La mise en garde de Santé publique France concernant les méfaits de l’alcool

A l’instar de nombreux pays, le gouvernement, via Santé publique France vient de lancer mardi 26 mars 2019 une campagne de sensibilisation sur les méfaits d’une consommation régulière d’alcool.

Contrairement à une idée faussement répandue en France depuis des décennies, toutes les études scientifiques sérieuses convergent aujourd’hui pour assurer qu’ « aucun niveau de consommation d’alcool n’est réellement protecteur pour la santé. »

Cette campagne recommande de ne pas boire plus de deux verres d’alcool par jour et pas tous les jours de la semaine.

Pourquoi un telle campagne au pays du vin ?

1 – Toutes les études scientifiques récentes contestent le mythe selon lequel un verre de vin quotidien serait bon pour la santé

C’est notamment le cas de l’étude prônant le « zéro alcool« , publiée par la revue scientifique de santé britannique « The Lancet » en août 2018. Celle-ci établit clairement que boire un verre d’alcool par jour pendant un an augmente de 0,5% le risque de développer des problèmes de santé liés à l’alcool comme les cancers, les maladies cardiovasculaires, les accidents, les violences, les AVC ou bien encore la cirrhose.

Selon la co-auteure de l’étude, la Dr Emmanuela Gakidou de l’Institut de métrologie et d’évaluation de la santé (IHME de l’Université de Washington), seul le « zéro alcool » minimalise le risque global de maladies : « Les risques pour la santé associés à l’alcool sont énormes. (…) Le mythe selon lequel un ou deux verres par jour sont bons pour vous n’est qu’un mythe« .

Cette publication évalue en réalité les différents niveaux de consommation d’alcool et leurs effets sur la santé. La période étudiée s’étend de 1990 à 2016. Au total, 195 pays ont été étudiés. Ces nouveaux résultats sur la fréquence et l’impact de la consommation d’alcool jettent un froid. Boire même de faibles quantités, un verre de vin ou une bière par jour, comporte un vrai risque pour la santé.

Selon cette étude, en 2016, prés de 3 millions d’individus sont décédés à cause de l’alcool. La même année, la consommation de boissons alcoolisées a été le septième facteur de risque de décès prématuré et d’invalidité à l’échelle de la planète et la principale cause de décès chez les personnes âgées de 15 à 49 ans (suicides, accidents de la circulation, tuberculose notamment).

Un buveur sur trois meurt de problèmes de santé liés à l’alcool chaque année.  Les buveurs d’alcool de part le monde sont environ 2.5 milliards, dont 65% d’hommes. En France, la consommation d’alcool est de l’ordre, en moyenne, de 4,9 verres par jour chez les hommes et de 2,9 chez les femmes.

2 – Cette étude scientifique conclut qu’il n’y a pas de niveau sûr de consommation d’alcool. Seule une consommation d’alcool nulle réduit le risque global de perte de santé.

L’étude ne fait aucune distinction entre la bière, le vin et l’alcool en raison du manque de preuves lors de l’estimation de la charge de morbidité. Cependant, les chercheurs ont utilisé des données sur tous les décès liés à l’alcool en général et sur les résultats de santé connexes pour déterminer leurs conclusions.

Les modes de consommation d’alcool varient considérablement selon les pays et les sexes, la consommation moyenne par buveur et la charge de morbidité imputable. La « consommation moyenne » fait référence à une boisson standard, définie dans l’étude comme étant 10 grammes d’alcool pur, consommée quotidiennement par une personne, soit environ l’équivalent de :

  • un petit verre de vin rouge (100 ml) à 13% d’alcool en volume,
  • ou une canette de bière (375 ml) à 3,5% d’alcool en volume,
  • ou un verre de whisky ou d’autres spiritueux (30 ml) à 40% d’alcool en volume.

L’étude fournit des résultats sur la prévalence de la consommation courante, la prévalence de l’abstention, la consommation d’alcool chez les buveurs actuels et les décès et la mauvaise santé globale attribuables à l’alcool pour 23 problèmes de santé, tels que maladies transmissibles et non transmissibles et traumatismes : maladies cardiovasculaires, cancers, maladies non transmissibles telle la cirrhose du foie, maladies transmissibles, blessures intentionnelles ou involontaires, blessures liées au transport

Pour l’éditeur du Lancet : « Nous comprenons maintenant que l’alcool est l’une des principales causes de décès dans le monde aujourd’hui »… « Nous devons agir maintenant. Nous devons agir d’urgence pour prévenir ces millions de morts. »

Cette étude exhaustive se fonde sur 694 sources de données sur la consommation d’alcool individuelle et au niveau de la population, ainsi que 592 études prospectives et rétrospectives sur le risque de consommation d’alcool. Il s’agit de la plus grande base de données collectées à ce jour qui démontre la nocivité de l’alcool sur la santé.

En 2016, l’étude a montré que huit des dix principaux pays où le taux de mortalité attribuable à la consommation d’alcool était le plus faible chez les 15-49 ans se trouvaient au Moyen-Orient : Koweït, Iran, Palestine, Libye, Arabie saoudite, Yémen, Jordanie et Syrie. Les deux autres étaient les Maldives et Singapour. Inversement, sept des dix pays les plus touchés par le taux de mortalité étaient localisés dans les régions de la Baltique, de l’Europe ou de l’Asie centrale, notamment la Russie, l’Ukraine, la Lituanie, la Biélorussie, la Mongolie, la Lettonie et le Kazakhstan. Les trois autres étaient le Lesotho, le Burundi et la République centrafricaine.

Selon cette étude, il y a urgence à revoir les politiques pour encourager, soit à abaisser les niveaux de consommation d’alcool, soit à s’abstenir totalement.

3 – TAUX DE MORT ATTRIBUABLES À L’ALCOOL (par 100 000 personnes), 15-49 ans, 2016

Taux les plus élevés:

  1. Lesotho: 145,3
  2. Russie: 118,4
  3. République centrafricaine: 108,8
  4. Ukraine: 92,2
  5. Burundi: 81,1
  6. Lituanie: 76,1
  7. Biélorussie: 71,2
  8. Mongolie: 67,6
  9. Lettonie: 65,5
  10. Kazakhstan: 62,2

Taux les plus bas:

  1. Koweït: 0.3
  2. Iran: 0.4
  3. Palestine: 0,4
  4. Libye: 0,7
  5. Arabie Saoudite: 0.7
  6. Yémen: 0.9
  7. Jordanie: 1,3
  8. Maldives: 1,4
  9. Singapour: 1,6
  10. Syrie: 1,7

PRÉVALENCE (%) DES BOISSONS ACTUELLES, tous âges, 2016

Prévalence la plus élevée chez les hommes :

  1. Danemark: 97,1
  2. Norvège: 94,3
  3. Argentine: 94,3
  4. Allemagne: 94,3
  5. Pologne: 93,8
  6. France 93.1
  7. Corée du Sud: 91,3
  8. Suisse: 91,2
  9. Grèce: 90,8
  10. Islande: 90,3

Prévalence la plus basse:

  1. Pakistan: 0,9
  2. Bangladesh: 1.0
  3. Egypte: 1.1
  4. Mali: 2,5
  5. Maroc: 3.0
  6. Sénégal: 3.2
  7. Mauritanie: 3,2
  8. Syrie: 5.0
  9. Indonésie: 7,2
  10. Palestine: 7,9

Cette longue et exhaustive étude réalisée par The Lancet est corroborée par de nombreuses autres études mondiales.

4 – Une récente étude de l’INSERM va dans le même sens. (Pr Mickaël Naassila, directeur de l’équipe Inserm ERI 24, « Groupe de recherche sur l’alcool & les pharmacodépendances » (GRAP) et Bertrand Nalpas, directeur de recherche à l’Inserm et chargé de la mission « Addiction »

La consommation d’alcool en France reste élevée

Bien que sa consommation diminue régulièrement en France, 10% des adultes sont encore aujourd’hui sous la dépendance de l’alcool. Cette surconsommation entraîne des complications hépatiques, cardiovasculaires, neurologiques ainsi que des cancers, et l’alcool reste la deuxième cause de mortalité en France.

Les données de Santé publique pour 2014 indiquent qu’environ 13,6% des adultes ne boivent jamais et 9,7% boivent tous les jours (14,6 % des hommes et 4,9% des femmes). Le vin reste de loin la boisson la plus consommée.

La consommation débute le plus souvent à l’adolescence, période durant laquelle la bière et les prémix (boissons alcoolisées, sucrées et aromatisées) sont les boissons les plus populaires. L’âge moyen de la première ivresse est de 15,2 ans.  En 2014, 58,9% des adolescents âgés de 17 ans déclaraient avoir déjà été ivres au cours de leur vie, et plus d’un quart (25,3%) avait connu au moins trois épisodes d’ivresse au cours des 12 derniers mois (Source : Escapad 2014).

L’alcool présente une toxicité importante pour l’organisme

La consommation d’alcool expose à de multiples risques pour la santé en fonction des quantités absorbées. Elle est responsable de plus de 200 maladies et atteintes diverses.

Certaines de ces maladies sont exclusivement attribuables à l’alcool, notamment la cirrhose alcoolique ou certaines atteintes neurologiques. Pour d’autres pathologies, l’alcool constitue un facteur de risques supplémentaire.

C’est le cas de certains cancers (bouche, pharynx, larynx, œsophage, foie, sein, cancer colorectal) et de maladies cardiovasculaires (hypertension artérielle, cardiopathie ischémique). Des troubles cognitifs sont en outre observés chez plus de 50% des personnes alcoolodépendantes : altération de la mémoire, inadaptation de certains mouvements… Ces troubles sont lentement réversibles.

Principale victime de l’alcool : le foie. Plusieurs maladies hépatiques peuvent être provoquées par la consommation excessive d’alcool : stéatose (accumulation de lipides dans le foie), hépatite alcoolique, cirrhose.

Une étude française effectuée auprès de 2 000 consommateurs excessifs hospitalisés a montré que seulement 11% d’entre eux avaient un foie normal : 34% présentaient une cirrhose alcoolique, 46% une stéatose associée ou non à une fibrose et 9% une hépatite alcoolique aiguë.

L’alcool, deuxième cause de mortalité prématurée en France

À dose excessive, la consommation d’alcool contribue de façon directe ou indirecte à 13% des décès masculins et à 3% des décès féminins. L’alcool constitue la deuxième cause de mortalité prématurée en France. Ainsi, en 2009, 49 000 décès étaient imputables à l’alcool en France, dont 22% des décès des 15-34 ans, 18% des décès des 35-64 ans et 7% des décès après 65 ans.

Il s’agissait surtout de cancers (15 000 décès), de maladies cardio-vasculaires (12 000 décès), de maladies digestives (8 000 morts dues à des cirrhoses) et d’accidents et suicides (8 000 morts). Les autres décès relevaient d’autres maladies dont des troubles mentaux liés à l’alcool.

Les conséquences sociales de la consommation excessive d’alcool sont également lourdes. En 2006, les tribunaux ont prononcé plus de 271 condamnations pour homicide involontaire sous emprise de l’alcool. Et dans 28 % des cas de violences conjugales enregistrées en région parisienne, l’auteur consommait régulièrement des quantités importantes d’alcool.

5 – Les recommandations récentes de l’autorité Santé Publique France en matière d’alcool en 2019 :

Il est possible de réduire considérablement les risques en suivant une règle simple : maximum 2 verres d’alcool par jour, et pas tous les jours.

Cela signifie qu’au cours d’une semaine, il est recommandé :

  •  d’avoir plusieurs jours sans consommation d’alcool,
  •  de ne pas boire plus de 2 verres dits « standards » les jours où l’on consomme de l’alcool,
  •  et globalement, de ne pas consommer plus de 10 verres standards par semaine.

Ces repères de consommation sont valables pour les hommes comme pour les femmes (sauf si elles sont enceintes). Un verre « standard » s’entend de 10 grammes d’alcool pur, quel que soit le type de boisson alcoolisée (vin, bière, apéritif ou alcool fort). En deçà de ces seuils, le risque d’atteinte toxique liée à l’alcool est largement diminué mais n’est pas nul, en particulier en ce qui concerne le risque de cancer.

Même consommé en quantité quotidienne faible, équivalente à 13 grammes (soit 1,3 verre), l’alcool serait responsable de 1 100 morts par an.

C’est pourquoi ces seuils sont discutés et pourraient encore être abaissés à l’avenir.

Pour mémoire, un verre de bière (250-300 ml), un verre de vin (150 ml) et une mesure de spiritueux (30-50 ml) contiennent une quantité voisine d’alcool (environ 10 g d’éthanol).

Plus d’informations :

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :