France : Quand l’autorité de l’Etat de dégrade fortement, la Police et les forces de sécurité trinquent

Ces dernières semaines, malgré l’interdiction qui leur est faite de manifester en tenue, aux quatre coins de France, de nombreux policiers expriment publiquement leur mécontentement face à une forme de mépris du gouvernement à leur égard. Il faut dire que les policiers, les gendarmes et les forces de sécurité en général, ont été fortement mis à contribution des dernières années et ont souvent payé de leur vie leur engagement à défendre nos concitoyens. Ils se sont régulièrement trouvés en première ligne face aux terroristes, aux criminels et autres trafiquants et voyous, sans que l’Etat manifeste à leur égard la reconnaissance qui leur est due.

Contrairement à ce qu’affirme le ministre de l’Intérieur, plus qu’un manque d’effectif qui serait imputable au précédent gouvernement (alors que les socialistes sont aux affaires depuis 4 ans ½,), les raisons du mécontentement des policiers sont parfaitement légitimes et bien connues. Ce qui manque, c’est une véritable volonté politique de soutenir la police et les forces de sécurité dans ces moments difficiles.

Après les lâches attentats de ces derniers mois contre des policiers, perpétrés par des criminels ayant prémédité leurs actes en vue de les tuer, le gouvernement a manqué de fermeté pour condamner ces criminels et fait preuve d’une lâcheté coupable à l’égard des policiers qui sont pourtant les garants de la sécurité publique et de l’autorité de l’Etat. Le dernier attentat perpétré à Viry-Châtillon par des trafiquants qui s’en sont pris à des policiers avec des cocktails Molotov, en allant jusqu’à les empêcher de sortir de leurs véhicules en feu, n’avait d’autre but que de les tuer. La réponse du gouvernement socialiste n’a, encore une fois, pas été à la hauteur.

Dans le présent contexte français, de tels attentats envers les forces de l’ordre exigeaient une réaction forte, rapide et déterminée du gouvernement. Au contraire, le ministre de l’Intérieur est même allé jusqu’à parler de « sauvageons » à l’égard de ces criminels qui ont tenté de tuer plusieurs policiers. Pour ces derniers, cette réaction totalement inappropriée a constitué la goutte d’eau qui a fait exploser leur mécontentement.

De plus en plus, ces dernières années, les policiers, gendarmes, pompiers… qui représentent l’autorité de l’Etat et exercent une mission essentielle de sécurité envers les français, sont directement et gravement pris à partie par des voyous et trafiquants avec l’intention de tuer. Dans un Etat de droit, ces pratiques quotidiennes sont inadmissibles. Ce laisser-faire constitue un manque cruel d’autorité de l’Etat qui renonce trop souvent à faire appliquer la loi républicaine dans certains quartiers du pays et contribue ainsi à encourager les voyous et les criminels. A cet égard, la lenteur et le manque de fermeté de la Justice constitue une véritable difficulté pour les forces de sécurité.

Il faut en finir avec le laxisme coupable de ces dernières années inspiré par une certaines Mme Taubira.

Quelques mesures de bons sens demandées par les policiers devraient permettre d’améliorer sensiblement la situation :

  • Cesser d’utiliser les policiers pour des gardes statiques de bâtiments publics ou des tâches administratives pour leur permettre d’être davantage sur le terrain,
  • Donner aux policiers et gendarmes les moyens matériels de lutter efficacement contre les criminels (véhicules adaptés, armement performant, moyens de surveillance et de protection efficaces…)
  • Permettre aux policiers d’utiliser leurs armes dés lors qu’ils sont menacés ou en danger, sans qu’ils soient obligés de justifier d’une situation de légitime défense comme tout citoyen,
  • Faire en sorte que le Justice condamne enfin à des peines exemplaires toute personne mettant en péril la vie de membres de forces de sécurité,
  • Mettre en application des peines planchers pour tous délinquants ou criminels, y compris mineurs.

Voilà quelques-unes des mesures concrètes qu’attendent les policiers et gendarmes aujourd’hui.

Par sûr que les quelques promesses bien tardives de M. Hollande suffisent à les rassurer. Ce n’est 250 millions d’euros qui vont changer grand-chose. Ce qu’ils demandent d’abord, c’est une juste considération de leur engagement et des moyens adaptés aux difficultés des missions qui sont les leurs.

Il faudra beaucoup de courage, de volonté et de détermination du futur gouvernement élu en juin prochain pour rétablir l’Etat de droit partout en France et rassurer durablement les forces de sécurité, aujourd’hui justement inquiètes sur leur avenir.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :