La région Occitanie octroie une subvention pour la restauration de Notre Dame de Paris et crée la polémique sur le financement du patrimoine régional

La région Occitanie, lors de sa dernière commission permanente au 19 avril, a décidé d’allouer une subvention exceptionnelle de 1.5 millions d’euros en faveur de la restauration de la cathédrale Notre Dame de Paris. Une décision pour le moins surprenante.

Quand la région Occitanie gaspille de l’argent public, au détriment des collectivités régionales

La décision d’octroyer une forte subvention pour la restauration de Notre Dame de Paris est d’autant plus stupide que sur un plan financier, d’une part, celle-ci est la propriété de l’Etat français et que d’autre part, il est d’ores et déjà acquis que plus d’un milliard d’euros ont été récoltés en 15 jours, au titre des seuls dons de particuliers, d’entreprises, de fondations et même d’organisations étatiques internationales. Comment peut-on justifier le versement d’une telle subvention alors même qu’il est probable que les seuls dons privés devraient suffire au financement des travaux ?

Qui plus est, à quel titre, une région qui ne cesse de se plaindre des faibles dotations allouées par l’Etat et de la faiblesse de ses moyens, peut-elle décider de verser une somme aussi importante pour la restauration d’une cathédrale située hors de son ressort territorial et dont le financement de celle-ci relève de son propriétaire l’Etat ? Si les donations privées ne suffisent pas, outre l’Etat, ce sont en priorité la région Ile-de-France et les collectivités franciliennes qui ont vocation à financer les travaux de restauration de Notre Dame de Paris. Ce d’autant plus que les collectivités franciliennes sont parmi les plus riches du pays !

Dans ces conditions, comment ne pas s’interroger sur la légalité même de la décision prise par la région Occitanie ?

Une décision absurde et contraire aux intérêts de la région Occitanie alors même que celle-ci s’avère incapable de subventionner la restauration de monuments historiques de premier plan de sa propre région, dont certains menacent ruine. Pourquoi tant d’indifférence des élus de la région Occitanie à l’égard de l’important patrimoine régional qui a pourtant tant besoin de travaux de restauration ? Cette somme aurait été beaucoup plus utile à notre propre région.

Les contribuables ne vont pas manquer d’apprécier cette générosité bien malvenue de la région Occitanie, au moment où nombre d’élus locaux se battent quotidiennement pour financer la sauvegarde de leur patrimoine, en sollicitant une région qui s’avère le plus souvent incapable de répondre favorablement.

Comment ne pas comprendre le mécontentement des collectivités locales d’Occitanie qui rencontrent les pires difficultés pour financer la restauration des nombreux et coûteux monuments historiques de premier plan, pourtant si chers à notre identité régionale ?

Christian Teyssèdre, le maire de Rodez et président de Rodez agglo dénonce à juste titre « un manque d’égalité de traitement » de la région Occitanie

« Je ne suis pas en croisade contre la Région mais je me dois de défendre les intérêts de Rodez, je suis élu pour cela ! » Et de rappeler notamment qu’en 2017, une demande d’aide régionale en vue de la rénovation de la cathédrale Notre-Dame de Rodez à hauteur d’1,8 M€, avait été refusée.

Ces travaux traînent en longueur depuis des décennies par manque de moyens financiers de l’Etat en charge des travaux. Dans sa décision, la Région avait justifié son refus prétextant le « principe général de non-éligibilité du patrimoine propriété de l’État, en raison des contraintes budgétaires qui imposent de limiter le champ des cofinancements régionaux… ». Et d’ajouter : « Dans le domaine de la restauration du patrimoine, la Région n’intervient pas lorsque l’Etat est propriétaire de l’édifice concerné ; ce qui est le cas de la cathédrale de Rodez… »

Pourquoi, dans ce cas, faire exception en faveur d’un monument extérieur à la région Occitanie et qui plus est propriété de l’Etat ?

Et le maire de Rodez de poursuivre : « Notre-Dame de Paris et toutes les cathédrales de France appartiennent à l’État. Alors, pourquoi aider l’une et pas l’autre ? Il n’y a aucune cohérence. Cette aide, c’est avant tout pour l’exposition médiatique alors que notre cathédrale en a également besoin. Dois-je rappeler à la Région que la protection du patrimoine est de sa compétence ? ».

Pour le moins agacé par cette décision invraisemblable de la région, le maire de Rodez n’y est pas allé de main morte et n’a pas hésité à démonter, point par point, les quelques arguments avancés par certains élus de la majorité régionale (PS) venus à la rescousse pour tenter d’expliquer ce vote de la Région, présidée par Carole Delga.

Voilà une affaire qui n’a pas fini de faire des vagues, et qui ne devrait pas contribuer à apaiser les tensions entre la majorité socialiste de la région Occitanie et le maire de Rodez.

Pour les ruthénois et les habitants de l’Occitanie, une chose est sûre : le maire de Rodez a parfaitement raison de défendre les intérêts de sa ville. Il s’agit là de simple bon sens, de cohérence et de saine gestion des finances publiques.

En ces temps difficiles où les dépenses de fonctionnement ont tendance à augmenter ostensiblement, les contribuables de la région Occitanie sont en droit d’exiger une gestion plus rigoureuse des deniers publics.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :