Conseil départemental : un budget 2016 offensif pour préparer l’Aveyron aux défis de demain

Avant d’aborder le débat d’orientation budgétaire pour 2016 qui démarre le 29 février, Jean-Claude Luche, le président du Conseil départemental de l’Aveyron, entouré des principaux vice-présidents, a présenté à la presse son ambitieux projet pour la mandature 2015-2021.

André At, vice-président du Conseil départemental et président de la Commission des finances, a rappelé non sans une certaine satisfaction, la bonne santé financière du département. L’année 2015, tout en permettant de dégager une épargne de 30 millions d’euros, soit bien plus que la moyenne nationale, a permis de réduire sensiblement la dette. Ce qui constitue un gage de saine gestion en ces temps difficiles pour les collectivités territoriales, dont certaines sont aujourd’hui en grande difficulté financière.

Pour autant, la fragilité de la situation actuelle ne doit pas être sous-estimée. Pour André At : « Avec la baisse des dotations de l’Etat qui ont généré 62 millions d’euros de charges supplémentaires, nous partons vers le précipice si rien n’est fait. Il nous incombe de chercher des économies et de nouvelles recettes… » Et de poursuivre : « Il faudra nécessairement faire des économies sur le fonctionnement, supprimer certaines missions, réduire la masse salariale, même si ce sont des décisions difficiles à prendre… »

De son côté, Jean-Claude Luche n’a pas exclut une petite hausse de la fiscalité locale, et notamment de la part départementale de la taxe foncière. Le président a aussi souhaité travailler en confiance et en totale harmonie avec la nouvelle présidente de la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées sur les grands dossiers structurant tels le financement de la RN88 à 2 X 2 voies et le très haut débit. Il s’est dit pour le moins optimiste sur le sujet

Le programme de la mandature se veut « volontairement dynamique ». L’objectif est d’atteindre au plus vite le seuil de 300 000 habitants qui paraît être la taille minimale pour envisager un avenir serein. A ce propos, on se rappelle qu’à l’aube de l’année 2000, les prévisionnistes de l’INSEE avaient envisagé un net déclin de la population du département vers 250 000 habitants à l’horizon 2010. Fort heureusement, il n’en a rien été et au contraire, la population a sensiblement évolué à la hausse pour atteindre prés de 280 000 habitants en 2015.

Preuve que le déclin n’est pas inexorable et que le relatif dynamisme économique du département a permis un retournement de tendance salutaire. Pour autant, dans ce domaine, rien n’est gagné notamment dans les territoires ruraux excentrés par rapport aux deux grandes aires urbaines de Rodez et Millau. Le désert médical persistant reste aussi un obstacle important au maintien des populations dans les zones rurales ; mais le Conseil départemental n’a guère de compétences en ce domaine.

Côté investissements (c’est l’atout maître de Jean-Claude Luche pour attirer de nouvelles populations sur le département), le président du Conseil départemental se montre ambitieux et mise sur l’attractivité du territoire en privilégiant les travaux routiers structurants tels la poursuite de la mise à 2 X 2 voies de la RN 88 entre Rodez et l’autoroute A75 à Séverac-le-Château, le contournement d’Espalion, le barreau de Saint Mayme (Rodez/Causse-Comtal), mais aussi l’ambitieux projet de fibrer le département en très haut débit, l’extension du camp militaire du Larzac…

L’objectif sur la mandature est d‘atteindre 270 millions d’euros d’investissements dont 230 millions d’euros pour le réseau routier et les collèges. Sur la période 2016-2025, soit en 9 ans et sur le seul réseau routier, les investissements cumulés devraient s’élever à 400 millions d’euros. Ce haut niveau d’investissements jamais atteint devrait permettre au département de l’Aveyron de se doter d’un réseau routier moderne, rapide et sécurisé, permettant d‘irriguer au mieux le territoire à l’intérieur mais aussi avec l’extérieur pour le connecter au réseau autoroutier national.

Enfin, le département entend aussi rester très présent dans les aides aux investissements des territoires ruraux, qu’il s’agisse des communes ou communautés de communes, en étant plus proches des populations dans le domaine social.

Comme on le voit, en ces temps difficiles et d’instabilité pour tout le monde et en dépit des fortes diminutions des dotations de l’Etat, le Conseil départemental de l’Aveyron fait le choix d’être très offensif au cours de la présente mandature pour permettre aux aveyronnais d’envisager un avenir plus serein. Voilà des orientations pleines de bon sens et salutaires pour le devenir du département. De quoi emporter l’adhésion d’une grande majorité des aveyronnais!

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :