France : Le véritable visage des « gilets jaunes »

24 novembre 2018

Le mouvement des « gilets jaunes » est né d’allégations pour le moins fantaisistes et inexactes diffusées sur les réseaux sociaux à propos de l’augmentation des prix du carburant au moment où ces derniers avaient atteint un seuil haut.

Selon un récent sondage, 71% des français considèrent que ces augmentations seraient essentiellement dues aux taxes ! Une fois de plus, la désinformation règne. L’augmentation des prix des carburants depuis l’été, en France comme ailleurs, a principalement pour origine l’augmentation des prix du bruts qui sont passés en quelques semaines de l’ordre de 60 $ le baril Brent à un peu plus de 80 $.

Dans ces conditions, affirmer que la seule augmentation de la fiscalité sur les carburants expliquerait cette explosion des prix à la pompe, comme certains tentent de le faire croire pour justifier leur action, relève de la manipulation.

Une augmentation des prix du carburant principalement liée à l’envolée ponctuelle des prix du brut qui ont déjà retrouvé leur niveau habituel

La récente augmentation de la TICPE s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Ces orientations, soutenues par une majorité de français, avaient été confirmées par Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle. Pour être exact, il convient de préciser qu’elle représente moins de 30% de cette augmentation des prix du carburant ; les 70% restant étant liés à l’envolée des prix du brut.

La TICPE n’est donc pas responsable de la flambée des prix du carburant de ces derniers mois, au demeurant modeste. La part imputable à l’augmentation de la taxe est estimée à environ +0.10 €/l pour le gazole et +0.07 €/l pour le SP95.

Même si la hausse de la TICPE est arrivée au plus mauvais moment, l’augmentation des prix du brut est imputable à l’OPEP et la Russie, mais aussi à un certain Trump qui par les sanctions prises à l’encontre de l’Iran, l’un des grands pays producteurs, a entraîné la chute de la production et favorisé la hausse brutale des prix.

Cette envolée n’est plus d’actualité aujourd’hui puisque le prix du baril de Brent est redescendu à 57 $ ce 22 novembre, son plus bas niveau depuis un an. Cette baisse qui s’est déjà en partie traduite à la pompe, devrait s’accentuer dans les prochaines semaines. Le dernier relevé officiel des prix, en date du 16 novembre, fait apparaître un prix moyen de 1.465 €/l pour le gazole et de 1.459 €/l pour le SP95.

Ce mouvement des « gilets jaunes » est d’autant plus surprenant que la récente augmentation des prix du pétrole a été la plus faible jamais enregistrée depuis la grande crise de 1973 où le prix du baril était soudainement passé de 5 $ avant de se stabiliser autour de 40/45 $ le baril en 1979. Les deux autres fortes augmentations du prix du pétrole sont intervenues plus récemment et avaient été bien plus importantes encore. En 2007/2008 (certains semblent l’avoir oublié), le prix du baril est passé de 60 $ à 130 $, puis en 2011/2012 de 55 $ à 110 $.

40 ans plus tard, le prix du baril est stabilisé autour de 60 $ et les récentes fluctuations n’ont rien à voir à ce qu’elles ont été par le passé. De fait, l’impact de la TCIPE dans la récente envolée du pétrole reste modeste et supportable. Enfin, contrairement à une idée faussement répandue, les taxes sur les carburants en France restent dans la moyenne européenne.

Dans ces conditions, comment ne pas s’interroger sur les motivations réelles des « gilets jaunes » du seul motif de l’augmentation des taxes sur le carburant en 2018 ? Plus vraisemblablement, pour beaucoup, l’augmentation de la TICPE n’a été qu’un prétexte pour une action visant à s’opposer au gouvernement issu des élections de juin 2017.

Une mobilisation pensée et organisée par les inconditionnels du tout automobile.

Les inconditionnels du tout automobile se retrouvent largement dans ce mouvement de contestation pour s’opposer aux lois visant à pénaliser l’utilisation des véhicules à des fins écologiques et pour en réduire l’impact en matière de santé publique. L’égoïsme et le chacun pour soi l’emportent et peu importe si la planète sombre et des personnes perdent quotidiennement la vie du fait des fines particules rejetées par les véhicules !

On trouve ainsi parmi les « gilets jaunes » les opposants à la limitation de vitesse à 80 km/h et plus généralement à toute forme de réglementation de la circulation automobile perçue comme une atteinte à leur liberté, quitte à mettre en danger la vie des autres. Certains « gilets jaunes » n’ont d’ailleurs pas manqué de s’attaquer à des horodateurs et autres péages. On y retrouve aussi très probablement les opposants aux radars et autres adeptes de l’appel de phares visant à avertir les automobilistes de la présence de radars ou de forces de Police et de Gendarmerie.

Même si cela déplaît à certains, l’ère de la voiture thermique toute puissance et omniprésente touche à sa fin et son déclin est enclenché. Cela fait plus de 30 ans que certains politiques et de nombreux scientifiques de renom l’annoncent.

Le gouvernement n’a donc pas agi par surprise, loin de là ! Plutôt que de verser dans le populisme ambiant, ce gouvernement même s’il le fait parfois avec maladresse, a le mérite de se montrer responsable et de défendre l’intérêt général face au défi de l’accélération du changement climatique et les 48 000 morts par an, pour la seule France, dus à la pollution automobile, notamment aux NOx. On n’entend pas grand monde sur ce terrible sujet qui frappe surtout les enfants et les personnes âgées.

L’objectif du gouvernement est d’abord de faire prendre conscience des responsabilités de chacun en encourageant chaque automobiliste à limiter l’utilisation de son véhicule. Au final, à défaut de volontarisme, l’idéal ne serait-il pas que le prix des carburants reste à un niveau bien plus élevé ?

Nier aujourd’hui l’urgence à s’attaquer à la pollution automobile conduit immanquablement au suicide collectif, que l’on habite en zone urbaine ou rurale.

Les « gilets jaunes » paraissent d’ailleurs quelque peu dépassés par les évènements et ne savent pas trop où ils vont, partiellement instrumentalisés sur un plan politique par quelques élus d’opposition qui ne cachent d’ailleurs pas leur soutien. Leurs revendications sont diverses et pour le moins ambiguës et contradictoires. Un mouvement désordonné difficile à canaliser sur le terrain qui a conduit inévitablement à de nombreuses bavures avec 2 morts et près de 500 blessés. Un bien triste bilan.

Les « gilets jaunes » sont d’abord un mouvement opportuniste et populiste

Le mouvement des « gilets jaunes » n’a pas grand-chose de spontané et encore moins d’une forme de révolte fiscale. En effet, outre les avantages généreusement octroyés en compensation de l’augmentation des prix du carburant (chèque-énergie, prime au renouvellement…), la majorité des français parmi les plus modestes bénéficient largement de redistributions sociales et fiscales de toute sorte, sans oublier le dégrèvement de 33% de leur cotisation de taxe d’habitation en novembre 2018 et l’augmentation des salaires les plus bas.

Un niveau d’assistanat jamais connu en France et dans les pays développés que quelques politiques qui soutiennent aujourd’hui les « gilets jaunes » dénonçaient il y peu de temps encore. Certains ont manifestement la mémoire courte et tentent de profiter du mal-être de nos concitoyens sans vergogne.

Le fondement de ce mouvement peut difficilement trouver sa justification dans la modeste augmentation de la taxe sur les carburants de ces derniers mois. Il ne s’agit ici, ni plus ni moins, que d’un mouvement opportuniste mené par quelques inconditionnels de l’automobile qui ont vu là l’occasion d’exprimer leur mécontentement face au gouvernement qui mène des réformes courageuses.

Evitons la confusion et le mélange des genres de quelques médias parisiens peu au fait des réalités et trop souvent complaisants face à la montée du populisme. Parler de révolte fiscale au cas particulier relève du plus pur fantasme.

Si révolte fiscale il doit y avoir (elle gronde depuis de nombreuses années déjà), elle concernera d’abord les classes moyennes intermédiaires et supérieures peu présentent dans ce mouvement et qui ne bénéficient d’aucune forme d’assistanat en place alors qu’elles contribuent lourdement au plan fiscal, notamment à l’impôt sur le revenu (demain, le prélèvement à la source) qui n’est acquitté que par 45% des français, rappelons-le.

Le mouvement actuel des « gilets jaunes » existe d’abord du fait des réseaux sociaux qui diffusent, comme d’habitude, des fake news en boucle qui ne reflètent en rien la réalité. Chacun peut d’ailleurs noter les difficultés à mobiliser alors que le mouvement est observé avec une certaine sympathie par de nombreux français. Cela ne devrait probablement pas durer longtemps si les blocages de circulation persistent dans les jours à venir car, pour le coup, de nombreux français risquent d’y laisser des plumes en matière de pouvoir d’achat justement.

Le temps semble venu de mettre fin à ces opérations de prise d’otage des français qui pénalisent l’économie et les déplacements des familles en entraînant d’importantes surconsommations de carburant du fait que de nombreux automobilistes doivent faire de longs détours pour se rendre à leur travail et rejoindre leur domicile. Le mouvement qui se voulait en faveur du pouvoir d’achat des plus modestes pourrait rapidement apparaître en contradiction flagrante avec les objectifs initiaux.

Le gouvernement n’a d’autre choix que de faire preuve de fermeté dans ce dossier, sans s’exonérer de toute responsabilité.

Publicités