France : A l’approche de la présidentielle, Hollande promet de baisser les impôts alors qu’il n’a eu de cesse de les augmenter pendant plus de 3 ans…

Lors d’un énième déplacement en province fin août, M. Hollande a promis de « baisser les impôts quoi qu’il arrive en 2016 », précisant qu’elle dépendrait de l’ampleur de la croissance à venir. Ce lundi 07 septembre, lors de sa conférence de presse, il a confirmé qu’il baisserait l’impôt sur le revenu de 2 milliards en 2016, et ce quelle que soit la situation.

Une fois de plus, alors qu’il végète toujours à moins de 20% d’opinion favorables (un record jamais atteint jusqu’alors), le chef de l’Etat feint d’ignorer son dramatique bilan en faisant diversion. Objectif : tenter de tourner une page douloureuse de son mandat et sortir de l’impasse actuelle en créant l’évènement. Le mécanisme d’allégement d’impôts devrait être présenté au Parlement dans le courant de cet automne dans le cadre du projet de la loi de finances pour 2016. Il devrait une nouvelle fois concerner la première tranche de l’impôt sur le revenu et très peu les classes moyennes fortement taxées depuis 2012.

Quand bien même les médias inféodés au pouvoir socialiste reprennent en cœur l’annonce qui n’est que de la poudre aux yeux (Hollande est un expert en la matière), pas sûr que les français et les classes moyennes en particulier soient sensibles à une telle déclaration alors que depuis son élection, jamais ces derniers n’avaient été autant taxés.

Les classes moyennes, vaches à lait du gouvernement socialiste

Rappelons, pour celles et ceux qui ont la mémoire courte, quelques-unes des principales hausses des prélèvements fiscaux sur les ménages initiées par les socialistes depuis 2012 :

  • Suppression des exonérations d’impôt sur le revenu pour les heures supplémentaires
  • Hausse des taux de TVA (le taux de 5.50% est passé à 10% et celui de 19.60% à 20%),
  • Fiscalisation des majorations de pensions de retraite pour charges de famille,
  • Double abaissement du plafond du quotient familial,
  • Imposition de la quote-part des cotisations de mutuelle santé prise en charge par l’employeur,
  • Abaissement du seuil d’abattement pour donations,
  • Hausse des tarifs de la contribution au service public de l’électricité,
  • Et c…

Pour la majorité des français qui ont été visés par ces augmentations, l’addition est très lourde. Au final, jamais les classes moyennes n’avaient à ce point été matraquées en si peu de temps par un gouvernement dit de gauche. Probablement s’agit-il là, pour lui, des nouveaux riches qu’il faut taxer alors même que moins de 50% des foyers fiscaux français acquittent l’impôt sur le revenu.

Ceci démontre une fois de plus qu’il ne s’agit de rien d’autre qu’une promesse clientéliste et politicienne. En effet, au plan économique et budgétaire, une telle promesse de baisse des impôts est totalement irréaliste au vu de la situation de la France (croissance très faible, dépenses publiques non maitrisées, dette en forte augmentation, absence de réelles réformes de structures…). En outre, lancer une telle promesse s’est aussi faire preuve d’une totale irresponsabilité au regard des engagements du pays vis-à-vis de la Commission européenne (réduction des déficits publics, stabilisation de la dette, engagement de réelle réformes de structure).

Proposer une baisse des impôts, compte-tenu de la mauvaise situation financière de la France, relève de l’irresponsabilité et de la démagogie politicienne

Cette annonce est d’autant plus malvenue que la situation de la France s’est fortement dégradée depuis 2012, contrairement à la majorité des autres pays de l’UE et présente aujourd’hui bon nombre de handicaps qui ne sont sans rappeler ceux de la Grèce (faible croissance, forte augmentation du chômage, désindustrialisation, déficits publics structurels, fuite des talents, exil fiscal pour les hauts revenus, baisse des exportations, incapacité à engager des réformes de structures…). Dans ce contexte, alors que la France s’enfonce peu à peu dans un scénario à la grecque par manque de réalisme et d’ambition à long terme avec des défis à relever considérables, l’annonce d’une baisse des impôts par le chef de l’Etat en personne est pour le moins irresponsable.

Les français qui n’ont pas oubliés les fortes augmentations de ces dernières années ne sont certainement pas dupes de l’opération politicienne lancée par Hollande pour tenter de se refaire une santé politique à moins de deux ans de la présidentielle, notamment au regard de sa majorité minoritaire au bord de l’implosion.

Cette annonce semble d’autant plus fantaisiste qu’elle est irréalisable dans les conditions présentes où chacun sait que la préparation du budget 2016 relève déjà du casse-tête pour le gouvernement socialiste. En effet, l’équation financière paraît des plus complexes, sachant que, d’une part, le budget 2016 doit impérativement respecter le pacte de responsabilité qui prévoit 41 milliards d’euros d’allègements pour les entreprises et que, d’autre part, la France s’est engagée auprès de la Commission européenne à ramener son déficit public de 3.8% en 2015 à 3.3% en 2016.

Les marges de manœuvres du gouvernement sont d’autant plus réduites que les objectifs budgétaires pour 2015 pourraient ne pas être atteints et que la croissance restera faible en 2015 et probablement en 2016. Aujourd’hui, plus grand monde n’a encore confiance en ce gouvernement et son président, incapables de mettre en œuvre une politique cohérente et responsable qui permette à notre pays de retrouver les chemins de la croissance, de l’emploi et de la compétitivité, à l’instar de ce qu’ont fait la plupart des pays européens dont le Royaume-Uni et l’Espagne qui en récoltent aujourd’hui les fruits.

Personne en France ne croît aux promesses de baisses d’impôts des socialistes alors que notre pays traverse l’une des plus graves crises interne depuis bien longtemps. De toute façon, chacun sait bien que compte-tenu des transferts de charges de l’Etat vers les collectivités territoriales, si ce n’est pas les impôts d’Etat, ce sont les impôts locaux (taxe d’habitation, taxe foncière et CFE) qui vont immanquablement augmenter selon le principe des vases communicants. Voilà une manipulation un peu grossière qui tend à prendre les français pour des imbéciles !

Une fois de plus, obnubilé par les prochaines échéances électorales, Hollande persiste dans la facilité et l’erreur, pour ne pas dire la tromperie, quitte à entrainer la France vers une situation à la grecque.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :