Rodez : Le musée Soulages connaît une excellente fréquentation et présente sa nouvelle exposition Jésus Rafaël Soto

Un peu plus de 18 mois après son ouverture le 30 mai 2014, le Musée Soulages passe à la vitesse supérieure pour aborder l’année 2016. De quoi clouer le bec de celles et ceux qui ces dernières années ont durement critiqué la création du musée.

Même s’il faut encore rester prudent en raison de la forte affluence de la première année, à la fois en raison de la nouveauté du musée et de l’importante exposition temporaire consacrée aux « Outres noirs » de Pierre Soulages, il faut bien reconnaître que peu de monde s’attendait à une telle fréquentation du musée en 18 mois seulement. Tout au plus, les plus optimistes tablaient sur 80 000 visiteurs annuels.

Et pourtant, à la date du 1er décembre 2015, prés de 350 000 personnes ont visité le musée Soulages, même si les entrées payantes n’ont représenté que la moitié environ. En France, peu de musées de province peuvent se prévaloir d’un bilan aussi flatteur qu’encouragent en si peu de temps, surtout s’agissant d’une ville moyenne de 60 000 habitants (Rodez Agglomération) pour le moins excentrée. Et pourtant, la fréquentation est bien là, classant le musée Soulages parmi les 30 français et même, semble-t-il, le 1er de Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.

Le musée Soulages a atteint les 255 000 visiteurs au cours de la 1ère année et un peu moins de 100 000 au cours des 6 derniers mois, en dépit d’une exposition temporaire consacrée à Claude Lévêque qui semble être loin d’avoir fait l’unanimité. Avec la nouvelle et fort intéressante exposition consacrée à l’artiste vénézuélien Jésus Rafaël Soto jusqu’au 30 avril 2016, tous les espoirs sont permis.

Cette exposition temporaire est probablement l’une des plus belles depuis l’ouverture du musée et devrait combler les nombreux amateurs d’art. Il ne s’agit ni plus, ni moins, que de la première rétrospective consacrée à l’artiste en France depuis 1977. Au total, plus d’une quarantaine d’œuvres venues du Centre Pompidou, de galeries diverses et de la collection de la famille Soto sont ainsi réunies à Rodez. Selon Benoît Decron, le conservateur du musée : « Cette exposition propose au visiteur une déambulation au cœur de l’œuvre de Soto ».

Matthieu Poirier, conservateur de l’exposition temporaire et grand spécialiste de l’ouvre de Soto l’affirme : « Soto est un artiste majeur du XXème siècle. Il s’est engagé dans le renouvellement de l’abstraction. Il utilise des lignes, des carrés, des points… Bref, un vocabulaire le plus simple possible. Mais il en fait ressortir de puissants effets… » Et d’ajouter : « Avec Soto, l’œuvre n’est jamais stable. Elle apparaît, disparait, change en fonction de la position de celui qui la regarde… »

Pour Isabel Soto, la fille de l’artiste présente à Rodez lors de l’inauguration de l’exposition avec sa sœur Florence, le 11 décembre dernier : « L’œuvre n’existe que par l’action du spectateur. Elle se met au niveau du moment où celui-ci se déplace. »

Pour le musée Soulages : « L’œuvre de l’artiste Jesús Rafael Soto (1923 – 2005) est populaire et fortement identifiable. Soto personnifie avec Julio Le Parc et François Morellet l’art de l’après-guerre jouant avec les procédés d’optique et la magie du mouvement. Les visiteurs pourront découvrir près de 40 œuvres témoignant des différentes périodes de l’artiste: spirales duchampiennes, carrés flottants, écritures abstraites, vibrations soutenues, polychromies avec tés, cubes aériens, volumes virtuels, cuadrados et autres extensions de formes, potentiellement infinies… ».

L’actuelle exposition prendra fin le 30 avril 2016 et sera suivie d’une grande exposition autour de l’œuvre de Picasso. Une année 2016 exceptionnelle pour le musée Soulages qui devrait lui permettre de confirmer sa forte fréquentation depuis son ouverture en 2014. N’oublions pas que la ville de Rodez dispose également de deux autres musées de qualité : le Musée Fenaille et le Musée Denys Puech étant précisé que le billet du musée Soulages inclut l’entrée pour ces deux autres musées.

Voilà qui est de bon augure pour l’avenir du musée Soulages et l’attractivité de l’agglomération de Rodez.

Plus d’infos :

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :