Aveyron : La mise à 2 x 2 voies de la RN88 avance peu à peu, même si c’est encore à un rythme trop lent !

25 juin 2019

En 1993, le Premier ministre Edouard Balladur avait prononcé un important discours à Mende dans le cadre d’un Comité Interministériel D’Aménagement du Territoire (CIADT). A cette occasion, il avait annoncé le classement en grande liaison d’aménagement du territoire (GLAT) de la RN 88 de Lyon à Toulouse et sa mise à 2 x 2 voies dans les 10 ans. En 2013, soit 20 ans plus tard, seules quelques portions du tracé avaient été réalisées dans le Tarn, l’Aveyron et la Haute-Loire, bien loin de l’objectif fixé alors.

Pourtant, depuis la mi-octobre 2018, les choses semblent évoluer plus favorablement notamment pour la partie aveyronnaise, avec la décision de la ministre des Transports, Elisabeth Borne, de relancer le projet de mise à 2 x 2 voies de la RN 88, au moins pour sa partie entre Rodez et l’autoroute A75, à Séverac d’Aveyron.

Point sur l’avancement de la RN 88 en juin 2019 :

Les travaux en cours concernant la mise à 2 x 2 voies de la RN 88 dans le département de l’Aveyron :

  1. La déviation de Baraqueville au sud de Rodez

Après la mise en service en 2016 de la section Tanus-La Mothe, les travaux actuels concernent le dernier tronçon de mise à 2 x 2 voies de l’axe Rodez-Albi, situé entre La Mothe au sud de Baraqueville et Les Molinière, soit environ 14 km pour un coût de 120 millions d’euros, financés à 54% par l’Etat, et 23% par la région et le département.

En dépit de retards importants, les travaux avancent, notamment sur la section entre Baraqueville (échangeur de Marengo) et Les Molinières ; ce qui devrait finalement permettre une mise en service à l’automne 2019. Par contre, la dernière section entre Marengo et La Mothe de l’ordre de 7 km est aujourd’hui bloquée. Si les ouvrages d’art ont été réalisés, les travaux de terrassement traînent en longtemps à la fois pour des raisons liées à la nature du terrain et au manque de fin fancement par l’Etat. La mise en service de ce dernier tronçon ne devrait pas intervenir avant la fin de 2021 si tout va bien !

Il faudra donc très probablement attendre 2022 pour rouler sur une section autoroutière continue entre Rodez et Toulouse, sauf à l’entrée nord d’Albi qui reste à aménager. Mieux vaut tard que jamais !

  1. La déviation de Sébazac-Concourès et Lioujas (Rodez/Causse-Comtal)

Cette portion constitue une partie de la future RN 88 à 2 x 2 voies reliant la rocade de Rodez (St Mayme) à Laissac vers Séverac d’Aveyron et l’A75. Bien que relevant de la compétence de l’Etat, le Conseil départemental de l’Aveyron a obtenu la maîtrise d’ouvrage de cette section afin de débuter les travaux rapidement pour éviter que la DUP Rodez-Sévérac ne devienne caduque. La convention avec l’Etat a été signée le 3 octobre 2011.

Ces travaux estimés à 23 M€ sont financés par le Conseil départemental de l’Aveyron. Les études réglementaires relatives à la faune, la flore et la loi sur l’eau ont permis l’obtention de toutes les autorisations de la part de l’État et d’optimiser le projet avec notamment la création d’un rond-point sur la RD988, entre Sébazac-Concourès et Lioujas.

Les travaux sur la section Rodez – Causse Comtal ont débuté en septembre 2016. Les ouvrages d’art sont achevés et les travaux de terrassement de la section nord (déviation de Lioujas) sont en cours et devraient être achevées fin 2019. Par contre, les travaux de la section sud (Saint Mayme-Sébazac) n’ont démarré à l’automne 2018. Ce dernier tronçon devrait pouvoir être achevé d’ici la fin de l’année 2020 permettant ainsi de relier le nord Aveyron en évitant les bouchons du côté de Sébazac.

Les autres travaux à venir sur la RN 88 dans le département :

  1. L’aménagement de la rocade de Rodez

A défaut d’engager le grand contournement de Rodez trop coûteux, les actuels ronds-points de la rocade de Rodez devraient être aménagés en échangeurs autoroutiers comme prévu au contrat de plan Etat-Région 2015-2020. Sont concernés les 3 ronds-points : la Gineste, les Moutiers et Saint Marc. Les premiers travaux devraient normalement concerner le principal rond-point : celui de la Gineste en 2020 dans le meilleur des cas, sous réserve des financements de l’Etat !

En effet, l’enveloppe financière actuelle n’est que de 10 millions d’euros pour un coût total estimé au minimum à 40 millions d’euros pour suppression des 3 ronds-points. Nous sommes encore loin du compte ; raison pour laquelle les collectivités ont une nouvelle fois sollicité l’Etat pour qu’il abonde l’enveloppe afin de permettre l’engagement des travaux. Pour ces raisons, il subsiste une incertitude réelle sur la réalisation de ces travaux dans les délais prévus.

Le projet d’aménagement de la rocade de Rodez tel que présenté en 2018 par la DREAL Occitanie

Avec l’augmentation continuelle du trafic en transit et les 3 années de travaux prévus, la fin de bouchons sur la rocade de Rodez n’est manifestement pas pour tout de suite !

  1. L’aménagement de la RN 88 entre Rodez et l’A75

Le coût de cette section d’environ 45 km de longueur, reliant Rodez à Séverac d’Aveyron, permettant la continuité autoroutière entre Toulouse et l’A75, est estimé à environ 300 millions d’euros.

Après plusieurs entrevues ces derniers mois avec les élus aveyronnais et notamment avec les parlementaires Stéphane Mazars et Jean-Claude Luche, la ministre des Transports Elisabeth Borne a annoncé en octobre 2018 que les services de l’Etat devraient rapidement engager les études d’opérationnalité et de faisabilité en vue de la mise à 2 x 2 voies de ce dernier tronçon aveyronnais de la RN 88. L’objectif avoué est qu’à l’issue des études qui devraient s’achever en 2021, l’Etat puisse être en mesure de lancer les travaux. Pour cette raison, il est impératif que le futur contrat de plan Etat-Région portant sur la période 2020-2025 intègre la priorité donnée à la mise à 2 x 2 voies de ce tronçon de la RN88.

Il y a quelques mois, la présidente de la Région Occitanie Carole Delga, accompagnée des élus aveyronnais, a rencontré le préfet de Région dans le cadre d’une réunion de travail concernant la mise à 2X2 voies de la RN 88 entre Rodez et Sévérac. A l’issue de cette réunion, les élus se sont montrés plutôt confiants, assurant que cet axe prioritaire pour la région et le département avait de bonnes chances de se concrétiser rapidement. Espérons que cette fois-ci sera la bonne, aprés plus de 30 ans d’attente étant rappelé qu’ici aussi, bien que s’agissant d’un axe relevant de la compétence de l’Etat, la région et le département vont également devoir mettre la main au portefeuille à hauteur au moins de 50%, soit 75 millions d’euros pour chacune deux collectivités départementale et régionale.

Pour tenter de gagner du temps et convaincre l’Etat de la volonté de la région et du département d’aboutir rapidement sur cet important projet, le principe d’une maîtrise d’ouvrage déléguée au Conseil départemental de l’Aveyron pour les études et les aménagements futurs de la RN 88 a été proposé. Une proposition qui a semble-t-il retenu l’attention du préfet de région. A suivre !

  1. L’union des élus en faveur de la RN88 à 2 x 2 voies

Lors de leur rencontre avec les représentants de l’Etat, les élus n’ont pas manqué d’insister sur l’urgence à engager en priorité les travaux sur le tronçon Rodez-Laissac, le plus accidentogène de la RN 88, en rappelant l’importance d’achever au plus vite l’intégralité de l’axe Lyon-Toulouse, via Rodez et Mende qui s’inscrit dans un projet d’aménagement du territoire du sud Massif-Central.

Il ne reste plus qu’à espérer que l’Etat respectera enfin ses engagements et que les travaux pourront débuter dès 2021 entre Rodez et Laissac, pour un achèvement de la liaison autoroutière entre Toulouse et l’A75 dans les meilleurs délais. Le temps presse !

Pour ce qui est de l’achèvement de la continuité autoroutière de l’axe Toulouse/Rodez/Mende/LePuy/Lyon, il faudra probablement attendre encore un certain temps hélas !

Publicités