Europe : La longue traque contre le terrorisme islamique est engagée

Le 13 novembre 2015, le terrorisme islamique frappait Paris faisant 130 morts et plus de 250 blessés. Cet attentat sans précédent qui faisait suite à une série d’autres perpétrés en France et en Europe ces dernières années, avait été revendiqué par l’état islamique. Ce 18 janvier 2016, après une traque de 4 mois, la police anti-terroristes belge a fini par arrêter au cœur de l’un de leur fief de Molenbeeck, l’un des organisateurs des attentats de Paris et certains de ses complices. C’est une première victoire mais ce n’est hélas pas la fin du terrorisme islamique en Europe, loin s’en faut. La longue traque ne fait que commencer !

La preuve, de nouveaux attentats ont eu lieu ce 22 mars à Bruxelles, faisant plus de 34 morts et plus de 200 blessés. Toujours et encore des innocents !

La France et la Belgique, maillons faibles face au radicalisme islamique

Pendant plus d’une décennie, nombre de pays européens dont la France et la Belgique ont fait preuve d’une extrême faiblesse à l’égard des groupuscules islamistes salafistes qui ont pu agir et se structurer en toute impunité au cœur même de certaines de nos banlieues et constituer de véritables réseaux terroristes. Probablement par grande naïveté, mais aussi par lâcheté et peur dire de dire tout haut le mal que l’on pensait de ces islamistes intégristes, les bien-pensants de tous poils, à commencer par une certaine presse, ont fini par imposer leur loi. Ainsi, nombre de politiques et de français ont été abusés et n’ont pas osé dénoncer la montée du communautarisme et des extrémistes islamiques.

La France, comme la Belgique, n’ont pas tenu compte des nombreux avertissements que constituaient les attentats perpétrés par ces même groupuscules islamiques, notamment depuis la terrible tuerie de Toulouse en 2012, contre des militaires et une école juive. Comme pour les attentats de Madrid ou l’assassinat du commandant Massoud, les terroristes avaient un point commun : ils avaient tous transité par la ville Molenbeek, cette banlieue bruxelloise où les groupes salafistes d’origine marocaine sont nombreux et bien organisés.

La France a fait preuve d’une passivité coupable depuis l’affaire de Toulouse, en dépit de nombreuses alertes qui ont conduit aux attentats de janvier 2015 à Paris. Pourquoi tant d’inertie et d’incapacité à identifier ces réseaux terroristes radicaux et à les neutraliser définitivement ? Plus qu’un problème de moyen, il faut se poser la question de l’organisation de notre sécurité intérieure inadaptée face aux défis du terrorisme islamique, de la perte de données et d’information relatives aux réseaux islamiques, d’un manque de collaboration entre les services de renseignements et de lutte anti-terroristes des pays européens…

De nombreuses alertes sur la montée des réseaux islamistes restées vaines

Depuis plusieurs années, les plus hauts responsables de la sécurité intérieure ne cessent pourtant d’alerter le gouvernement sur l’explosion des réseaux islamiques en France. En vain ! Les responsables politiques n’ont jamais été à la hauteur des enjeux et ont toujours brillé par leur manque de clairvoyance et de fermeté qui n’a pas échappé aux extrémistes islamiques qui y ont vu un encouragement à poursuivre leurs actions. Celles et ceux qui ont osé briser l’omerta et lancer des alertes en ce sens, en ont été pour leurs frais. Bien triste réaction des pouvoirs-publics !

C’est le cas du général Bertrand Soubelet, haut responsable de la Gendarmerie jusqu’en 2014. Il avait été entendu courant 2013 par une commission parlementaire qui avait souhaité avoir le point de vue du responsable de la direction des opérations de la Gendarmerie nationale au sujet de la lutte contre l’insécurité. Ses mises en garde, pourtant justifiées et pleines de bon sens, lui ont valu d’être démis de ses fonctions en août 2014 et d’être muté à la tête de la Gendarmerie d’outre-mer. Une drôle de promotion pour un général 4 étoiles au palmarès pourtant prestigieux !

Ce général courageux se voulait avant tout un lanceur d’alerte pour sauver son pays du terrorisme. Dans un livre intitulé : « Tout ce qu’il ne faut pas dire », publié chez Plon et sorti récemment, Bertrand Soubelet rompt avec le traditionnel devoir de réserve et lance un cri d’alarme sur la situation de la justice et de la sécurité en France.

Pour lui, la suppression en 2009 du fichier alphabétique national des délinquants et autres individus dangereux aurait provoqué «… une rupture très préjudiciable dans la mémoire de l’institution dont les effets ne sont pas mesurables. Personne ne peut aujourd’hui dire combien de nos actuels djihadistes figuraient dans ces fichiers… De telles contraintes n’existent pas dans la plupart des pays européens, permettant aux services de Police et de Gendarmerie de travailler beaucoup plus sereinement et efficacement… Pour autant, ces pays européens voisins ne sont pas considérés comme non respectueux des droits de l’homme et des libertés publiques… » Les armes dont disposent aujourd’hui les terroristes islamiques, pour qui la vie humaine ne compte pas, sont considérables. On a hélas pu le vérifier ! Selon lui, la France et l’Europe vivent aujourd’hui sur une véritable poudrière.

Défendre nos valeurs occidentales et éradiquer durablement le terrorisme islamique

Aujourd’hui, nous payons le prix de notre faiblesse et de nos silences coupables face à la montée de l’intégrisme islamique au cœur de nos pays. Ces islamistes là n’ont qu’un but : instaurer dans nos pays un islam pur et dur avec application stricte de la charria. On voit aujourd’hui le triste résultat en Syrie et en Irak dans les zones occupées par l’EI. Au nom de cet islam radical issu des périodes les plus noires du Moyen-âge, ces islamistes radicaux sont prêts à tuer le plus grand nombre d’innocents, y compris femmes et enfants, pour parvenir à leur fin.

A priori, ces extrémistes musulmans, même peu nombreux, sont fort bien organisés et prêts à se sacrifier un à un pour tuer le plus possible de ces occidentaux qu’ils haïssent car ils osent vivre selon des préceptes qui ne sont pas les leurs, à savoir : la démocratie, la liberté, la tolérance et bien plus encore. Soyons clairs, ces radicaux islamiques veulent détruire les fondements même de nos sociétés européennes et occidentales pour instaurer la dictature, telle qu’on la rencontre dans les pays islamiques les plus radicaux et au cœur des territoires encore contrôlés par l’EI.

Les français et les européens doivent ouvrir les yeux. Nous sommes en guerre pour défendre nos valeurs contre ces fanatiques et barbares partisans d’un islam radical qui voudraient nous faire revenir 10 siècles en arrière. C’est notre civilisation judéo-chrétienne qui est aujourd’hui mise à mal par ces islamistes.

La seule riposte pour nos démocraties européennes est de mettre en place une véritable politique de sécurité intérieure commune pour traquer sans relâche et avec la plus grande fermeté et détermination ces terroristes islamiques pour les éradiquer et les bouter définitivement hors de nos frontières. C’est le prix à payer pour préserver nos chères libertés. Ensemble, agissons tant qu’il en est temps, sans faiblesse et avec détermination. La victoire est à ce prix !

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :