France : Quand le lobby du tout automobile tentent de manipuler l’opinion

Sous l’impulsion d’inconditionnels du tout automobile, soutenus par quelques politiciens en mal d’idées et de projets, on tente de manipuler l’opinion pour faire croire que le gouvernement actuel serait responsable de la hausse des carburants afin de remplir les caisses de l’Etat. La ficelle est un peu grosse et n’est pas sans rappeler les affirmations fantaisistes et mensongères d’un certain Trump qui use des fake news pour diviser les américains en travestissant la réalité.

Si responsable de l’augmentation des carburants il y a, c’est notamment à l’encontre de Trump qu’il faudrait manifester son mécontentement, lui qui s’est lancé dans une guerre commerciale à l’encontre de ses propres amis et qui interdit aujourd’hui aux iraniens d’exporter son pétrole ! Ajoutez les manœuvres de l’Arabie Saoudite et de la Russie visant à organiser la pénurie pour faire remonter les cours jugés trop bas et vous avez là les véritables responsables d’au moins 75% de la hausse des carburants à travers le monde.

La hausse des carburants n’est pas propre à la France et concerne l’ensemble de la planète comme cela est le cas épisodiquement. Il semble que certains citoyens et politiques d’opposition du pays l’aient oublié… D’ailleurs depuis fin octobre, le prix du baril est de nouveau orienté à la baisse à 65 € contre 80 € au cours de l’été ; ce qui va rapidement faire baisser le prix à la pompe.

L’augmentation des taxes sur le carburant est pleinement justifiée face à l’augmentation des émissions de CO2 et de particules fines à l’origine de nombreux décès

Rappelons que la hausse des taxes sur les produits pétroliers (TICPE, ex. TIPP) de ces derniers temps par le gouvernement, était planifiée et inscrite dans la loi depuis de longues années déjà à l’initiative du précédent gouvernement. Qui plus est, lors de la campagne présidentielle, le candidat Emmanuel Macron, comme certains ses concurrents, avait clairement annoncé cette augmentation en indiquant que les prix du gazole devaient rejoindre à brève échéance ceux de l’essence. Là aussi, il semble encore que les français aient oublié ce fait pourtant connu de tous. Les politiques qui tentent de récupérer le mécontentement de certains sont de mauvaise foi.

En tout état de cause, voici au moins 20 ans et maintenant au moins 10 ans que les habitants de la planète, et donc les français, savent que pour tenter de lutter contre le changement climatique et les graves problèmes de santé publiques liés à l’utilisation de l’automobile dans les zones urbaines (près de 50 000 morts par an en France parmi les personnes les plus fragiles : les enfants et les personnes âgées), il va falloir réduire drastiquement la circulation automobile. Ce qui implique que le bon sens et la responsabilité de chaque automobiliste nécessitait de s’organiser individuellement pour limiter au maximum l’utilisation d’un véhicule automobile. Pour mémoire, un certain nombre de pays européens ont d’ores et déjà décidé d’interdire purement et simplement tout véhicule thermique dès 2030. En France, ce sera 2040 ! C’est dire l’urgence.

Malgré cela, une minorité de français par pur égoïsme refuse de s’adapter et continue de faire comme si de rien n’était : installation de sa résidence à la campagne loin des centres urbains et du lieu de travail, achat de véhicules énergivores à raison souvent de plusieurs par foyer, absence d’utilisation des transports en commun, faible utilisation des mobilités douces : vélo ou marche à pied…. Plutôt que de crier au loup, les inconditionnels du tout automobile seraient mieux inspirés de commencer par réduire leur nombre de véhicules, de rouler dans des véhicules plus adaptés, de supprimer les déplacements inutiles, de covoiturer, de pratiquer l’écoconduite et bien-entendu de respecter scrupuleusement les limitations de vitesse…

Il est à la portée de tout un chacun d’avoir une conduite responsable permettant une limitation sensible de sa consommation (et donc l’impact des taxes), tout en faisant un geste pour préserver la planète et sauver des vies tant qu’il en est encore temps. Eh oui, on n’est pas obligé de prendre la voiture pour quelques kilomètres et en plus, l’activité physique est excellente pour la santé, à condition de pouvoir utiliser des voies vertes, éloignées de la circulation automobile. Le glas du tout automobile a sonné depuis plusieurs décennies et les français sont aussi concernés. Hélas, pour que certains l’intègrent, il faut nécessairement en passer par l’augmentation des taxes.

N’en déplaise à certains automobilistes, l’utilisation quotidienne d’un ou plusieurs véhicules relève avant tout d’une décision strictement personnelle, prise en toute connaissance de cause, malgré les politiques publiques visant à réduire son utilisation. A ces automobilistes de faire preuve de responsabilité et d’avoir le courage d’assumer les conséquences de leurs propres décisions, plutôt que d’accuser les autres, et le gouvernement en particulier.

Il n’y a vraiment pas le choix et d’une certaine façon, il y a urgence…

En l’espèce, s’il y a quelqu’un à blâmer, ce n’est certainement pas le gouvernement actuel, qui contrairement à d’autres, fait preuve de détermination en assumant ses responsabilités. Comme elle s’y est engagée, la France doit lutter contre le dérèglement climatique en mettant en œuvre les mesures nécessaires à la réduction des gaz à effet de serre et protéger la santé du plus grand nombre. Il est vrai que les français en bons vieux gaulois conservateurs, hostiles au changement, ont été habitués à des gouvernements faibles qui cédaient à la première occasion faite aux mécontentements de toute sorte. Cette époque est révolue car c’est le devenir même de notre pays, de la planète et de ses habitants qui est en jeu.

Contraints ou pas, les français comme les autres n’ont le choix que de s’adapter et le populisme le plus rétrograde n’y changera rien.

Comment ne pas être pleinement en accord avec le Premier ministre, Édouard Philippe, qui a assuré ce 03 novembre que l’augmentation des taxes sur le carburant sera maintenue : « C’est compliqué mais il n’y a pas le choix… J’entends parfaitement la grogne, le mécontentement parfois, la colère aussi qui peut s’exprimer, mais je dis aujourd’hui comme je l’ai toujours dit qu’il n’y a pas de solution magique au problème du dérèglement climatique ».

Face à la polémique franco-française sur l’augmentation des prix des carburants, sous l’effet conjugué des hausses des prix du pétrole et de la TICPE, il a rappelé une réalité qui s’impose aujourd’hui à tout gouvernement responsable : « Il faut inciter nos concitoyens à changer un certain nombre de comportements qui sont problématiques du point de vue des équilibres environnementaux… Alors c’est facile à dire comme ça, et puis quand on rentre dans le détail, ça râle un peu il faut reconnaître. Théoriquement, tout le monde est d’accord (pour réduire les émissions) mais en pratique c’est difficile. Il faut accompagner ça. Il faut que les gouvernements essaient de dire à la fois : « attention il faut changer les comportements », mais en même temps qu’ils accompagnent leurs concitoyens pour que ces changements soient possibles ».

Et de citer les primes à la conversion mises en place par le gouvernement dans l’automobile ou pour changer les chaudières au fioul.

Dans ce contexte, certains opposants proposent l’instauration d’un chèque-carburant pour compenser la hausse des carburants. Pure démagogie et populisme le plus grégaire ? Probablement les deux. Tant qu’on y est, pourquoi ne pas exiger de l’Etat, et donc au contribuable, de payer l’intégralité de la facture de carburant des français ? Une belle manière d’encourager la gabegie et l’irresponsabilité de quelques-uns face aux citoyens qui font des efforts importants depuis des années pour réduire leur empreinte carbone et les rejets de particules afin de préserver leur santé et l’avenir de la planète ! Certains de ces politiques n’avaient-ils pas demandé lors de la dernière présidentielle de mettre fin à l’assistanat permanent ?

Ces appels à manifester contre les récentes hausses des carburants témoignent d’une forme de schizophrénie des français face aux questions environnementales, alors que dans le même temps, une grande majorité défend une politique de préservation de l’environnement. Les français, comme le reste du monde, vont devoir choisir entre la survie de la planète et leur porte-monnaie.

Une fois de plus, si les français sont d’accord pour les réformes, c’est uniquement lorsque ce sont les autres qui en paient le prix. L’égoïsme et le repli sur sa petite personne n’est guère de bon augure pour les générations futures et plus généralement pour l’avenir de notre planète. Ce n’est hélas pas par le populisme que les dirigeants de la planète vont enrayer le processus de destruction de celle-ci.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :