Téléphonie mobile : les grandes manœuvres mondiales ont commencé (3)

19 octobre 2011

La contre-attaque de Samsung contre Apple se met en place

Le 25 août 2011, Samsung a publié le kit de développement logiciel (SDK) pour Bada 2.0 du nom de la mise à jour de son OS maison pour Smartphone ou téléphone multimédia. La nouvelle version supporte le HTML5 et améliore les fonctions Flash. Dévoilé la première fois lors du Mobile World Congress de février 2011, Bada 2.0 embarque des fonctions en mode multitâche, le Wifi Direct (connecter deux appareils Wifi sans passer par un réseau), le sans contact (NFC) et de la reconnaissance vocale.

Samsung affiche ainsi sa confiance vis-à-vis de Bada. Au 4ème trimestre 2011, trois nouveaux modèles de la gamme Wave II devraient en être équipés de Bada 2.0. La boutique en ligne d’application Samsung Apps offre désormais plus 40 000 applications et elle a dépassé la barre des 100 millions de téléchargements d’applications en mars 2011. Bada jouit d’un succès incontestable en Asie, notamment en Corée-du-Sud mais aussi en Europe et plus particulièrement en France.

« Samsung Bada et nos appareils Wave continuent de rencontrer le succès à travers le monde, en tirant avantage des technologies mobiles et de l’image de marque de Samsung » a récemment indiqué JK Shin, président de la division Mobile Communications Business du constructeur coréen. Si Samsung va probablement continuer à utiliser Android sur ses modèles Galaxy, la société va probablement investir plus largement dans son propre OS propriétaire Bada, tout en continuant par ailleurs à équiper ses terminaux Omnia de Windows Phone, développé par Microsoft. Plus que jamais, pour maintenir ses ventes et la rentabilité de son activité mobile (smartphones et tablettes), Samsung n’a d’autres choix que d’avoir plusieurs fers au feu.

Dans ce contexte de concurrence exacerbée entre Google, Apple et Microsoft, l’OS propriétaire Bada devrait connaître un important regain d’intérêt de la part de Samsung, le n° 2 des ventes de mobiles à travers le monde. Parmi les fabricants de mobiles ayant largement promu Android, la priorité pour Samsung est de préserver son indépendance pour conforter sa branche téléphonie mobile et tablettes. Samsung n’abandonné d’ailleurs pas l’idée de battre Apple sur son propre terrain en proposant de nouvelles tablettes performantes et au design soigné, dont la future Samsung Tab 7.7 qui sortira courant novembre 2011. Par ses performances et sa qualité, à défaut d’un prix compétitif, celle-ci pourrait se révéler une arme redoutable contre l’iPad.

Prochainement : Le retour en force de Nokia et de Windows Phone


Téléphonie mobile : les grandes manœuvres mondiales ont commencé (2)

6 octobre 2011

Google attaque pour mieux défendre Android face à Apple et Microsoft

Non content d’avoir imposé son système d’exploitation Android sur prés de 50% des smartphones à travers le monde, le 15 août dernier, à la surprise générale, Google a annoncé le rachat de Motorola Mobility, la branche téléphones et tablettes de Motorola pour la somme considérable de 12,5 milliards de dollars. Le moteur de recherche et développeur  du système d’exploitation pour mobiles et tablettes s’offre ainsi un de ses partenaires à la barbe de Microsoft, au risque de se mettre à dos les fabricants ayant qui ont largement participé au succès de son OS.

Si Google a frappé fort et vite, c’est aussi parce qu’il y avait urgence à mieux protéger son OS Android contre les attaques d’Apple. L’achat de Motorola Mobility lui a en effet permis de mettre la main sur des milliers de brevets détenus par Motorola afin de pérenniser son système d’exploitation ouvert face à la concurrence. Larry Page, le patron et fondateur de Google déclarait dés le lendemain de cette acquisition : « Notre acquisition de Motorola va permettre d’accroître la concurrence tout en renforçant le portefeuille de brevets de Google. Ce qui nous permettra de mieux protéger Android des menaces anticoncurrentielles de Microsoft, d’Apple et autres entreprises… »

Google soupçonne Microsoft et Apple de vouloir dynamiter le succès d’Android, système ouvert et gratuit, en instaurant des royalties sur certains brevets afin d’augmenter le coût de l’OS et corrélativement, des mobiles sous Android. S’agissant de Motorola, bien que les parts de marché ne dépassent pas 2.5% au plan mondial en 2011, cela lui permettra de devenir un constructeur à part entière et d’optimiser l’intégration de son propre OS afin de conforter sa place dans les smartphones mais également dans les tablettes avec Android 3.1 Honeycomb.

La prochaine version d’Android  OS 4.0, dénommée « Ice Cream Sandwich », qui aura la particularité d’être à la fois compatible avec les smartphones et les tablettes tactiles, devrait débarquer sur le marché mondial à la fin de  l’automne 2011.

Ce renforcement de Google sur le marché de la téléphonie mondiale n’est pas sans inquiéter la concurrence qui ne devrait pas manquer de réagir.

Les fabricants de smartphones utilisant l’OS Android s’interrogent

L’acquisition de Motorola Mobility par Google modifie substantiellement la donne du marché de la téléphonie mobile mondiale. D’où les interrogations de la plupart des fabricants de smartphones qui utilisent Android comme système d’exploitation. Ainsi, Samsung et LG, les deux géants de l’électronique en Corée du Sud, s’inquiètent des choix de Google qui pourrait dorénavant privilégier son propre fabricant de téléphones Motorola pour promouvoir Android, au détriment des autres clients.

Ces craintes ont d’ailleurs amené le gouvernement sud-coréen à exiger de ses deux fabricants nationaux qu’ils se rapprochent pour développer conjointement un nouveau système d’exploitation afin de présenter une alternative à Android et ne pas se trouver démunis au cas où Google stopperait la fourniture de son propre système ou imposerait des conditions économiques non viables. Selon certains spécialistes, les coréens pourraient être tentés de faire évoluer Bada, l’OS propriétaire de Samsung qui équipe les smartphones de la gamme Wave pour contrer Google et préserver leur développement. Un temps envisagé, Samsung a récemment affirmé ne pas être intéressé par l’acquisition de WebOS dont HP devrait continuer à en améliorer les fonctions pour ses fidèles clients.