France : Emmanuel Macron met en branle le Grand débat national

Face à la période d’interrogation et d’inquiétude que traverse la France, le président de la République donne la parole aux français afin de leur permettre d’exprimer leurs aspirations et attentes en vue d’une meilleure prise en compte par le gouvernement dans ses décisions à venir.

A cet effet, Emmanuel Macron a adressé le 14 janvier une lettre à tous les français afin que l’espérance domine les peurs de toutes sortes qui se font jour ici et là pour redonner sens à la nation. Et ce, sans oublier que notre pays reste malgré tout l’un des plus généreux envers les plus modestes, mais aussi l’un des moins inégalitaires au monde.

Pour autant, comme dans beaucoup de pays, la forte concurrence mondiale a fragilisé notre tissu économique et notre système social, contribuant à précariser les plus fragiles d’entre nous, à un moment où la situation des finances publiques s’est fortement dégradée pour maintenir notre niveau élevé de protection. La véritable injustice en France concerne d’abord l’absence d’emplois pour certains ; c’est d’ailleurs la priorité à laquelle s’est attaquée le gouvernement depuis 2017 au travers de ses réformes.

Après des décennies d’immobilisme politique et d’absence de toute réforme structurelle visant à contenir nos dépenses publiques et développer l’emploi, tout en adaptant notre système de protection, l’heure est venue de repenser et adapter notre pays aux réalités d’aujourd’hui. C’est une question de survie.

La France doit se réformer pour retrouver la compétitivité et le plein emploi

Compte-tenu de la précarité de la situation financière de la France (dérapage des déficits publics à 3.2% du PIB en 2019 alors que l’Allemagne ne cesse d’accumuler des excédents depuis 2014 de +1.8% du PIB en 2018 ; augmentation de la dette publique qui atteint 100% du PIB, contre seulement 64% pour l’Allemagne ; dérive des prélèvements obligatoires qui représentent 47% du PIB contre 39% en Allemagne ; explosion des dépenses publiques qui s’élevaient en 2018 à plus de 57% du PIB contre 44% pour l’Allemagne…), le pays n’a d’autre choix que de réduire ses dépenses et ses prélèvements fiscaux qui ont atteint un sommet.

Pendant que les français vivaient au-dessus de leurs moyens, voici plus de 20 ans déjà que nos amis allemands prenaient des mesures courageuses et radicales (gel des salaires…) pour rendre leur économie plus compétitive et développer leur industrie. Ils en récoltent aujourd’hui les fruits avec des excédents budgétaires et commerciaux considérables. Qu’ont fait les français pendant ce temps : rien ! Il faut maintenant en payer l’addition d’une manière ou d’une autre et cette mission incombe au président Macron.

Comme l’a fort justement rappelé le chef de l’Etat, la priorité reste la maîtrise des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires qui pénalisent notre économie, moins compétitive par rapport à nos concurrents, et au-delà l’emploi. La seule alternative crédible est de réduire nos coûts pour favoriser l’emploi et redonner du pouvoir d’achat aux salariés.

C’est le sens des réformes engagées par Emmanuel Macron depuis son élection en 2017 qui doivent être poursuivies pour adapter la France et lui permettre de faire face à la forte concurrence mondiale. Fort heureusement, le président de la République est déterminé à poursuivre les réformes pour sortir le pays de l’impasse actuelle, impasse qui rappelons-le, résulte de plus de 30 ans d’immobilisme et de clientélisme lamentable. Dans ce contexte, pas d’autres choix que de poursuivre courageusement les réformes qui ne porteront leurs fruits que dans plusieurs années.

Dans l’immédiat, en dépit de l’état de fragilité de nos finances publiques, le gouvernement a pris récemment des mesures importantes en faveur du pouvoir d’achat des plus modestes. Ces mesures sont d’effet immédiat et vont permettre d’améliorer sensiblement les plus fragiles en attendant les retombées des réformes demain.

La lettre adressée par Emmanuel Macron aux français propose d’organiser un grand débat public, jusqu’au 15 mars prochain, sur quatre thèmes :

Nos impôts, nos dépenses et l’action publique : Comment rendre notre fiscalité plus juste et efficace ? quels impôts baisser en priorité, quelles sont les économies à faire en priorité ? Faut-il réduire ou supprimer certains services publics coûteux et peu efficaces ? Quels besoins en services publics et comment les financer ? Comment mieux organiser notre pacte social ?

L’organisation de l’Etat et des collectivités publiques : Y a-t-il trop d’échelons administratifs et de niveaux de collectivités locales ? Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision au plus près des citoyens, à quels niveaux et pour quels services ? Comment organiser l’Etat pour améliorer son action ? Faut-il revoir le fonctionnement de l’administration et comment ? Comment l’Etat et les collectivités locales peuvent-ils s’améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus fragiles ? Que proposez-vous ?

La transition écologique : Comment finance-t-on la transition écologique et qui doit être concerné en priorité ? Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous pour leur permettre de s’adapter ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur le plan financier ? Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être prises au niveau local, plutôt que national ? Quelles sont vos propositions pour accélérer notre transition environnementale ? Comment faire partager ces choix à l’échelon européen et international pour que nos producteurs ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers ?

Donner force à la démocratie et la citoyenneté : Faut-il reconnaître le vote blanc et rendre le vote obligatoire ? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives ? Faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ou autres catégories d’élus ? Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil Economique, Social et Environnemental doivent-elles jouer pour représenter nos territoires et la société civile ? Faut-il les transformer et comment ? Quelles évolutions souhaitez-vous pour rendre la participation citoyenne plus active, la démocratie plus participative ? Faut-il accroître le recours aux référendums et qui doit en avoir l’initiative ? Que proposez-vous pour améliorer l’intégration dans notre Nation ? En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ? Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre l’Etat et les religions de notre pays ? Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ?

Même si l’Europe n’est pas au cœur du présent débat, la résolution de nombreux problèmes nationaux résulte également d’une meilleure cohésion et intégration au sein de l’Union Européenne ; ce qui implique qu’elle aussi s’adapte et devienne plus démocratique. La France à elle seule, ne va cesser de régresser sur l’échiquier mondial et ne pourra subsister que parce qu’elle appartient à l’Union Européenne, seule capable de peser sur la scène mondiale face aux USA, à la Chine et demain à l’Inde.

Les propositions des français devraient permettre de mieux connaître les aspirations et les attentes de chacun et de mieux les prendre en compte pour structurer l’action du Gouvernement et du Parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international.

Place maintenant au débat. A chacun de profiter de l’occasion pour s’exprimer utilement plutôt que de ruminer dans son coin sur la base d’information généralement erronées.

Le président de la République s’engage à rendre compte aux français dans le mois suivant la fin du débat.

Plus d’informations :

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :