Aveyron : Le Conseil départemental adopte un budget 2018 qui préserve l’avenir

Le 23 février 2018, les conseillers départementaux aveyronnais étaient invités à se prononcer sur le budget 2018 du département.

Un peu plus d’an après son élection à la présidence du Conseil départemental, Jean-François Galliard en a profité pour présenter son programme de mandature : « Agir pour nos territoires ». Une manière pour lui de marquer de son empreinte la prise en main du département et d’affirmer son ambition en faveur d’un territoire moderne et attractif.

Ce budget s’articule autour de quelques grands volets, et notamment l’incontournable solidarité et dépendance. Comme la plupart des départements, l’aide sociale représente à elle seule une part très importante du budget de fonctionnement avec 151 millions d’euros, soit près de la moitié des dépenses de fonctionnement. Pour autant, l’endettement est en baisse sensible et les investissements se maintiennent à 52 millions d’euros.

Le budget 2018 de l’Aveyron en bref

Le projet de budget 2018 s’établit à 358 millions d’euros, en léger retrait par rapport à celui de 2017 qui était de 365 millions d’euros. Les dépenses de fonctionnement, impactées par le poids du social, s’élèvent à 290 millions d’euros pour 52 millions d’investissements. Pour autant, ces derniers se maintiennent au niveau de 2017, permettant ainsi la poursuite du développement des infrastructures départementales (routes, aéroport, haut débit, construction et rénovation des collèges, sécurité…). Pour le 1er vice-président en charge des finances du département, André At « C’est un excellent budget derrière lequel la majorité fera bloc. »

L’encours de la dette du département devrait s’établir à 179 millions d’euros en fin d’année, en baisse constante depuis quelques années avec un recul de 6 millions par rapport à 2017. Une évolution favorable et encourageante alors que nombre de départements voient leur dette augmenter fortement et atteindre parfois des proportions alarmantes, réduisant d’autant la capacité d’investissement.

Cette maîtrise des dépenses de fonctionnement, en dépit des fortes contraintes liées aux dépenses sociales et la baisse des dotations de l’Etat, combinée au maintien des investissements à un niveau élevé, traduit la qualité de gestion du département et la volonté de préparer l’avenir. En réponse à un élu de l’opposition qui contestait la priorité donnée à la réduction de la dette, plutôt qu’aux dépenses de fonctionnement ou d’investissement, Jean-François Galliard a rétorqué que l’avantage du remboursement de la dette et un maintien des investissements était « un choix pour l’avenir. On pense à ceux qui vont suivre… » tout en constatant que, globalement, la majorité de l’opposition créditait le département « d’une bonne gestion ». Et d’ajouter : « Le département pense à ses enfants en gérant ainsi ; ce que n’a pas fait l’Etat depuis longtemps »

La question de la contractualisation avec l’Etat au centre des débats

Jean-François Galliard est aussi revenu sur le dispositif de contractualisation entre l’Etat et les collectivités locales visant, au cours des 3 ans à venir, à imposer un objectif de réduction des dépenses de fonctionnement de 1.2%. Pour le président du Conseil départemental : « Cela veut dire que nous passons sous contrôle de l’Etat. » Ce que la gauche approuve tandis que les deux députés LRM Stéphane Mazars et Anne Blanc montent au créneau arguant de la nécessité pour le gouvernement d’engager le désendettement du pays.

S’il ne semble pas contester la nécessité de désendetter le pays, il ne voit pas pourquoi les collectivités territoriales devraient supporter une partie de l’effort de réduction du déficit public, même si cela devrait avoir pour contrepartie une stabilisation des dotations de l’Etat après 3 années de baisse. Ce dernier critique la méthode qui impose la contractualisation avec l’Etat sur la base d’une base de 1.2% des dépenses de fonctionnement par rapport à 2017. Le président dit refuser d’entrer dans de telles discussions avec le préfet tant que des compensations concrètes ne seront pas faites en ce qui concerne les mineurs non accompagnés et les allocations individuelles de solidarité.

Si sur le principe, on ne peut que partager l’avis de M. Galliard dans la mesure cette demande porte atteinte à l’autonomie des collectivités, force est de constater que les collectivités locales ont, pour un grand nombre d’entre-elles, largement contribué au dérapage des dépenses de fonctionnement, et par voie de conséquence à l’explosion de la dette publique ces dernières décennies. Vu l’ampleur de la dette de la France qui approche en 2018 les 100% du PIB, il est de la responsabilité de l’ensemble des français de contribuer aujourd’hui à l’effort de réduction de la dette de l’Etat si nous voulons rester un pays libre et préserver notre avenir à tous. C’est une simple question de survie et rien d’autre. Le nier serait irresponsable !

La dette excessive est en effet une impasse politique, économique et sociale qui conduit inéluctablement à la faillite et frappe les plus fragiles. Pour maîtriser la dette, nul doute que l’ensemble des collectivités, aux côtés de l’Etat, devront à l’avenir mettre la main à la poche et se regrouper plus vite qu’elles ne l’ont fait jusqu’à présent sous peine de disparaître purement et simplement. La modernisation et l’avenir de la France sont à ce prix.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :