France : la fin des forfaits « internet illimité » n’est pas pour demain

22 août 2011

Ces derniers jours, divers médias se sont l’écho d’un article publié par le site Owni, annonçant la possible fin de l’internet illimité. Au vu d’un récent document de travail émanant de la Fédération française des télécoms qui regroupe une quinzaine d’opérateurs téléphoniques dont France-Télécom/Orange, SFR et Bouygues-Télécom, Owni affirme que ces derniers s’apprêtent à mettre fin aux forfaits internet illimités.

On se rappelle qu’en début d’année 2011, ces mêmes fournisseurs d’accès à internet, y compris Free, avaient sensiblement augmenté leurs forfaits ADSL triple-play qui étaient restés bloqués durant de longues années autour de 30 €/TTC par mois. Cette augmentation de généralement 2 € à 3 € par mois (parfois plus de 9 euros, comme chez Free, pour disposer de la FreeBox Révolution), avait pour objet d’ajuster le prix aux services rendus. Compte-tenu de ces augmentations, les forfaits ADSL illimités « triple play » proposés par les FAI varient aujourd’hui de 31.90 € au minimum à 38.90 € TTC par mois.

Il y avait donc tout lieu de croire que les choses en resteraient là quelques années. La majorité des abonnés payants pour les excès de quelques très gros consommateurs de bande passante qui ont tendance à saturer les réseaux internet des FAI.

Les opérateurs internet doivent effectivement faire face, d’une part, à une saturation croissante de leur réseau qu’ils doivent sans cesse renforcer, et d’autre part, à une tendance des opérateurs mobiles (souvent les mêmes) à délester leur réseau mobile 3G au bord de l’asphyxie au profit du Wifi. A ce rythme, les réseaux téléphoniques classiques risquent effectivement la saturation à moyen terme. Il n’est donc pas surprenant que des échanges entre les professionnels du secteur des télécoms aient lieu afin de trouver des alternatives techniques et économiques à ces difficultés.

Que dit exactement le document de travail résultant des travaux de la Fédération française des télécoms ? Il suggère, entre autre, l’instauration de nouveaux forfaits comportant un « débit IP maximum » et  un « plafond de consommation ». L’organisme professionnel propose ainsi un découpage « par gamme » des différentes offres pour l’Internet fixe que pourraient mettre en place ses membres. Yves Le Mouël, directeur général a déclaré au journal Le Monde : « Il s’agit d’un document de travail, qui n’est pas encore bouclé, et qui réfléchit à la façon de présenter les offres des différents opérateurs de manière transparente. Comme certains d’entre eux réfléchissent à mettre en place des offres limitées, elles apparaissent. Mais il n’y a pas de consensus entre opérateurs… »

En d’autres termes, il s’agit là d’hypothèses de travail mais non d’une tendance générale visant à mettre un terme aux forfaits internet illimités classiques. Face aux abus d’une minorité d’internautes très gros consommateurs d’internet, il n’est un secret pour personne que certains opérateurs, tels Orange, cherchent à instaurer des seuils pour certains forfaits illimités. En effet, si de telles pratiques devaient se développer, cela mettrait à mal le réseau internet français au détriment de l’immense majorité des internautes. Pourquoi la majorité d’entre aux qui consomment habituellement moins de 200 Mbits, devraient aussi payer pour ceux qui dépassent régulièrement les 2 000 Mbits et supporter, par là même, les ralentissements du réseau à certaines heures du fait de gens qui font un usage intensif et pour le moins abusif de leur connexion illimitée ?

Pour faire face à ces abus, les opérateurs/FAI paraissent s’orienter vers une plus grande segmentation des forfaits, plus en rapport avec l’usage qui en est fait par l’abonné. En d’autres termes, il est probable qu’à l’avenir, les forfaits illimités soient effectivement plafonnés en consommation, mais à un niveau tel qu’il ne générera aucune gène ou surcoût pour 98% des internautes qui font une consommation raisonnée de leur connexion. Par contre, pour les très gros consommateurs intensifs et habituels, le tarif sera probablement ajusté et revu à la hausse. Après tout, il n’y a là rien de choquant, bien au contraire. Pourquoi l’immense majorité des internautes devraient payer pour une poignée d’irréductibles qui passent leur temps sur internet ?

Eric Besson, le ministre de l’Industrie a aussitôt réagi en excluant la remise en cause de l’illimité. Il a rappelé que « le gouvernement travaille à encadrer l’utilisation du terme « illimité » par les opérateurs, afin de protéger les consommateurs contre certains abus ». De leur côté, les opérateurs SFR et Bouygues-Télécom ont fermement démenti envisager la remise en cause des forfaits internet illimités. Fausse alerte donc !

Une fois de plus, il n’y a là que du buzz et encore du buzz de la part de certains médias en mal d’information pour capter les lecteurs-consommateurs passablement inquiets par les temps qui courent. Circulez, il n’y a rien de bien nouveau du côté de l’internet illimité en France !

Publicités