France : Face à la déliquescence de gouvernement socialiste, la droite s’inquiète de la perte d’autorité de l’Etat et de la radicalisation syndicale

Loin de s’améliorer, comme n’hésite pas à l’affirmer Hollande, la situation de la France ne cesse de se dégrader. Ainsi, en ce mois de mai 2016, elle est plus que jamais confrontée à de graves incertitudes sur son avenir et notamment sur sa capacité à se réformer pour retrouver rapidement le chemin de la croissance et de l’emploi.

Le gouvernement socialiste ne gouverne plus et ne fait qu’expédier les affaires courantes, non sans mal. Les quelques réformettes envisagées ont fait « pschitt » car la majorité socialiste est aujourd’hui profondément divisée et s’avère incapable de soutenir les quelques projets gouvernementaux. Ce qui oblige le gouvernement déjà très affaibli à mettre en œuvre l’article 49-3 de la constitution pour faire passer sa loi sur le travail.

Ce qui pousse un peu plus la gauche de la gauche se radicalise au fil des mois et à prendre en otage le pays tout entier pour faire pression sur le gouvernement et l’affaiblir davantage encore. Enfin, certains ministres font maintenant bande à part et n’hésitent plus à contester la politique gouvernementale ; ce qui fini par accentuer la cacophonie et l’absence de cap.

De reculades en reculades, le gouvernement socialiste est aujourd’hui bloqué face à la contestation de son aile gauche, la plus radicale. Aujourd’hui, la France est à l’agonie du fait de l’incapacité de son gouvernement à mener une politique globale, lisible et cohérente pour amener le pays sur le chemin de la croissance et de l’emploi qui reste la priorité des priorités, avec la sécurité. Combien de temps la France va-t-elle pouvoir tenir ainsi alors que d’importantes réformes de structures sont nécessaires pour dynamiser le pays et lui permettre de réduire ses coûts de fonctionnement et sa dette ?

Plus globalement, le plus inquiétant est la remise en cause croissante de l’autorité de l’Etat qui fait que l’administration est de plus en plus livrée à elle-même. Plus grave, les services de sécurité intérieure, la police et la gendarmerie, qui sont déjà fortement mobilisés dans la lutte anti-terroriste pour protéger le pays, sont aujourd’hui pris à partie par une poignée de gauchistes radicaux qui veulent profiter de la faiblesse de l’Etat socialiste. Pourtant, rien ne peut justifier les attaques répétées ces dernières semaines à l’encontre des forces de police et de gendarmerie. Les français attendent une réponse ferme face à ces voyous.

La liberté et la démocratie, ce n’est pas la chienlit ! Ces attaques contre les forces de l’ordre sont intolérables et doivent être lourdement sanctionnées par l’autorité publique.

Aucun pays démocratique, qui plus est en période d’état d’urgence pour risque terroriste, ne peut accepter qu’une poignés de personnes manipulées par quelques gauchistes radicaux, tente d’imposer par la force ses vues d’un autre âge. Dans une démocratie qui se respecte, seules les élections sont de nature de modifier la conduite d’un pays. Hors ces élections, aucun syndicat ou groupuscule n’est fondée à remettre en cause la légitimité du gouvernement en place, quel qu’il soit. C’est la crédibilité et l’autorité de l’Etat qui sont aujourd’hui en jeu en France.

Si certains ne sont pas aujourd’hui satisfaits du gouvernement socialiste actuel, ils n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes. Qui a voté pour Hollande en 2012 et, dans la foulée, fait élire une large majorité de députés socialistes ??? En démocratie, chacun doit assumer les conséquences de ses propres choix.

Que de temps perdu depuis 2012. Le temps presse pour réformer la France avant qu’elle ne s’enfonce pour de bon dans une situation inextricable d’où il sera difficile de sortir.

Le 1er tour de la prochaine élection présidentielle n’aura lieu que le 23 avril 2017 et celui de l’élection législative le 11 juin 2016. Au vu de l’urgence à réformer et rétablir l’autorité de l’Etat, sans attendre les résultats de la primaire qui aura lieu les 20 et 27 novembre 2016, les partis de la droite et du centre préparent activement le futur programme de gouvernement qui servira de socle au futur président. La tâche est immense et mérite la plus grande attention pour réussir l’alternance.

De gré ou de force, le gouvernement issu des élections de juin 2017 devra rapidement mettre en œuvre le programme que les français attendent pour remettre notre pays sur les chemins de la confiance, de la compétitivité et de la croissance. Les réformes sont attendues dans de nombreux domaines : sécurité, immigration, éducation, réduction des dépenses publiques, maîtrise des prestations sociales, baisse des impôts, simplifications administratives, réformes de structures… Les priorités et le calendrier devraient être connus dés l’automne 2016.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :