Vaincre l’antisémitisme, ce fléau qui gangrène les sociétés française et européennes

Cela n’a échappé à personne, ces derniers mois en France, l’antisémitisme le plus abject a marqué une forte progression.

Les derniers chiffres officiels publiés par le gouvernement le démontrent hélas. Après deux années de baisse en 2016 et 2017, le nombre de faits à caractère antisémite a fortement augmenté en 2018. 541 faits ont ainsi été constatés l’an dernier, soit une augmentation de 74%. Parmi ces 541 faits, 183 actions antisémites ont été recensées (violences, homicide et tentative d’homicides et atteinte aux biens) et 358 menaces à caractère antisémite ont été dénombrées.

Face à ce terrible constat, le ministre de l’intérieur Christophe Castaner, a déclaré : « La haine n’a pas sa place dans la République. Nous sommes déterminés à protéger tous les français, à protéger la laïcité, la liberté de ne pas croire, comme celle de croire, dans le respect en toute sécurité. Ces chiffres montrent que nous ne devons pas baisser la garde… Rien se sera toléré : chaque coupable devra être trouvé et jugé. »

Ces actes constituent une atteinte inacceptable aux valeurs de la République française.

« Antisémitisme : la face sombre des gilets jaunes »

Tel était le titre à la une du journal Le Monde daté du 19 février dernier. Il faisait suite aux images publiées lors de la manifestation des gilets jaunes du précédent weekend où ces derniers avaient violemment pris à partie le philosophe Alain Finkielkraut : « Barre-toi sale sioniste de merde ! T’es un raciste, casse-toi !… » et c… Ce qui en dit long sur la bêtise et l’antisémitisme de certains gilets jaunes. Le degré d’ignorance et le peu d’intelligence de ces gens est affligeante.

Par-delà la violence et la teneur des propos totalement inacceptable dans la France de 2019, on ne peut que s’étonner de la passivité des nombreux gilets jaunes présents, devant de tels propos de l’un des leurs. On n’a pas davantage entendu ici et là de condamnation claire et audible de ces propos antisémites de la part des représentants des gilets jaunes. Preuve s’il en est d’une forme de complaisance, pour ne pas dire plus.

Ces derniers mois, force est de constater que trop souvent de nombreux gilets jaunes de provenance diverses, tiennent des propos ou font des insinuations pour le moins antisémites, que ce soit entre eux, sur les réseaux sociaux, lors de certaines interviews, voire même dans leurs slogans et pancartes.

Dans ce contexte, rien d’étonnant à ce que les actes antisémites aient fortement augmenté ces derniers mois. En quelques jours seulement, une série de profanations antisémites ont été commises, dont les portraits de Simone Veil à Paris, celles d’un cimetière juif prés de Strasbourg ou de l’arbre planté en hommage à Ilan Halimi, le jeune juif assassiné en 2006 à Sainte Geneviève des Bois.

Cette concomitance d’actes antisémites odieux et caractérisés en quelques jours, en plein mouvement des gilets jaunes, ne doit probablement rien au hasard. Cessons d’être naïfs !

La radicalisation des gilets jaunes favorise l’antisémitisme

Au fil des mois, le mouvement des gilets jaunes qui portait indiscutablement, du moins au départ, un certain nombre de messages qui pouvaient être entendus sur un plan politique, s’est progressivement radicalisé. L’arrivée de professionnels de la contestation dont l’objectif premier était d’en découdre avec les représentants de la République, légitimement élus, en vue d’affaiblir le pouvoir a profondément dénaturé le mouvement.

Il est d’ailleurs symptomatique de noter que l’une des représentantes originelles des gilets jaunes, parmi les plus modérées du mouvement qui envisageait de conduire une liste pour les élections européennes, ait été à son tour prise à partie et conspuée lors de la manifestation de ces mêmes gilets jaunes samedi dernier. Preuve s’il en est de la reprise en main du mouvement par les plus radicaux et du basculement vers un mouvement de nature extrémiste et violent.

L’interférence de formations politiques d’extrême-droite et d’extrême-gauche qui ont essayé de récupérer le mouvement n’y est probablement pas étranger. Personne n’est dupe des nombreuses passerelles existantes pour attiser les forces populistes les plus radicales et créer une forme de chaos politique en vue des prochaines élections.
Le peu d’empressement, pour ne pas dire la distance prise notamment par l’extrême-droite, au regard des manifestations organisées par les formations politiques traditionnelles pour dénoncer l’antisémitisme et demander des mesures gouvernementales énergiques pour le combattre, en est l’illustration.

Il n’a échappé à personne qu’une partie des gilets jaunes baigne dans l’antisémitisme. Il suffit juste d’ouvrir les yeux et de regarder la réalité en face. Contrairement à ce que l’on peut entendre parfois, il est absurde et pour le moins faux de laisser croire que la montée actuelle de l’antisémitisme en France résulterait principalement de la montée de l’islamisme et du conflit au Proche-Orient. Le mal est hélas plus profond.

Les juifs sont chez eux en France depuis l’époque romaine

Les juifs sont arrivés en France et en Europe dés le 1er siècle et se sont très largement intégrés en participant activement au développement de ces pays au cours des siècles passés. Ils font depuis toujours partie intégrante du peuple français, tout autant et probablement plus que d’autres arrivés bien plus récemment dans notre pays. Les français d’origine juive sont chez eux en France et le resteront à jamais.

D’ailleurs, que cela plaise ou non, n’oublions pas que la France et l’Europe sont des nations de culture et de tradition judéo-chrétienne comme la plupart des nations occidentales démocratiques. N’oublions les racines profondes tissées au cours des siècles sur lesquelles reposent nos sociétés modernes.

Depuis la fin du 19ème siècle, en France et en Europe, l’antisémitisme a commencé à prospérer à l’occasion des diverses crises politiques, économiques et sociales. Par jalousie, les juifs ont souvent été désignés comme les coupables du malheur des autres ! En France, l’antisémitisme s’est souvent développé sur la critique des « élites qui nous gouvernent » et le système politique de la République comme actuellement, les mêmes arguments que ceux des gilets jaunes aujourd’hui.

Cet antisémitisme primaire repose sur l’obscurantisme et la théorie du complot que l’on retrouve chez nombre de meneurs du mouvement. Il reste profondément encré chez certains français des classes populaires mais aussi au sein d’une certaine bourgeoisie. L’Etat et chacun de nous ne doit avoir aucune faiblesse envers cet antisémitisme qui a, par le passé, conduit de trop nombreux français et européens à la plus grande complaisance à l’égard des nazis et de leur politique d’extermination des juifs que personne ne pouvait ignorer. C’est probablement ce qui peut expliquer une telle indifférence face au plus grand génocide organisé au vu et au su de tout le monde.

Cet antisémitisme n’a rien à voir avec la montée de l’islamisme et le conflit au Proche-Orient, même si certains ont rejoint les gilets jaunes de ce motif. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas s’attaquer à ce nouvel antisémitisme qui s’installe, notamment dans nos banlieues ces dernières décennies. Méfions-nous également de celles et ceux qui, sous couvert de défense des palestiniens pour se donner bonne conscience, ne font que jeter de l’huile sur le feu et entretenir un antisémitisme larvé en France.

Au-delà des nécessaires manifestations contre l’antisémitisme, il n’est que temps pour la France de tout mettre en œuvre pour sanctionner lourdement et durablement toute manifestation de cet antisémitisme qui gangrène notre pays. Le temps de l’action est venu et que la justice de ce pays soit exemplaire.

°°°°°°°°°°°°°°°°

A méditer, le message de sagesse du célèbre moine bouddhiste Mathieu Ricard : « Si vous êtes constamment sous l’emprise de la haine, du ressentiment, de l’avidité, de l’obsession et de la jalousie, vos paroles et vos actions vont être plus destructrices que constructrices. Vous allez davantage vers la confrontation que vers la coopération et la solidarité… » Extrait du passage radio de Matthieu Ricard le 30 janvier 2019 sur Europe 1.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :