France : La priorité doit enfin être donnée à la réduction de la dépense publique

3 mars 2019

Dans le cadre du Grand débat voulu par le président de la République, on a vu émerger ici et là les propositions les plus fantaisistes et contradictoires visant généralement à augmenter les impôts, plutôt que de les baisser. Etonnant alors que la plupart des français ne cessent de se plaindre d’impôts et taxes trop élevés qui rognent le pouvoir d’achat.

C’est oublier l’essentiel : le poids excessif de la fiscalité en France. L’autre problème,c’est l’importance de sa dette et ses déficits publics qui atteignent des records au sein des pays de l’OCDE. Eh oui, depuis trop longtemps la France vit à crédit et nettement au-dessus de ses moyens. Pour autant, peu de propositions sérieuses et significatives visant à réduire les dépenses publiques qui sont pourtant les plus élevées des pays de l’OCDE (57% du PIB), ont été faites.

La seule alternative crédible pour la France est de réduire drastiquement les principales dépenses publiques

La seule alternative possible n’est pourtant autre que la réduction massive des principales dépenses : celles liées à la fonction publique, aux dépenses sociales et aux retraites et non par quelques mesures très marginales proposées ici et là. Ceci est d’autant plus d’actualité que les services publics en France sont dépassés et ne répondent plus aujourd’hui à l’attente des citoyens en de nombreux domaines.

Comme de nombreux pays l’on fait, il est possible de réduire la dépense publique ainsi que le nombre de fonctionnaires, tout en améliorant substantiellement la qualité et l’efficacité de ce dernier. Pour cela, il convient de redéfinir les missions de services public d’aujourd’hui. Les besoins actuels n’ont plus grand-chose à voir avec ceux de l’après-guerre, en raison notamment des évolutions technologiques, de la formation et de la répartition des populations dans le pays.

En France, les recettes nettes du budget de l’Etat, après reversement aux collectivités territoriales et à l’Union européenne, représentaient 243 milliards d’euros en 2018, contre des dépenses nettes de 329 milliards d’euros. Ce qui fait apparaître un déficit du budget pour 2018 à 86 milliards d’euros. C’est dire l’ampleur des économies à faire au cours des années à venir.

Voici quelques dépenses à réduire en priorité pour dégager des marges de manœuvre et ramener progressivement le budget en équilibre comme l’ont fait la plupart des pays du nord de l’Union européenne.

Les principales dépenses publiques (Sce Budget de l’Etat 2018)

  • Enseignement : 71.6 milliards € (21.76%)
  • Défense : 42.5 milliards € (12.92%)
  • Engagement financier de l’Etat : 41.8 milliards € (12.71%)
  • Recherche & enseignement sup. : 27.7 milliards € (8.42%)
  • Sécurité publique : 19.7 milliards € (5.96%)
  • Cohésion des territoires : 17.2 milliards € (5.23%)
  • Travail & emploi : 15.6 milliards € (4.74%)
  • Ecologie & développement durable : 11.3 milliards € (3.43%)
  • Gestion finances publiques : 10.9 milliards € (3.31%)
  • Justice : 8.7 milliards € (2.64%)
  • Agriculture, alimentation & forêts : 3.4 milliards € (1.3%)
  • Administration générale & territoriale de l’Etat : 2.5 milliards € (0.76%)
  • Direction & action du gouvernement : 1.5 milliards  (0.46%)

Ces principales dépenses de l’Etat représentent à elles seules 300.3 milliards d’€, soit 91.3% du total des dépenses. Les 4 principaux budgets représentent à eux seuls 176 milliards €, soit 55.8 % de l’ensemble des dépenses. A l’inverse, les seules dépenses liées à l’action du gouvernement représentent moins de 0,50% du total.

Les grandes masses de dépenses en France sur la base de 1 000 €

Dans un souci d’information et de transparence, le gouvernement a publié dans le cadre du Grand débat, une ventilation des dépenses annuelles de l’Etat pour 1 000 € de dépenses. Ce tableau a le mérite de mieux permettre d’identifier les dépenses les plus importantes pour proposer des alternatives au regard de l’enjeu des différents postes.

  • Protection sociale : 575 € (dont retraite : 268 €, assurance maladie : 191 €, famille : 42 €…)
  • Dépenses sectorielles : 143 € (dont Affaires économiques : 53 €, transports & équipements : 43 €…)
  • Education : 96 €
  • Administrations publiques : 66 €
  • Services publics : 60 € (dont défense : 31 €, sécurité : 25 €, justice : 4 €)
  • Recherche : 23 €
  • Charge de la dette : 37 €

Plus d’infos : Ce que financent 1 000 euros de dépenses publiques

Quelques axes pour réduire les dépenses publiques

Au vu de l’ampleur de certaines dépenses publiques, point n’est besoin d’être un grand expert en économie pour comprendre les enjeux et cibler les dépenses à réduire en priorité.

  • La fonction publique

De nombreux français se plaignent de plus en plus d’une administration lourde, tatillonne et peu à l’écoute des usagers. Contrairement à ce que l’on entend trop souvent, ce n’est pas un problème de moyen et de nombre de fonctionnaires, bien au contraire, l’administration française ressemble plus à « une armée mexicaine » totalement dépassée ! D’ailleurs, en dépit de la forte présence de l’administration dans les zones rurales depuis l’après-guerre, cela n’a pas empêché la désertification.

L’administration française doit être réformée pour l’adapter au monde d’aujourd’hui et la faire en sorte qu’elle soit à l’écoute des usagers, notamment via les portails internet. Il faut donc renforcer l’administration là où se trouve la population la plus importante et la réorganiser dans les zones peu peuplées par la mise en place de maisons de services publics, services itinérants, mutualisation diverses…

Tout cela doit se faire tout en réduisant les coûts de fonctionnements devenus excessifs au regard du peu de service rendu. La bonne administration en 2019 n’est pas qu’une affaire d’effectifs sinon cela se saurait. De nombreux pays tels l’Allemagne, le Royaume-Uni ou l’Espagne ont une administration bien plus efficace avec des moyens financiers et en personnels bien moins importants. Pour cela, il faut en finir avec la démagogie qui consiste à dire que la réduction du nombre de fonctionnaires nuit au bon fonctionnement du service public !

A quoi servent des administrations parfois pléthoriques quadrillant de nombreux départements ruraux où la population ne cesse de baisser depuis plus de 50 ans (des trésoreries, des centres de finances publiques, des gendarmeries…). Strictement à rien, il faut l’avouer !

Parallèlement, il faut traquer les effectifs superflus dans la fonction publique, notamment dans les administrations centrales à Paris, mais aussi dans les directions régionales et départementales. Trop de doublons et de postes redondants, notamment au niveau de l’encadrement supérieur en nombre pléthorique, souvent peu compétents et rarement à l’écoute des services de terrain.

A terme, les directions départementales actuelles (plus de 100) ne sont plus adaptées alors qu’une simple direction régionale serait bien plus efficace et adaptée. Obnubilés qu’ils sont par le déroulement de leur petite carrière personnelle, ils ne sont pas prêts à abdiquer. Il y a pourtant là des économies budgétaires considérables à réaliser, tout en rendant l’administration plus souple, efficace et au service de nos concitoyens.

  • La protection sociale

Le système de retraite : Pour permettre le financement à venir des pensions de retraite, la France n’a d’autre choix que de s’aligner sur les autres pays européens en portant progressivement la date de départ à la retraite à 65 ans et en supprimant les régimes spéciaux. Ceci est rendu nécessaire pour équilibrer le régime et maintenir le niveau de retraite des prochaines générations. C’est d’autant plus justifié que les retraités français sont, et de loin, les mieux lotis en Europe et qu’ils vivent en moyenne plus longtemps que dans les autres pays.

Les prestations sociales et de chômage : Il faut revoir notre système de protection, d’aides sociales et d’indemnisation du chômage aujourd’hui beaucoup trop dispendieux et dont l’efficacité est fortement contestée. La priorité doit être de refondre l’intégralité des aides publiques (RSA, prime d’activité, allocations logement et familiales, allocations de chômage…) pour les simplifier et les rendre plus transparentes et efficaces ; tout en mettant en place des mesures efficaces de lutte contre les fraudes.

  • Le millefeuille territorial

L’autre importante source d’économie concerne la réduction de strates administratives territoriales aux missions souvent redondantes qui coûtent très cher à la collectivité, généralement sans une réelle plus-value. Il faut revenir à des structures plus simples, légères, lisibles et beaucoup moins onéreuses.

Il y a urgence à encourager la fusion des communes, à commencer par celles de moins de 2 000 habitants pour les rendre plus compétitives et performantes, tout en réduisant leurs coûts de fonctionnement. De 35 000 communes, la France doit revenir à moins de 10 000 dans les 10 ans. De même, les communes ayant intégré des communautés de communes ou d’agglomérations doivent progressivement fusionner. Elles y gagneraient énormément en lisibilité, mais surtout en économies financières, tout en devenant plus efficaces et attractives.

Il convient par ailleurs de réduire massivement les dotations et subventions aux collectivités, en les réservant aux seules communes qui fusionnent ou aux communautés de communes ou d’agglomération dans le cadre de projets d’intérêt strictement communautaire.

Il faut aussi s’interroger sérieusement sur la nécessité de conserver l’échelon départemental. Après la réforme ratée des régions où des économies importantes restent à réaliser, les départements devraient pouvoir s’effacer progressivement en transférant leurs missions, d’une part, aux régions notamment les infrastructures routières, les transports et les collèges et d’autre part, aux communautés de communes, d’agglomérations et les métropoles pour les autres missions.

Quelques dépenses qui doivent malgré tout être revue à la hausse

Certaines dépenses afférentes aux missions régaliennes de l’Etat ont toutefois vocation à être revue à la hausse mais elles ne représentent globalement qu’une faible part des dépenses budgétaires.

Il s’agit principalement de la défense dont le budget doit remonter au-dessus du seuil de 2% du PIB contre 1.5% aujourd’hui ; ce qui est insuffisant pour faire face à la modernisation et à l’opérationnalité de nos forces armées. Les forces de sécurité nécessitent également un renforcement de leurs moyens. Quant à la justice qui dispose d’un des plus faibles budgets d’Europe, un effort financier important doit être consenti pour une meilleure exécution de notre justice.

Enfin, des moyens beaucoup plus importants doivent être alloués à la santé en général, notamment aux Ehpad et hôpitaux ; ce qui n’exclut pas des économies concernant certains remboursements de médicaments, d’actes et de soins non essentiels.

Le temps est venu pour la France de s’attaquer enfin à la réduction massive de ses dépenses publiques.

Plus d’infos : Ce que financent 1 000 euros de dépenses publiques en 2018

Publicités