Aprés la courte victoire d’Angela Merkel en Allemagne, l’Europe doit se remettre en cause et mieux prendre en compte les préoccupations de ses concitoyens

Comme annoncé Angela Merkel a finalement été réélue pour un 4ème mandat de Chancelière d’Allemagne. Sauf que sa victoire n’est pas aussi large qu’elle aurait pu l’espérer.

Son parti, la CDU-CSU n’a finalement obtenu que 33% des voix, contre 20% pour le SPD alors que le FDP (extrême-droite) recueille prés de 12.6% des voix, le FDP (libéraux) 10.70%, les Verts et Die Linke 9.5% chacun. Rappelons que suite aux dernières élections de 2013, Mme Merkel était à la tête d’une coalition CDU-CSU et SPD qui pesait à elle seule prés de 68% des voix.

Les deux grands partis allemands CDU-CSU et SPD ne recueillent plus que 53% des voix, soit une perte de 15% des voix par rapport à 2013, soit – 9% pour la CDU-CSU et – 6% pour le SPD. Le plus mauvais résultat enregistré par les deux grands partis allemands depuis bien longtemps. On est donc très loin de la grande victoire attendue par la chancelière allemande. A l’inverse, si les Verts et Die Linke réalisent sensiblement le même score qu’en 2013, le FDP et AFD font le plein de voix et gagnent +14%. Les libéraux du FDP, devenus eurosceptiques et anti-immigration, progresse de 6% des voix tandis que l’extrême-droite AFD gagne 8% des voix, principalement dans les länders de l’est de l’Allemagne.

Les résultats de ces dernières élections législatives en Allemagne traduisent un relatif échec pour Mme Merkel. Dans ce contexte, il lui sera beaucoup plus difficile de constituer une coalition, probablement avec des partis relativement opposés que sont le FDP et les Verts, puisque le SPD se refuse à une nouvelle coalition et souhaite dorénavant rester dans l’opposition pour se refaire une santé.

Voilà qui ne fait pas nécessairement les affaires de l’Union européennes. En effet, beaucoup attendaient une large victoire d’Angela Merkel pour relancer la construction européenne et passer à la vitesse supérieure, comme l’espère le président français Emmanuel Macron. Voilà qui vient sensiblement contrarier les projets en ce domaine et en tout cas, ralentir sensiblement le calendrier européen.

De son côté, le président Macron a subi sa première déconvenue électorale lors des dernières élections sénatoriales au suffrage indirect. Même s’il faut en relativiser la portée, force est de constater qu’il n’a pas bénéficié de la dynamique des dernières élections. Et pour cause : les votants aux élections sénatoriales sont constitués à 95% par des maires et conseillers municipaux élus en 2014, bien avant la création de LREM. Il eût donc été miraculeux que dans ce contexte, La République En Marche réalise un bon résultat. Ce d’autant plus que certaines mesures prises ou à venir par son gouvernement sont loin de faire l’unanimité au niveau des élus locaux (diminution des dotations aux collectivités, réduction du nombre de parlementaires…). Contrairement aux affirmations de certains opposants, ce résultat n’a donc rien de bien surprenant.

Beaucoup plus inquiétants sont les résultats globaux des récentes élections législatives dans la plupart des pays européens, dont beaucoup bénéficient pourtant d’une situation économique et sociale relativement favorable (Danemark, Pays-Bas, Belgique, Allemagne, Autriche…).

L’une des réponses réside dans une nouvelle étape de la construction européenne pour que celle-ci soit beaucoup plus proche des préoccupations de ses concitoyens qu’elle ne l’a été ces dernières années, face à une mondialisation sauvage qui génère une concurrence souvent déloyale et laisse sur le carreau trop de salariés. L’Union européenne, comme le propose Emmanuel Macron, doit franchir un nouveau cap pour rassurer les citoyens et s’adapter à ce monde qui change. C’est le grand défi à relever pour l’Union européenne dans les années à venir.

L’autre défi est de rassurer les citoyens européens face aux flux importants de migrants en provenance du Moyen Orient ces dernières années. Les gouvernements européens doivent rester lucides et prendre en compte le désarroi de certaines populations confrontées à cette situation qui tend à les précariser un peu plus. A cela s’ajoute le rejet d’une partie sans cesse plus importante des populations européennes à l’égard de l’immigration d’origine musulmane suspectée de ne pas s’intégrer pleinement et, plus généralement, de ne pas être compatible avec notre mode de vie occidental auquel nous sommes très attachés.

L’explosion du terrorisme islamique de ces dernières années, avec ces milliers de morts sauvagement assassinés et ses nombreux blessés à vie au cœur de nos cités européenne, a profondément marqué les citoyens européens et modifié sensiblement leur approche vis-à-vis de l’immigration en provenance des pays islamiques. Le prosélytisme des islamistes radicaux et le silence coupable des musulmans modérés n’a fait qu’accroître la méfiance d’une majorité de citoyens européens à leur égard. Il est inutile de se voiler la face. L’intégration de ces migrants dans les pays occidentaux pose aujourd’hui de réels problèmes notamment en raison du fait qu’une partie de cette population n’a que faire des règles d’intégration en vigueur partout dans le monde. Ce qui, il faut bien le rappeler, n’était pas le cas des générations précédentes notamment pour l’immigration en provenance d’Europe ou d’Asie.

N’oublions pas que si les pays européens ont intégré sans difficulté de nombreux migrants et réfugiés par le passé, ces derniers n’ont jamais mis en cause notre mode de vie. Bien au contraire, ils ont fait preuve d’une volonté d’intégration exemplaire et sont aujourd’hui parfaitement assimilés.

Que cela plaise ou non, ce n’est hélas pas le cas d’un certain nombre de migrants en provenance du Moyen Orient qui veulent vivre dans des conditions que même leur pays d’origine ne saurait accepter, au mépris du mode de vie du pays d’accueil. Ces difficultés de cohabitation avec les migrants que vivent au quotidien de nombreux européens, les dirigeants des pays de l’UE doivent en tenir compte. La forte progression de certains partis d’extrême-droite, voire d’extrême-gauche, au détriment des grands partis traditionnels trouve son origine dans un rejet de l’immigration massive en provenance du Proche-Orient. C’est le cas en Allemagne avec la forte poussée d’AFP qui fait suite à l’arrivée massive de migrants du bassin méditerranéen, mais aussi au Danemark, aux Pays-Bas, en Belgique, en Autriche et en bien sûr en France avec le FN.

Le grand défi à relever par les pays de l’Union européenne consiste à trouver une solution aux problèmes de l’immigration qui doit rester rigoureusement contrôlée et sélective pour permettre une meilleure intégration de ces populations au plan local, sous peine de voir les tensions se développer et saper durablement nos fragiles démocraties occidentales. Il serait irresponsable et dangereux de croire que les pays européens peuvent accueillir sans risques une importante immigration en provenance du Moyen-Orient.

Si l’on ne prend garde aux signaux envoyés par les électeurs lors des récentes élections en Europe, demain, il ne faudra pas s’étonner de voir triompher des formations politiques issues des extrêmes. Il y a urgence à traiter le problème de l’immigration au plus vite. Les dirigeants européens doivent enfin ouvrir les yeux et regarder la vérité en face avec courage et de lucidité !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :