France : Le nouveau gouvernement en Marche pour affronter les élections législatives.

25 mai 2017

Emmanuel Macron, le nouveau président de la République, a rapidement installé son gouvernement en vue d’aborder les élections législatives dans les meilleures conditions.

Celui-ci se compose de 22 ministres et secrétaires d’Etat, soit 11 femmes et 11 hommes comme promis. On y trouve quelques socialistes, des membres d’En Marche mais aussi du Modem, de la société civile, ainsi que 3 anciens membres des Républicains.

Comme prévu, c’est finalement un Premier ministre de droite, Edouard Philippe (LR), 46 ans, ancien député-maire du Havre proche d’Alain Juppé qui a été nommé. Cette nomination ne doit rien au hasard. Faute d’avoir trouvé une plus grosse pointure à droite, l’objectif avoué par le président lui-même est de fragiliser la droite (LR-UDI) en vue des élections législatives, en favorisant plus largement les candidats de la République en Marche.

L’objectif prioritaire pour M. Macron est d’emporter la majorité des députés le 18 juin prochain. La bataille est donc engagée avec les partis traditionnels et notamment Les Républicains. Si le parti socialiste est aujourd’hui très affaibli et ne pèse guère plus de 7% des intentions de vote, la droite et le centre avec prés de 20% des intentions de vote seront-ils en mesure d’empêcher le président d’obtenir la majorité requise de 289 députés ? Pas si sûr. En s’attachant un Premier ministre (LR), ainsi que deux autres ministres des finances et du budget (LR), Emmanuel Macron veut convaincre les électeurs de droite et du centre qui ont voté pour lui au 2ème tour de la présidentielle de le soutenir en votant pour les députés de la République en Marche.

En outre, La République en Marche (28% des intentions de vote actuellement) a pris soin de ne pas présenter de candidats face à certains sortants issus de la gauche et de la droite modérée (dits Macron compatibles), susceptibles d’apporter ultérieurement leur soutien au nouveau président dans la prochaine Assemblée, notamment dans l’hypothèse d’une majorité insuffisance.

Dans la 5ème République, les électeurs ont cependant régulièrement donné une majorité de députés au président nouvellement élu. Toutefois, le cas de M. Macron est un peu différend dans la mesure où il ne dispose pas de véritable parti politique structuré. La plupart des candidats En Marche sont d’ailleurs novices et peu connus des électeurs ; ce qui constitue un réel handicap. D’où l’engagement fort du président en faveur de ses candidats et sa volonté d’affaiblir le plus possible les candidats issus des partis politiques traditionnels ; seul moyen de faire élire le plus grand nombre de députés en sa faveur.

Au jour d’aujourd’hui, il paraît donc improbable que la droite et centre soient en mesure d’emporter la majorité et d’imposer une cohabitation au président. Même si le président Macron est loin d’avoir gagné son pari électoral, sauf erreur majeure, la majorité absolue paraît à sa portée !

Les français lui ont effectivement donné une large majorité (66%) face à la candidate d’extrême-droite. Sont-ils prêts à réitérer leur vote aux législatives pour lui donner une majorité absolue ? La logique du 2ème tour de la présidentielle voudrait que les électeurs soient cohérents et lui donnent les moyens de conduire sa politique en votant massivement pour les candidats estampillés « En Marche ». Oseront-ils donner une majorité de députés au nouveau président pour les 5 ans à venir, au risque de mettre tous les œufs dans le même panier ou préfèreront-ils préserver une opposition démocratique, quitte à obliger M. Macron à recourir à une coalition pour gouverner demain ?

Outre la composition du nouveau gouvernement, le choix des français se fera en fonction de la capacité du nouveau président à incarner la fonction, de sa méthode de gouvernance et des premières mesures que prendra son gouvernement d’ici les élections législatives. Pour l’instant, force est de reconnaître que M Macron fait un sans faute et ne cesse d’engranger des opinions favorables.

Après les défaites cinglantes, dés le 1er tour de la présidentielle, des candidats des formations politiques traditionnelles LR et PS, une recomposition et régénération des forces démocratiques françaises s’impose pour conforter la démocratie. De ce point de vue, l’émergence d’une nouvelle force au centre de la vie politique française ne peut que favoriser le renouvellement de la classe politique, plus proche des préoccupations de la majorité de nos concitoyens. Il appartient donc aux formations politiques traditionnelles de se remettre en cause et d’effectuer au plus vite leur nécessaire mutation.

La France a aujourd’hui besoin de réformes profondes pour s’adapter au monde qui change et réduire drastiquement son niveau de dépenses publiques qui pénalise lourdement son développement, sa croissance et l’emploi. Enfin, la France doit redevenir le moteur de l’Europe aux côtés de l’Allemagne, pour une plus grande convergence des politiques fiscales, sociales et de sécurité intérieure et extérieure. Quel que soit le résultat des élections législatives, espérons que le président Macron sera l’homme de la situation pour remettre au plus vite notre pays sur les rails et lui permettre de retrouver confiance en son avenir. Il n’est pas trop tard.

En Aveyron, ils seront pas moins de 28 candidates et candidats à briguer les suffrages des électeurs pour les élections législatives, répartis sur les 3 circonscriptions. La République en Marche présente des candidats dans chacune des circonscriptions, comme presque partout en France. Il y a donc fort à parier que le 2ème tour serra serré entre les candidats LR et En Marche. La personnalité des candidats et leur profil constituera un atout majeur.

Les candidats aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017 en Aveyron (déclarés à la date du 19 mai) :

1ère circonscription (Rodez) : Yves Censi (Les Républicains, député sortant), Matthieu Danen (Front National), Pierre-Arnaud Defontaines (La France insoumise), Christian Lammens (Europe Ecologie Les Verts), Stéphane Mazars (La République en Marche), Anne Minier (Parti Communiste), Michel Raynal (Debout La France), Arlette Saint Avit (Lutte Ouvrière), Valérie Vagner (Union populaire républicaine) et Sarah Vidal (Parti Socialiste)

2ème circonscription (Villefranche-de-Rouergue) : André At (Les Républicains), Anne Blanc (La République en Marche), Bertrand Cavalerie (Parti Socialiste), Juliette Goudin (Union populaire républicaine), Bruno Leleu (Front National), Pascal Mazet (La France Insoumise), Philippe Molinié (Lutte Ouvrière) et Guy Pezet (Europe Ecologie Les Verts)

3ème circonscription (Millau) : Arnaud Viala (Les Républicains, député sortant), Muriel Abriac (Front National), Jean-Louis Austruy (La République en Marche), Bernard Combes (Lutte Ouvrière), Régina Garcini (Nouvelle Donne) ,Catherine Laur (La France Insoumise), Thierry Noël (Parti pour la décroissance), Bruno Pacchiele (Union populaire républicaine), Sophie Tarroux (Parti communiste) et Henri Temple (Debout la France)

Publicités