L’élection du nouveau Parlement européen doit constituer une étape majeure du renouveau de l’Union européenne

Les pays de l’Union européenne sont appelés à voter le 26 mai 2019 pour renouveler les 705 parlementaires qui siègeront au Parlement européen à Strasbourg et Bruxelles pour les cinq prochaines années. L’élection se fait au suffrage universel direct. Le Parlement européen avait été élu pour la première fois en 1979 avec pour présidente Madame Simone Veil.

Le Parlement européen est l’institution qui représente les peuples des États membres de l’UE. Son rôle s’est progressivement renforcé à travers les différents traités. Ses compétences couvrent aujourd’hui deux domaines principaux :

  • Compétences législatives et budgétaires : il participe à l’adoption des actes juridiques aux côtés du Conseil des ministres de l’UE. peut aussi demander à la Commission européenne de soumettre les propositions de textes qui lui paraissent nécessaires. A noter que le traité de Lisbonne a accru ses compétences en étendant le domaine d’application de la procédure législative ordinaire qui rend son accord nécessaire à toute adoption d’acte législatif. Enfin, il établit, avec le Conseil, le budget annuel de l’Union.
  • Compétences de contrôle de l’exécutif de l’UE : le Parlement dispose de moyens de contrôle importants. Il contrôle la Commission et peut la censurer, l’obligeant ainsi à démissionner. Par ailleurs, le président de la Commission est élu par le Parlement et le choix des autres membres de la Commission est soumis à son approbation. Il peut aussi poser des questions écrites ou orales au Conseil et à la Commission, recevoir des pétitions émanant des citoyens européens, constituer des commissions temporaires d’enquête.

Le plaidoyer européen du président de la BCE

Voici quelques mois, Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne et ardent défenseur de l’Europe, avait prononcé, lors d’une cérémonie à l’université de Bologne, un vibrant plaidoyer en faveur de l’Union européenne et de sa rénovation, évoquant la souveraineté européenne dans un monde globalisé.

« …Face à la mondialisation, l’Union européenne (UE) est plus pertinente aujourd’hui plus que jamais. Comme l’a dit Jean Monet : « nous avons besoin d’une Europe pour ce qui est essentiel…, une Europe pour ce que les nations ne peuvent pas faire seules ».

Pour certains, il faudrait absolument choisir entre l’appartenance à l’UE et la capacité à exercer la souveraineté. Or cette croyance est erronée car elle confond indépendance et souveraineté. La véritable souveraineté ne réside pas dans le pouvoir de faire la loi, mais dans un plus grand contrôle des évènements afin de répondre aux besoins fondamentaux des citoyens, à savoir : la paix, la sécurité et le bien public. La capacité de prendre des décisions de façon indépendante n’assure pas un tel contrôle. En d’autres termes, l’indépendance ne garantit en aucune manière la souveraineté.

La mondialisation a profondément modifié la nature des processus de production et rendu les liens entre les pays de l’UE plus étroits… L’essentiel du commerce mondial se concentre aujourd’hui au sein de 3 espaces commerciaux, à savoir : l’Union européenne, l’ALENA (Amérique du nord) et l’Asie. Chacune de ces zones reste relativement fermée aux autres et l’UE est la plus intégrée de ces trois zones commerciales. Cette protection, construite ensemble, a permis à l’UE de récolter les fruits de l’intégration tout en en limitant les coûts. Les institutions européennes communes limitent les effets de contagion, assurent une égalité de traitement et protègent contre les comportements injustes. Elles permettent ainsi de répondre aux besoins des citoyens et aux pays d’exercer leur souveraineté.

Peu de pays européens ont en effet une taille leur permettant de résister aux retombées générées par les grandes économies ou de peser sur des négociations commerciales internationales. En revanche, en appartenant à l’UE, leur force est démultipliée. Les échanges commerciaux au sein de l’UE constituant 15% du commerce mondial (hors échanges intra-UE), contre environ 11% pour les USA, l’UE bénéficie d’un poids important dans les négociations commerciales. Par ailleurs, l’euro constitue et de loin, la deuxième monnaie internationale ; ce qui protège l’économie de la zone euro de l’instabilité.

L’Union européenne est seule en mesure d’assurer la souveraineté des Etats

Le fait de disposer du pouvoir réglementaire au niveau de l’UE permet aux Etats membres d’exercer une véritable souveraineté dans les domaines de la fiscalité, de la protection des consommateurs et des normes sociales, notamment face à la toute puissance des grandes multinationales tentées de jouer avec les lacunes fiscales et les aides indues. Enfin, l’UE peut bien mieux défendre les consommateurs et leur assurer une égalité de traitement au sein du marché européen. Ceci s’est vérifié par l’instauration du règlement général européen sur la protection des données (RGPD) visant à protéger la vie privée des européens qui s’impose aujourd’hui au reste du monde.

L’UE doit renforcer les dispositions mises en œuvre en matière d’obligation de rendre des comptes afin de mieux contrôler les institutions européennes dont la légitimité de leur action en dépend. En ce sens, le rôle du Parlement européen est fondamental. Parmi toutes les institutions dotées d’un mandat d’exercice de contrôle démocratique. Dans le monde mondialisé actuel, les interactions technologiques, financières et commerciales sont si fortes qu’il n’y a plus que quelques grands pays qui soient en mesure, et encore pas totalement, d’être à la fois indépendants et souverains. Soyons clairs : la plupart des autres Etats-nations de la planète, dont les pays européens, ne réunissent pas ces deux caractéristiques…

Face à la mondialisation et la toute puissance de quelques Etats, si nous voulons que ces valeurs essentielles que sont la liberté et la paix demeurent, l’UE doit adapter ses institutions existantes au changement et ce, malgré les inévitables résistances nationales aux ajustements devenus nécessaires. Ces réticences ont instauré le doute quant à la capacité des institutions à réagir aux évènements et ont renforcé la voix de ceux qui souhaitent les affaiblir.

Aucune équivoque n’est permise : un tel ajustement de nos institutions devra être aussi profond que le nécessite la fragilité de l’ordre existant, et aussi ample qu’est le nouvel ordre géopolitique qui évolue à rebours des intérêts de l’Europe.

Une seule réponse est possible : restaurer l’unité de vision et d’action sans laquelle la cohésion de pays aussi différends ne pourra pas être maintenue. Nous devons apporter une réponse à la perception d’un manque d’équité entre les pays et entre les classes sociales. Nous devons d’abord être à l’écoute, puis passer à l’action et expliquer. L’unité et l’équité sont plus nécessaires que jamais à l’orientation des politiques européennes… »

Les prochaines élections européennes doivent marquer le renouveau de l’Union européenne

Soyons clair. Sans l’Union européenne qui pèse aujourd’hui prés de 500 millions d’habitants, les Etats qui la composent auraient été anéantis par la mondialisation. Malgré ses faiblesses institutionnelles, l’Union européenne a permis de développer son économie et protéger ses citoyens face à une concurrence mondiale extrême. Sans l’UE, la construction aéronautique et spatiale n’existeraient plus et une partie importante de son industrie aurait tout simplement disparu. A l’instar du succès de Galileo, le GSP européen, l’UE doit créer une industrie de la défense, des nouvelles technologies, de l’intelligence artificielle… Aucun pays n’a les moyens financiers et technologiques pour réussir dans ces domaines porteurs d’avenir.

Le renouveau de l’Union européenne passe par le succès des formations réformistes lors des prochaines élections au Parlement européen.

Autre signe attendu d’un véritable changement dans la gouvernance de l’Union européenne, la désignation par le prochain Parlement européen d’un président de la Commission qui ait une véritable stature européenne et soit en mesure de porter les importantes réformes à conduire dans les prochaines années, plutôt qu’un élu sans envergure issu du groupe majoritaire au Parlement, comme cela a été le cas jusqu’à maintenant. Changeons pour un mode de désignation qui permettent aux institutions européennes de se moderniser et démocratiser pour relever les défis actuels.

Le nationalisme aveugle conduit immanquablement à la régression et à l’échec. L’avenir de l’UE et des pays qui la composent passe obligatoirement par plus de cohésion et de collaboration entre les Etats pour moderniser et consolider le projet européen face à la globalisation. C’est ensemble que l’Union européenne bâtira son avenir et non par le repli sur soi prôné par les nationalistes de tout bord.

Michel Barnier, négociateur de la Commission européenne pour le Brexit ne dit pas autre chose en affirmant vouloir être utile après les élections du 26 mai. « Demain, il faudra avoir du courage et de la force, celle d’une coalition de projet réunissant plusieurs groupes. Nous sommes dans une situation d’alerte grave. Il ne s’agit plus de s’opposer mais d’agir car les autres grandes puissances n’attendent pas… ». Pour M. Barnier, il y a urgence à protéger l’Europe. Pour cela il faut selon lui : « Lancer un New Green Deal européen, maitriser les migrations, construire une nouvelle économie pour faire face à la guerre technologique. Des millions d’emplois sont en jeu ! Et aussi faire plus pour la défense européenne… » Et d’ajouter : « Beaucoup de ces chantiers rejoignent le projet européen d’Emmanuel Macron. Il faudra y travailler ensemble… »

Quel que soit le résultat des élections, l’Union européenne est au pied du mur et doit se remettre en marche pour un nouveau Deal afin assurer son avenir.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :