France : Quand la course à l’audience de certains médias favorise la désinformation et les fake news

Avec une myriade de chaînes généralistes et d’information en continu, la France n’échappe pas à une forme de désinformation quotidienne. En effet, les chaînes doivent se livrer une bataille acharnée pour tenter de capter et de conserver l’audience des téléspectateurs toujours plus avides de faits divers et autre actualité du star système. Ainsi même en période d’actualité peu abondante et importante, la télévision doit meubler son antenne quitte à mettre en avant des sujets sans aucun intérêt ou avant d’en avoir vérifié la véracité et l’authenticité.

C’est ainsi que ces dernières années, l’on assiste en France à une véritable dérive de l’information sur des faits et évènements pour le moins marginaux et sans intérêt, quitte à faire dans le voyeurisme, en jouant sur la jalousie maladive de téléspectateurs en mal de sensation. C’est ainsi que peu à peu l’information dérive complètement et l’essentiel est souvent marginalisé, voire purement et simplement passé sous silence.

Une offre de télévision pléthorique mais de qualité médiocre, y compris pour le service public

Jamais les médias français, et notamment la télévision, n’avaient connu une si piètre qualité de l’information qui dérive chaque jour un peu plus vers le storytelling, construit de toute pièce au jour le jour, à partir de simples faits divers dignes des rubriques de quelques quotidiens régionaux en mal d’information. Le plus inquiétant est qu’il suffit qu’un média lance un présumé scoop, souvent peu ou pas vérifié, pour qu’immédiatement les autres suivent et embaument les faits présumés. Hélas, même les chaînes de service public français tombent dans le panneau contrairement à l’excellent travail d’information de nombreuses chaînes publiques étrangères comme la BBC ou la NHK.

Il est temps que le gouvernement propose une véritable réorganisation du service public de télévision pour que les français aient enfin droit à une information digne de ce nom. A quoi bon tant de chaînes de télévision du service public si elles ne sont qu’une pâle copie des chaînes commerciales ? En ces temps où l’argent public se fait rare, l’heure est venue de recentrer l’offre pléthorique de la télévision publique française.

Alors que l’actualité française, européenne et mondiale traverse une période de très forte tension comme jamais depuis la dernière guerre mondiale, les médias français sont quasi-absents des grands sujets qui affectent aujourd’hui notre pays et le reste du monde. Pour être correctement informé en France, il faut aujourd’hui se tourner vers ce qu’il reste de la presse nationale et de quelques rares radios. Les français vont-ils devoir se rabattre sur les grandes chaînes de TV européennes et internationales pour être correctement informé ? Vu la piètre qualité de l’information des chaînes françaises ces dernières années, qui n’hésitent pas à surfer sur le populisme pour doper leur audience, les chaînes étrangères qui émettent en français ont un bel avenir !

Au cours des mois de juin et juillet, les français ont ainsi eu droit au pire de la non information. Jusqu’au début juillet, les chaînes d’information ou généralistes ont inondé le pays de directs, semi-directs et différés pour relater la coupe du monde du football, avec tes talk-shows permanents sans aucun intérêt. A tel point qu’il était difficile d’échapper quotidiennement au football. Au fait, je ne me rappelle plus qui a gagné la coupe du monde 2018 ?

Pourtant, au cours de cette période, l’actualité nationale et internationale a été très mouvementée sans que la télévision leur consacre une place significative, contrairement aux autres pays. A croire que la France ne vivait plus que pour le football, comme certains pays pour le moins sous-développés ! Pour ne parler que du sport, force est de constater qu’au même moment de nombreux athlètes français ont brillé de par le monde dans de nombreuses compétitions internationales, sans que ces mêmes chaînes TV ne leur aient consacré quelques minutes. Manifestement les médias français et les téléspectateurs ne s’intéressent qu’à quelques sports pourris par l’argent avec des milliards d’euros en jeu, plutôt qu’aux vrais sportifs qui pratiquent leur sport favori avec beaucoup de sacrifice et le plus souvent sans aucune rémunération. Le vrai sport quoi !

Au mois d’août, c’est un fait divers comme on en voit régulièrement qui a pris le relais en accaparant subitement la une des chaînes de télévision : la présumée affaire Benalla alors que celle-ci n’aurait même pas mérité 30 secondes en fin de journal pour de nombreux médias dignes de ce nom. Il fallait probablement trouver quelque chose pour tenir l’opinion en haleine ! Cette histoire a été interminable alors que cette affaire de droit commun, pour laquelle la justice est saisie, ne présentait strictement aucun intérêt sur le plan de l’information. On l’a bien compris, un certain nombre de personnes et de médias bien intentionnés, ont voulu profiter de cette affaire qui concernait un proche du président de la République pour tenter d’atteindre et d’affaiblir le chef de l’Etat.

Très objectivement, tout cela paraît grotesque car on voit mal en quoi le président pourrait être concerné. Tout au plus peut-on lui reprocher un manque de rigueur dans le choix de ses collaborateurs, bien qu’il ne soit probablement pour rien dans ce choix. Comment exiger d’un homme politique qui était encore inconnu il y a deux ans et sans le moindre parti politique à ses côtés, que ses nombreux collaborateurs soient irréprochables en tous points ? Cette affaire n’est rien de plus qu’une tempête dans un verre d’eau que certains ont voulu monter sur un plan politique. Cela en dit long sur les collusions entre certains médias et la Justice qui organise manifestement certaines fuites.

Une qualité de l’information télévisée en forte baisse en France alors que les fake news se répandent de plus en plus

Ainsi, cet été certaines chaînes n’ont pas hésité à relayer complaisamment le périple d’un certain Hollande qui tente péniblement de réémerger et de se refaire une virginité politique, lui, le plus mauvais président que la France ait connu et qui a conduit notre pays dans l’impasse. Voudrait-on faire croire que ce personnage à encore un avenir politique ? Avec moins de 10% des français à souhaiter son retour, c’est tout simplement grand guignolesque et en dit long sur l’attitude complaisante des journalistes durant son mandat. Le président Emmanuel Macron, en moins d’un an, a eu le mérite de réaliser ou enclencher d’importantes réformes, quitte à déplaire à un certain nombre de ses électeurs, contrairement à son prédécesseur qui n’avait rien fait durant 5 ans. Gouverner c’est en effet préparer l’avenir du pays en faisant preuve de rigueur et de courage, qui à déplaire au plus grand nombre.

La désinformation de certains médias français a atteint son comble cet été. Ce fût notamment le cas à propos de la limitation de vitesse à 80 km/h où nombre de médias n’ont pas hésité à colporter les énormités et mensonges des opposants à cette mesure qui n’ont eu de cesse de raconter n’importe quoi, à défaut de véritables arguments sur le fond. Certains médias ont pourtant cédé aux sirènes du populisme le plus primaire qui puise ses racines dans les pires théories complotistes. Il ne reste plus qu’à espérer que la vraie information, pourtant très fournie ces derniers temps, redevienne rapidement au-devant la scène. Mais il est vrai qu’elle est moins sexy et captive beaucoup moins la majorité des français qui aiment tant que l’on dénigre les politiques pour lesquels ils ont pourtant voté…

L’actualité française est à elle seule considérable avec les nombreuses réformes en cours et à venir, les problèmes d’immigration en France et en Europe, les difficultés de certaines entreprises face à la mondialisation, la croissance économique en berne, le manque de compétitivité des entreprises françaises, les difficultés de l’hôpital et de la médecine en général, l’intelligence artificielle… Et puis il y a le grand sujet essentiel de l’avenir de l’Union européenne avec les élections de 2019, le Brexit qui s’annonce très mal. Encore plus d’actualité pour l’avenir des générations futures, les risques liés au changement climatique n’ont jamais été aussi importants, l’avenir du commerce international, les tensions politiques et économiques pire que jamais avec une possible crise internationale profonde, voire même le risque de guerre que l’on ne peut aujourd’hui écarter.

Le monde est plus que jamais instable et très incertain. La Chine qui veut contrôler le monde est aux mains d’une dictature et ce n’est guère mieux en Russie. N’oublions pas le dictateur de Turquie qui veut imposer ses vues à tout prix, mais aussi l’Iran et la Corée du nord dirigée par un fou. Ce contexte est d’autant plus inquiétant que les USA sont aujourd’hui fragilisés par un président imprévisible et pour le moins « dérangé » et qui veut lui aussi en découdre avec tout le monde, y compris ses vieux alliés européens. A cela s’ajoute l’arrivée au pouvoir en Europe de gouvernement populistes, tout aussi imprévisibles et instables indirectement soutenus par Poutine, qui vont fragiliser un peu plus l’Union.

Manifestement, ces sujets ô combien important pour l’avenir de chacun de nous et les générations futures, la plupart des médias audiovisuels français les marginalisent en nationalisant l’actualité qui se concentre sur la politique et les faits divers. Probablement parce que ces sujets ne sont pas de nature à mobiliser les audiences. Drôle d’information ! La dérive vers la désinformation est à son comble quand certains médias en sont réduits à colporter de simples allégations invérifiables diffusées sur les réseaux sociaux par des spécialistes de la désinformation et du complot qui diffusent les pire fake news. Les complotistes et autres manipulateurs ont un bel avenir si l’on n’y prend garde. Une évolution inquiétante et dangereuse pour nos démocraties.

Oui, la monde dans lequel nous vivons n’a jamais été aussi mal. Face aux manipulations et autres fake news des réseaux sociaux qui polluent l’information, plutôt que d’entretenir un populisme mortifère, la télévision en particulier et les médias en général, seraient mieux inspirés de faire leur travail d’information pour exposer, en toute objectivité, les importants enjeux du monde d’aujourd’hui. C’est probablement beaucoup moins sexy et porteur d’audience mais c’est le monde réel dans lequel nous vivons. L’information, la vraie, c’est le décryptage sans concession du factuel et non le simple colportage de faits non avérés et marginaux.

La lutte contre la montée du populisme et ses idées simplistes passe par une information de qualité dûment vérifiée et sans complaisance, dans nos démocraties. En France, nous en sommes encore loin. Cessons de regarder notre petit nombril et adaptons-nous à un monde qui change durablement.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :