France : Hollande, c’est toujours plus de chômage

Chacun se souvient de la promesse faite par M. Hollande d’inverser la courbe du chômage, lors de la dernière campagne présidentielle de 2012. Entre les deux tours de scrutin, il avait affirmé sûr de lui : « Je me donne un an pour y arriver ». Plus de 3 ans après son élection, les français attendent toujours…

Au premier anniversaire de son élection, malgré le franchissement de la barre des 3.1 millions de demandeurs d’emploi, Hollande a persisté à maintenir cet objectif qu’il savait pourtant inatteignable. Il s’est obstiné à promettre une inversion de la courbe à la fin de l’année 2013 en n’hésitant pas à affirmer : « On est tout prés du but. Nous y sommes presque ! ». Après une fin d’année 2013 passée à triturer les courbes du chômage dans tous les sens, aucun signe avant coureur d’une amélioration n’avait pu être identifié par le gouvernement.

Une situation du chômage qui n’a cessé de se dégrader depuis 2012

Loin d’une inversion, cela a été au contraire la bérézina sur le front du chômage en France. Début 2014, l’exécutif avait fini par se rendre à l’évidence et rangé l’inversion de la courbe du chômage aux oubliettes en trouvant une nouvelle communication sur le sujet.

18 mois plus tard, en ce début d’été 2015, le chômage continue à augmenter. Selon les données de Pôle emploi, la France compte à ce jour 3 536 000 chômeurs pour la seule métropole. Un bien triste record pour M. Hollande qui avait fait de la baisse du chômage sa priorité.

Dans une récente émission télévisée, François Hollande n’a pas hésité à laisser entendre que son bilan en ce domaine ne serait pas pire que celui de Nicolas Sarkozy, en arguant, sûr de lui : « Cela fait 10 ans que le chômage augmenté, un million sous mon prédécesseur ! ». La réalité est que le chômage avait augmenté de seulement 754 900 personnes sous Nicolas Sarkozy, contre une augmentation estimée à 740 000 personnes attendue en fin d’année 2015, en 3 ans et demie seulement. Un bien piètre bilan pour Hollande !

Cette forte augmentation du chômage sous le quinquennat de Hollande est d’autant plus dramatique qu’au cours de cette période, il a baissé presque partout en Europe. Quand à la hausse du chômage sous Sarkozy, elle s’expliquait en grande partie par la crise internationale des subprimes, puis de l’euro. Depuis 2012, la France n’a du affronter aucune crise internationale. C’est dire l’importance et la gravité de la détérioration du chômage depuis l’arrivée de Hollande, imputable aux seules mauvaises politiques économiques mises en œuvre par ses gouvernements.

La France rame à contre-courant des autres pays européens

Pendant ce temps, la situation de l’emploi s’améliore partout en Europe. C’est dire l’ampleur des politiques néfastes mises en œuvre par les socialistes en France.

Même parmi les pays les plus touchés, le chômage a amorcé une baisse sensible. C’est ainsi le cas en Espagne où il vient de baisser durant quatre mois consécutifs, mais aussi en Italie, au Portugal. Alors que le chômage n’a de cesse d’augmenter inexorablement en France, nos amis européens commencent à entrevoir le bout du tunnel.

Selon les dernières statistiques d’Eurostat, seuls quelques pays de l’Union européenne ont vu leurs demandeurs d’emploi augmenter en avril, au premier rang desquels la France. A l’inverse, au cours de ce même mois, il a baissé dans les 22 autres états. L’Allemagne reste le meilleur élève de l’UE avec un nombre de demandeurs d’emplois qui ne représente que 4.7% de la population active. Rappelons qu’en France, ce taux est actuellement de 10.3%, soit plus du double.

Pour 2016, la Commission européenne table sur une nouvelle baisse du chômage dans les pays de l’Union. Elle note d’ailleurs que le redressement sur le front de l’emploi a été relativement important dans les pays tels l’Italie et l’Espagne, qui ont procédé à une réforme de leur marché du travail. Ce que bien entendu la France devra faire si elle veut s’attaquer durablement au fléau du chômage dans notre pays.

A défaut d’engager les réformes nécessaires, la France ne réussira pas à endiguer durablement le chômage. Un changement de cap s’impose au plus vite pour mettre en œuvre les réformes de structures qui s’imposent à notre pays bien mal en point.

Ce n’est pas en faisant diversion ici et là, par quelques réformettes, comme en proposant la mise en place de la retenue à la source sur les salaires que la France va retrouver le chemin de la croissance et de l’emploi.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :