Europe : Les taux d’intérêts à long terme basculent pour la première fois sous le taux de 0%

C’est du jamais vu ! Pour la première fois dans l’histoire, la Suisse vient d’émettre un emprunt à 10 ans au taux de -0.05%.

Ce qui, en clair, signifie qu’aujourd’hui des investisseurs n’hésitent plus à prêter sur une durée de 10 ans en étant assurés de perdre de l’argent puisqu’ils acceptent dorénavant de payer un intérêt au créancier. Jusqu’à maintenant, seuls certains prêts à court terme bénéficiaient de taux négatifs.

Cette anomalie tient notamment au statut particulièrement favorable de la dette d’Etat suisse dont la qualité et la solidité financière est reconnue ; ce qui constitue un actif financier particulièrement recherché. Comme les pays de la zone euro, la Suisse est confrontée à une menace de déflation qui entraîne de facto la chute des placements obligataires.

Le cas de la Suisse risque de toucher d’autres pays de la zone euro. Rappelons en effet que la BCE (Banque centrale européenne) c’est lancé début mars 2015 dans une politique financière visant à s’attaquer à la déflation en opérant un important programme de rachat de dette publique. De fait, les rendements des obligations de la zone euro sont en chute libre.

Ainsi les taux allemands à 10 ans sont tombés à leur plus bas historique de 0.16%, tout comme ceux de la France, passés à 0.44%. Actuellement, l’Allemagne emprunte à des taux négatifs jusqu’à 7 ans. Ce qui laisse présager, au rythme actuel, des taux négatifs à 10 ans dans les prochains mois pour ce pays. Selon une récente étude, l’encours de la dette publique affichant des taux négatifs (inférieurs à 0%) au sein de la zone euro atteindrait d’ores et déjà 2 500 milliards d’euros.

En rachetant des emprunts d’Etat, la BCE fait mécaniquement gonfler la demande, ce qui réduit d’autant leur rendement et constitue une aubaine pour les gouvernements et pour les entreprises ayant accès aux marchés financiers qui peuvent ainsi emprunter à des taux très bas.

Les taux bas pourraient ainsi perdurer ; ce qui pourrait avoir des effets négatifs. Les Etats, déjà fortement endettés pourraient être tentés de recourir plus facilement à l’emprunt plutôt que d’engager les réformes structurelles en vue de réduire drastiquement leur dette.

Autre effet négatif, et non des moindres pour les épargnants, les investisseurs à long terme tels les assureurs-vies et fonds de pensions, vont nécessairement être affectés par la chute importante des rendements des emprunts obligataires qui constituaient jusque là l’essentiel des revenus de leurs contrats. Les contrats offrant des rendements garantis pourraient ainsi se trouver en grande difficulté, incapable de respecter leurs engagements. Ce qui risque de déstabiliser grandement de nombreux placements et par voie de conséquence, les établissements financiers les plus fragiles.

Plus globalement, les rentiers et autres retraités qui vivent de leurs placements risquent de se voir confrontés à une fragilisation de leur épargne inégalée dans les années futures.

Ce qui pourrait à priori paraître une bonne nouvelle ne risque-t-elle pas, à terme, d’initier une période d’instabilité sur les marchés financiers européens ?

NOTA : Le présent document s’appuie sur un article publié par le quotidien « Les Echos » du jeudi 09 avril 2015, intitulé : « La Suisse devient le premier pays à emprunter à 10 ans à moins de 0%.»

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :