Comment le salafisme cherche à s’imposer dans le monde musulman, mais aussi en Occident

Le Premier ministre Manuel Valls affirmait lundi 4 avril dernier que des groupes salafistes « sont en train de gagner la bataille idéologique et culturelle » face à un islam de France modéré. Il a d’ailleurs tenu un discours très ferme concernant le port du foulard islamique : « Ce que représente le voile pour les femmes, non ce n’est pas un phénomène de mode, non, ce n’est pas une couleur qu’on porte, non : c’est un asservissement de la femme », avant d’ajouter : « Il faut faire la distinction entre ce qu’est un voile, un fichu porté par les femmes âgées, et la revendication d’un signe politique qui vient confronter la société française ».

On peut se demander pourquoi ces dernières années, l’Etat et plus généralement la gauche française, les partisans de la laïcité et les médias ont fait preuve d’autant de complaisance à l’égard de quelques poignées d’extrémistes musulmans qui menacent aujourd’hui nos valeurs et nos libertés.

Jadis marginal, le salafisme apparaît en expansion en Europe et alimente directement les organisations terroristes telle Daech. Il prétend aujourd’hui incarner l’orthodoxie musulmane la plus stricte et la plus rétrograde, niant au passage les préceptes même de l’islam véritable. A vrai dire, il ne représente qu’une minorité agissante des musulmans en Europe. La guerre interne qui se déroule au cœur même de la religion musulmane, a été importée dans notre vieille Europe chrétienne.

Selon M Valls : « Les salafistes doivent représenter 1 % aujourd’hui des musulmans dans notre pays, mais avec leurs messages sur les réseaux sociaux, il n’y a qu’eux finalement qu’on entend ». On pourrait ajouter avec la complicité de certains médias ! Financé par le royaume saoudien, la plus grande dictature du Moyen-Orient, le salafisme wahhabite reste difficilement quantifiable. Selon les services de renseignements intérieur, les mosquées salafistes seraient actuellement au nombre de 140 en France, sur un total de 2 500. A cela, il faut ajouter des écoles hors contrat, mais aussi des instituts privés d’enseignement de l’arabe, des associations scolaires ou sportives.

Les origines du salafisme et du djihadisme

Le salafisme n’est autre qu’un dérivé du wahhabisme qui revêt aujourd’hui diverses formes comme de djihadisme. Ces deux idéologies radicales se résument à quelques régles de vie d’un autre âge, totalement étrangères au monde civilisé. Les diverses versions du salafisme ont en commun un discours de rupture pour le moins radical et violent, sans rapport aucun avec les préceptes fondamentaux de l’islam. Selon les propos de Gilles Képel : « Pour les salafistes, les chrétiens font partie des cibles légitimes… »

Financés par les pétros-dollars de l’Arabie-Saoudite, le wahhabisme a progressivement changé la donne au sein du monde musulman sunnite. Par Pendant longtemps, le salafisme a été considéré comme une hérésie par les diverses instances sunnites. Aujourd’hui, le salafisme cherche à s’imposer comme le seul tenant de l’orthodoxie musulmane, même si la grande majorité des sunnites n’y adhèrent pas.

Le principal frein à l’expansion du salafisme reste la faiblesse des réponses des tenants d’un islam modéré. Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris et président d’honneur du Conseil français du culte musulman (CFCM), reconnaît que les salafistes ne représentent en France qu’un cercle de fidèles « restreint et étroit », tout en déplorant une présence « publique, médiatique et même politique » démesurée et en dénonçant leur prétention à « agir au nom des musulmans ». Et de lâcher quelque peu désabusé : « Nous faisons ce que nous pouvons pour prévenir le danger ».

Face à ces groupuscules djihadistes qui prétendent être des vrais sunnites, force est de constater que les institutions islamiques apparaissent aujourd’hui dépassées. Empêtrés dans leurs contradictions, il ne suffit pas d’affirmer représenter le seul et véritable islam pour neutraliser les salafistes. Les autorités musulmanes doivent être capables de répondre aux nombreuses questions que posent aujourd’hui la modernité pour le monde musulman, surtout pour celles et ceux qui vivent dans les pays occidentaux où la modernité est un véritable mode de vie.

L’Occident doit rompre avec les nations qui financent le salafisme radical

Heureusement, tous les groupes salafistes ne sont pas des radicaux assoiffés de sang. Après les attentats du 13 novembre dernier, des prédicateurs de plusieurs mosquées de Marseille et Toulouse ont condamné fermement ces actes abominables au nom de l’islam. A l’inverse, du côté de Sevran (93) et Lunel (34) où certains groupes salafistes radicaux sont très influents, il y a eu de nombreux départs de jeunes vers la Syrie.

Depuis plus de 15 ans, la quasi-totalité des attentats à travers le monde sont directement imputables à des groupes de radicaux salafistes pour qui ceux qui ne partagent pas leur vision du monde, y compris au cœur de l’Occident judéo-chrétiens, doivent purement et simplement être anéantis. Ce fût le cas des attentats du 11 septembre 2001 à New-York perpétrés par l’organisation salafiste de Ben Laden, qui constitue l’une des grandes familles princières parmi les plus riches d’Arabie Saoudite. Cela n’a pas empêché nos alliés américains de continuer à entretenir des relations étroites avec ce pays si peu démocratique qui est pourtant le principal pourvoyeur de terrorisme à travers le monde. L’Europe est tout aussi faible avec ce pays.

Après les attentats en 2015 à Paris et en 2016 à Bruxelles, la France et l’Europe continuent de fermer coupablement les yeux face à l’activisme de l’Arabie Saoudite dans son soutien aux groupes salafistes. Les intérêts économiques et financiers l’emportent hélas sur le respect des droits de l’homme et nos chères valeurs démocratiques.

Pourquoi nos démocraties occidentales font preuve d’autant de faiblesse et de complaisance à l’égard de ces pays qui importent le terrorisme au cœur de nos cités ? Il ne suffit pas de pleurer sur les victimes innocentes des attentats perpétrés par ces djihadistes, il faut agir et combattre avec détermination nos véritables ennemis.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :