est-à-dire, rien au regard des autres augmentations du prix du pétrole subies par les français depuis 1973 sans les gilets jaunes. Alors, simple prétexte ?

Les arguments sont tout aussi incompréhensibles en ce qui concerne le pouvoir d’achat alors que nombreuses compensations existent déjà et vont être revues à la hausse pour atténuer l’impact sur les revenus les plus modestes. Rappelons que l’Etat providence est en France celui qui consacre les sommes les plus importantes du monde développé à venir en aide aux revenus les plus modestes. Enfin, globalement : il n’y a pas eu de baisse du pouvoir d’achat en 2017 et il y aura un réel avantage en 2018 du fait des mesures décidées par le gouvernement.

Enfin, il n’est pas inutile de rappeler que le ras-le-bol fiscal évoqué ne concerne en rien les revenus les plus modestes qui sont, et de très loin, ceux qui contribuent le moins à l’Etat providence. Aux aides sociales auxquelles ils ont droit, s’ajoutent toute une panoplie d’avantages et exonérations fiscales, que ce soit en matière de taxe d’habitation et surtout d’impôt sur le revenu.

A l’inverse, ce sont les classes moyennes les plus aisées qui sont fortement ponctionnées depuis plus de 30 ans et commencent effectivement à en avoir marre ; une catégorie marginale parmi les « gilets jaunes ». Ce sont justement les dépenses publiques dont la France est championne du monde (57% du PIB) qui alourdissent la fiscalité et pénalisent l’économie et la consommation.

Pour réduire la pression fiscale de manière significative, l’Etat va devoir engager une cure d’amaigrissement qui aura nécessairement pour résultat de revoir de fond en comble l’Etat providence. On ne peut avoir à la fois le beurre et l’argent du beurre !


France : Le diagnostic lucide du rapport Spinetta pour sauver le transport ferroviaire

19 février 2018

Le 15 février dernier, M. Jean-Cyril Spinetta, ancien PDG d’Air France-KLM, a remis au Premier ministre Edouard Philippe son rapport sur « l’avenir du transport ferroviaire français ».

Ce rapport de 127 pages, réalisé à la demande du Premier ministre, dresse l’état un état des lieux du transport ferroviaire français avec ses atouts et ses faiblesses, ses déséquilibres financiers malgré les diverses tentatives de réformes. Il formule 43 recommandations qu’il appartiendra au gouvernement de reprendre ou non à son compte dans la prochaine loi d’orientation des mobilités.

Pour Edouard Philippe, le rapport présente « Un diagnostic complet et lucide. » Pour lui « la refondation de notre modèle de transport ferroviaire est urgente ». Au final, les 43 préconisations formulées restent pour la plupart réalistes mais directes ; ce qui ne manquera pas de susciter des réactions. Parmi celles-ci, la gouvernance et le traitement de la dette restent des points essentiels qui détermineront l’avenir du transport ferroviaire en France.

Parmi les propositions fortes : transformer les deux branches de la SNCF en sociétés anonymes ; modifier l’actuel statut d’Epic qui lui permet aujourd’hui de s’endetter sans limite ; cesser le recrutement sur la base du statut actuel des nouveaux personnels ; mettre en place un plan de départs volontaires ; évaluation précise des petites lignes… Ces diverses recommandations vont bien sûr faire l’objet d’un examen attentif du gouvernement qui ne va pas manquer d’engager une large concertation sur la réforme du système ferroviaire, avec la direction de la SNCF, les syndicats, les régions et les usagers.

D’autres propositions ont également trait à l’ouverture à la concurrence prévue en 2019 pour les LGV et 2023 pour le reste du réseau ferroviaire. Pour Jean-Cyril Spinetta, c’est l’occasion « de renouveler le contrat social de la SNCF et une occasion unique de moderniser le système ferroviaire français en lui offrant une perspective de renouveau, au moment où les innovations et la concurrence se font jour dans le domaine de la mobilité ». Outre l’épineux sujet du statut des personnels dans le cadre de l’ouverture à la concurrence, le rapport interpelle sur les modalités d’ouverture du réseau aux transports régionaux ou au transport longue distance.

La concertation avant la mise en œuvre de la réforme

Le gouvernement va s’engager rapidement dans une large concertation avec les interlocuteurs du transport ferroviaire. Pour le Premier ministre : « Ce rapport démontre sans ambiguïté la nécessité et l’urgence d’engager sans tarder une refondation de notre système ferroviaire » aujourd’hui à bout de souffle et, à terme, voué à la faillite. Pour le gouvernement, cette réforme de la SNCF mainte fois reportée par manque de courage politique face aux syndicats, constitue un objectif majeur. L’échec est interdit sous peine d’impacter directement les prochaines réformes prévues dans la fonction publique.

De ce point de vue, les français ne peuvent que se réjouir de cette volonté d’engager les réformes qui prépareront la France aux nombreux défis de demain. Chacun peut constater qu’aujourd’hui que la SNCF est exsangue et à bout de souffle. Hormis le TGV qui fonctionne à peu près correctement (mais à quel coût !), l’essentiel du réseau est vétuste et inadapté à un transport moderne, peu fiable et en rapport avec la demande de la clientèle, avec de nombreux retards. La SNCF et l’Etat paient la politique du tout TGV et le sous-investissement des dernières décennies dans les lignes « InterCités » et autres TER dont le confort, la propreté et la régularité laisse souvent à désirer comparé aux grands pays européens, tels l’Allemagne, le Royaume-Uni et même l’Italie et l’Espagne.

Au fil des ans, la SNCF a totalement laissé à l’abandon de nombreuses lignes et pas uniquement les moins bien fréquentées. Le rapport reconnaît ainsi le vieillissement du réseau ferroviaire. Malgré des efforts de rénovation, notamment via le financement de certaines régions : « un quart des voies sont aujourd’hui au-delà de leur durée de vie normale« . La signalisation reste l’autre principale cause de retard liée à l’infrastructure avec les caténaires et ouvrages d’art qui sont les plus touchés. La comparaison avec l’Allemagne a de quoi faire pâlir : « Les voies et aiguillages y sont en moyenne deux fois plus jeunes. »

L’avenir des petites lignes peu fréquentées en question

Le rapport met aussi en évidence le fait que 90% des voyageurs circulent sur seulement 30% du réseau français et que parallèlement, chaque année plus de 15% des investissements publics, soit 1,7 milliard d’euros, sont alloués à l’entretien des « petites lignes représentant pourtant moins de 2% des voyageurs, là où la route permettrait d’offrir des services comparables pour un coût beaucoup moins élevé… »

L’avenir de ces petites lignes ne peut qu’interpeller les régions qui ont lourdement investi dans leur maintien dans le cadre des contrats Etat-Région et peuvent difficilement accepter de les fermer aujourd’hui. C’est notamment le cas en Occitanie et Auvergne Rhône-Alpes où le réseau des TER desservant les métropoles est très important.

Le rapport invite évaluer avec plus d’objectivité et de transparence la pertinence économique des petites lignes. Il préconise que SNCF Réseau réalise, grâce à une méthode fiable et indiscutable, un état des lieux avant l’élaboration des prochains contrats de plan Etat-Régions de « cette partie la moins utilisée du réseau en présentant, ligne par ligne, l’état de l’infrastructure, le besoin de rénovation et le bilan socio-économique des investissements ».

En d’autres termes, l’Etat doit envoyer un signal fort en ne consacrant plus de crédit aux lignes dont l’intérêt socio-économique n’est pas démontré ! Il est aussi suggéré d’assouplir la procédure juridique de fermeture de ligne, trop longue et complexe. De ce point de vue, l’avenir des lignes SNCF du Massif-Central et de l’Aveyron en particulier est plus qu’incertain vu le trafic extrêmement faible des dernières années, et ce malgré les investissements réalisés par la région Occitanie. Force est de constater que si les liaisons autoroutières vers Toulouse, Montpellier de Clermont-Ferrand ont désenclavé l’Aveyron, elles pénalisent le train peu compétitif sur un parcours montagneux.

Une priorité : traiter la dette excessive et faire payer le billet à son juste prix

Le rapport rappelle le coût élevé pour les finances publiques du système ferroviaire français qu’il évalue à plus de 10 milliards d’euros par an, hors charge de la dette. Et de poursuivre : « Malgré ces contributions publiques massives, le modèle économique du système ferroviaire français demeure globalement déséquilibré. » La dérive actuelle de la dette du groupe SNCF, devenue abyssale, ne pourra être maîtrisée sans intervention de l’Etat pour son traitement et le nécessaire ajustement du réseau. Ainsi propose-t-il de mettre un terme à la plupart des liaisons LGV en projet, trop coûteuse et non rentables.

Il y a urgence à sauver le transport ferroviaire français montré du doigt partout en Europe. Si les français ont longtemps dénigré les réformes ferroviaires au Royaume-Uni qui avait lors de sa privatisation un réseau bien plus vétuste que celui de la France aujourd’hui, force est de constater que 25 ans plus tard, les choses se sont inversées au détriment de la France. Même si les résultats ont été longs à aboutir, le Royaume-Uni a connu une incontestable modernisation de son réseau ferré aujourd’hui sûr et très confortable. Même si les lignes les moins fréquentées ont été fermées et si les tarifs restent élevés, nos amis britanniques ont bel et bien sauvé leur transport ferroviaire et bénéficient aujourd’hui d’un réseau moderne de transport ferroviaire.

Si en France les tarifs sont globalement compétitifs (même si c’est loin d’être le cas pour certaines lignes), le coût réel pour le contribuable reste supérieur au coût supporté par l’usager britannique. La question est de savoir s’il faut faire payer le billet au client qui utilise le train ou au contribuable, sachant que l’Etat français est par ailleurs parmi les plus endettés de l’UE ? Parmi les recettes pour améliorer les recettes, M. Spinetta propose pour les lignes les plus importantes d’augmenter sensiblement les tarifs réservés aux professionnels par rapports aux tarifs loisirs, mais aussi de mettre fin aux tarifs extrêmement bas pratiqués dans le cadre de Ouigo.

Les marges de manoeuvre pour sauver le transport ferroviaire français sont aujourd’hui très étroites. Gageons que le rapport Spinetta ne restera pas lettre morte et que le transport ferroviaire français pourra être sauvé et retrouvera un second souffle, à l’instar des autres pays européens. Il n’est que temps de mettre un terme aux conservatismes de toutes sortes, plus enclins à défendre de petits intérêts particuliers que l’intérêt général du pays.

 


France : le gouvernement socialiste présente un budget 2013 en trompe-l’oeil : augmentation sans précédent des impôts et absence de réduction de la dépense

2 octobre 2012

François Hollande s’est réjoui lors du dernier conseil des ministres de septembre, du projet de budget pour 2013 qu’il a qualifié de « budget de combat ». Il a assuré que « les ménages les plus aisés et les grandes entreprises » seraient principalement impactés par les mesures d’augmentation d’impôts pour 24 milliards d’euros sur un total de 36 milliards.

Le gouvernement et le PS n’ont d’ailleurs guère fait preuve de modestie en n’hésitant à qualifier ce budget d’austérité sans précédent de « juste, sérieux, rigoureux… » et bien plus encore.

Après avoir accusé Nicolas Sarkozy de mener une politique d’austérité ces dernières années, les socialistes français se sont enfin ravisés et nous proposent aujourd’hui une rigueur qui n’est en réalité que de pure façade. Car a y regarder de plus prés, les deux tiers des mesures annoncées, soit 24 milliards d’euros concernent l’augmentation des impôts, contre seulement 12 petits milliards d’euros d’économies et de réduction de dépenses. Ce n’est manifestement pas la cure d’austérité promise pour l’Etat ! Au final, la France reste loin du compte au regard de l’ampleur de la crise budgétaire et de l’emballement de la dette qui représentera 91.3% du PIB en fin d’année.

En réalité, pour être crédible et permettre de réduire durablement la dette, les économistes sont d’accord pour reconnaître qu’il aurait fallu, à l’inverse, un minimum de 24 milliards de réductions de dépenses publiques ; ce qui exigeait la poursuite de véritables réformes de structures dont la France a tant besoin (accentuation de la réforme des collectivités, réforme de la protection sociale et des hôpitaux, réforme visant à introduite plus de flexibilité dans les contrats de travail, poursuite de la réduction des effectifs de la fonction publique…). Ces réformes ont été engagées ou sont en cours dans tous les pays européen voisins de la France : Belgique, Italie, Espagne et Portugal notamment, sans oublier les pays comme l’Allemagne, la Hollande, les pays scandinaves et quelques autres qui s’y étaient attelés il y a bien longtemps. La France socialiste s’y refuse obstinément ; jusqu’à quand ?

Au final, la France et son gouvernement socialiste se refusent à prendre les décisions qui s’imposent et à s’engager dans une réduction drastique des dépenses publiques comme en atteste la décision de stopper le processus de réduction du nombre de fonctionnaires engagé par le gouvernement précédent. Pourquoi recruter, pour des raisons purement idéologiques et électoralistes, pas moins de 60 000 agents dans l’éduction nationale ? Une situation pour le moins irréaliste alors que les effectifs de l’enseignement en France demeurent déjà pléthoriques au regard de pays comparables comme l’Allemagne, le Royaume-Uni ou l’Italie.

Ce refus de s’attaquer à une véritable réduction des dépenses publiques et aux réformes de fond n’est guère de bon augure pour l’avenir et risque de discréditer un peu plus la France aux yeux des partenaires européens et de la communauté financière qui a jusqu’alors consenti à notre pays des taux d’intérêts à long terme parmi les plus bas. Rappelons à cet égard que la principale mesure d’économie, est la réduction de la charge de la dette qui pèse à elle seule 2 milliards d’euros. Encore un bel héritage de Nicolas Sarkozy ! N’avaient-ils pas accusé ce dernier, durant la campagne, de laisser filer les taux d’intérêts vers le haut en vue de pénaliser une éventuelle arrivée de la gauche au pouvoir. Pas sûr que cet avantage budgétaire perdure du fait de l’insouciance du gouvernement actuel. En tout état de cause, il ne s’agit pas ici d’une véritable réduction de dépense mais d’un simple artifice budgétaire.

S’agissant de l’augmentation des impôts, les socialistes sont pris une nouvelle fois à leurs propres mensonges. Contrairement à ce qu’ils affirment, c’est bien plus de 50% des français et notamment les classes moyennes qui verront leurs impôts et taxes augmenter (suppression des heures supplémentaires défiscalisées qui concernait plusieurs millions de personnes, gel du barème de l’impôt sur le revenu, limitation de certaines niches fiscales, augmentation de taxes sur la consommation, taxe sur les revenus des retraités,…). Du coup les prélèvements libératoires devraient exploser et atteindre 46.7% en 2015.

Les entreprises ne sont pas épargnées et régleront une part importante de la facture. Est-ce là le meilleur moyen de soutenir une activité morose et de favoriser l’emploi ? La gauche française a-t-elle bien compris le rôle des entreprises et des entrepreneurs en particulier ? Ainsi, en taxant lourdement et sans atténuation l’ensemble des plus values mobilières, y compris celles résultant de la cession de l’entreprise par le fondateur qui a permis son développement, on risque une fois de plus, pour des raisons purement idéologiques, de décourager les créateurs d’entreprises qui investissent encore en France sans compter pour pérenniser leur affaire. Voilà une mesure très mal calibrée qui va inciter les créateurs d’entreprises et autres business angels, à partir s’installer sous d’autres cieux où les entrepreneurs sont mieux traités. Est-ce ainsi que le gouvernement entend favoriser la création d’entreprises qui sont les seules à pouvoir créer les emplois dont le pays à tant besoin et encourager l’émergence d’un véritable tissu de PME-PMI de taille critique ? On peut en douter sérieusement.

Pour ce qui concerne la sincérité et l’honnêteté du budget 2013, il faudra repasser. Non seulement le budget a été établi sur une prévision de croissance de 0.8%, purement fantaisiste, alors que tous les spécialistes économiques s’accordent sur une croissance de 0, voire négative. Plus grave, nombre de recettes fiscales ont été largement surévaluées, à l’instar de l’impôt sur les sociétés qui sera largement impacté par la mauvaise conjoncture économique. De fait, les recettes de l’impôt sur les sociétés devraient s’avérer bien moins importantes que prévues.

Pour l’ensemble de ces raisons, le budget 2013 pourra difficilement être tenu, annihilant ainsi l’objectif d’un déficit limité à 3% du PIB, comme la France s’y est engagée.

Les débats parlementaires relatifs du projet de loi de finances pour 2013 s’annoncent très animés et pourraient aboutir à quelques concessions de bon sens, à moins que le dogme l’emporte une fois encore !