France : L’hécatombe des accidents de la route en juillet démontre l’incapacité du gouvernement à mener une véritable politique de sécurité routière

Après moult atermoiements, Hollande et son gouvernement socialiste paient au prix fort leur incapacité à construire et conduire une politique de lutte contre l’insécurité routière. D’où l’impatience et la colère des associations de lutte contre l’insécurité routière qui dénoncent le désengagement du gouvernement en matière de sécurité routière après une décennie de succès en ce domaine par les gouvernements précédents.

Depuis 2 ans, la France connaît à nouveau une forte augmentation des tués et blessés sur les routes

Les résultats en matière de sécurité routière se sont dégradés fortement depuis 2013 ; le nombre d’accidents, de tués et de blessés de la route est en augmentation constante. Le mois de juillet 2015 a même été une véritable hécatombe sur les routes de France avec une augmentation de 19.20% du nombre de tués par rapport au même mois de l’année précédente, avec 360 morts contre 302 en 2014. Pire, tous les indicateurs sont à la hausse. Les accidents corporels ont augmenté de 7%, les blessés de 7,7% et les blessés hospitalisés de 13,80%. Sur les 7 premiers mois de l’année, le nombre de tués est en augmentation de 3.8%.

Cette nouvelle forte dégradation est d’autant plus inquiétante qu’elle intervient après une décennie de baisse importante du nombre de victimes qui plaçait la France parmi les bons élèves en Europe avec 3 200 tués en 2012 et permettait d’espérer de voir rapidement de nombre de victimes passer sous 2 500 tués dés 2020. Malgré les promesses des gouvernements socialistes dans ce domaine (il promettait de parvenir à moins de 2 000 tués en 2020), le manque de réelle volonté de s’attaquer à ce fléau et les atermoiements successifs ont brouillé le message et encouragé les automobilistes à se laisser-aller sur les routes.

Ce ne sont pas les déclarations irresponsables du ministre de la Justice fin juillet dernier encouragé les automobilistes à la prudence ; bien au contraire. Son projet de suppression du délit de défaut de permis de conduire pour en faire une simple contravention, a constitué un nouveau mauvais signal donné par le gouvernement aux automobilistes. L’actualité s’est hélas chargée de donner tort à la ministre quelques jours plus tard avec deux terribles accidents de la route impliquant des conducteurs ne disposant pas du permis de conduire.

Le rapport de l’IGA en matière de sécurité routière est accablant pour le gouvernement socialiste

Le rapport de l’IGA (Inspection générale de l’administration) de 2014 sur la sécurité routière, dont des extraits ont été publiés récemment par le Journal du Dimanche, met directement en cause les Pouvoirs-publics qui ont fait preuve de laxisme avec une absence totale de coopération entre les diverses administrations en charge de la sécurité routière. Le rapport dénonce notamment l’absence de tenue de CISR (Comité interministériel de sécurité routière depuis 2012) qui constituait un outil essentiel de mobilisation des divers acteurs de la sécurité routière. En voici un extrait : «…Le pilotage au plan central de la politique de sécurité routière n’est pas suffisamment perçu. Le dispositif est dispersé entre de très nombreux acteurs y compris au sein de l’État. Lorsque le pilotage ne se situe pas au plus haut niveau de l’État, la responsabilité est diluée…. Rien ne remplace toutefois l’impulsion politique au plus haut niveau de l’État… »

Malgré le ton déterminé de Manuel Valls, les faits sont là et démontrent l’incapacité du gouvernement à poursuivre la politique de lutte contre l’insécurité routière entreprise avec succès par les gouvernements de droite. D’ailleurs, n’est-ce pas ce même Premier ministre qui a finalement décidé, contre l’avis de professionnels et d’associations en charge de la sécurité routière, de ne pas mettre en œuvre les limitations de vitesses sur routes hors agglomération à 80 km/h, en la réduisant à une simple expérimentation sur 3 axes routiers seulement ?

Pris au dépourvu par la publication du rapport de l’IGA qui montre clairement, qu’en ce domaine comme dans d’autres, il n’y a pas de pilote dans l’avion du fait notamment de l’absence d’interministérialité sur le sujet, Manuel Valls a fini par annoncer la convocation d’un prochain CISR en septembre… Après tant de gesticulations stériles, pas sûr que cela suffise.

Depuis plus de 2 ans, les associations de lutte contre l’insécurité routière et notamment la Ligue contre la violence routière, n’ont eu de cesse d’alerter le gouvernement socialiste sur la forte reprise des accidents de la route en France après plus de 10 ans de baisse continue. Madame Chantal Périchon, présidente de la Ligue contre la violence routière est d’ailleurs très claire sur le sujet et n’hésite pas à affirmer tout haut ce que beaucoup pensent tout bas : « Pour le gouvernement, la sécurité routière n’est pas une priorité »

Extrait de l’interview accordée début août par Chantal Périchon au JDD (Le Journal du Dimanche)

Question : Pourquoi le nombre de morts augmente-t-il à nouveau?

La sécurité routière n’est pas la priorité de ce gouvernement. Pour qu’une politique de prévention fonctionne, il faut une feuille de route claire pour chaque ministre et un pilote pour la mettre en œuvre. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Depuis l’élection de François Hollande, il n’y a pas eu, comme durant les quinquennats précédents, de réunions communes, c’est-à-dire de comités interministériels de sécurité routière rassemblant à intervalles réguliers tous les ministres concernés (Intérieur, Justice, Écologie, Transports, Éducation nationale, Santé, Industrie). Ce travail collectif a pourtant fait ses preuves.

Question : Vous accusez le gouvernement de ne pas vouloir sauver des vies?

J’ai bien peur qu’il manque de conviction ou de courage politique face aux différents lobbys… Même s’il vient d’être retoqué par le Conseil constitutionnel, un article de la loi Macron visait à assouplir la communication sur l’alcool et à remettre en cause la loi Évin. C’est un très mauvais signal : le problème de l’alcool au volant, lié à celui de l’alcoolisme en général, reste à régler. Il n’existe actuellement pas de prise en charge médicale, administrative ou juridique pour aider les conducteurs sanctionnés pour un problème d’alcool. Il n’y a pas non plus de lutte contre la récidive (installation d’éthylotests antidémarrage, confiscation des véhicules après suspension du permis pour un délit concernant l’alcool chez ceux qui s’obstinent à conduire).

Question :Mais une série de mesures annoncées cet hiver par Bernard Cazeneuve entrent tout juste en vigueur…

La mesure la plus pertinente, préconisée par tous les experts sérieux, est restée dans les tiroirs. Il suffirait de limiter la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, dépourvues de séparateur au milieu et donc dangereuses, pour sauver 400 vies. Ces axes concentrent 57 % des tués sur la route. Le ministère de l’Intérieur répète que cette mesure ne serait pas acceptée par les Français. C’est un faux argument. Plus personne aujourd’hui ne remet en cause l’obligation de porter la ceinture, pas plus que celle d’avoir des dispositifs spécifiques pour les enfants, qui avaient pourtant déclenché des protestations à l’époque… Il faut parfois avoir le cran d’affronter l’impopularité.

Il ne reste plus à espérer que les nouvelles promesses de M. Valls seront enfin tenues et que le gouvernement s’impliquera enfin pour de bon dans la lutte contre l’insécurité routière. Avec un peu de volonté et de courage, la France peut réduire considérablement le nombre de tués sur les routes !

Plus d’infos : Association Ligue contre la violence routière

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :