Déficits publics : Le cadeau empoisonné de Bruxelles à la France

Après moultes discussions entre les divers pays de la zone euro, Bruxelles a finalement accordé un délai supplémentaire de deux ans à la France pour lui permettre de réduite son déficit et le ramener au niveau qui devrait être le sien, c’est-à-dire moins de 3% du PIB dés l’année 2017.

Deux années supplémentaires de gagnées par la France, l’un des plus mauvais élève européen après la Grèce. Pas de quoi pavoiser donc ! Au passage, Paris échappe également aux lourdes sanctions qui auraient pu lui être infligées par Bruxelles pour son dérapage incontrôlé des finances publiques depuis l’année 2012.

Pour la France, c’est un nouvel affaiblissement et une crédibilité en berne. Pour celles et ceux qui regardent la réalité en face, une fois de plus, notre pays connaît une véritable dégradation. Car ce nouveau délai fait suite aux trois engagements non respectés de 2012, 2013 et 2014. Le gouvernement de M. Valls n’est pas au bout de ses peines et va devoir présenter un nouveau plan d’économies de 4 milliards dans les deux mois, et encore un autre à la rentrée et bien d’autres encore jusqu’à l’automne 2016.

La France se trouve ainsi fragilisée et aux abois pour ne pas avoir respecté ses engagements. Etre toujours en retard sur ses objectifs, ne pas tenir ses engagements, rebondir d’échéances en échéances et toujours plaider l’indulgence de la Commission européenne à son égard mène droit dans le mur… Voilà sous l’ère Hollande, le triste lot de la France affaiblie et inexistante au plan européen pour avoir refusé de faire quelques menus efforts de rigueur ces dernières années.

Jusqu’à quand ? A force de refuser de choisir sa voie (celle de l’Europe du nord) et de se laisser aller au fil des vents, la France part à vau-l’eau et perd toute crédibilité.

En accordant un nouveau délai, la Commission a instamment demandé à la France d’accentuer ses efforts de rigueur budgétaire dés 2015 en exigeant des économies supplémentaires de 4 milliards d’euros. En effet, ces dernières années, contrairement à la plupart des pays européens, la France s’avère incapable de réduire ses déficits publics et les ramener à des niveaux acceptables, voire à l’excédent, comme l’Allemagne. A noter qu’en 2016, selon les prévisions actuelles, la France aura le triste privilège d’être la seule capitale européenne à afficher un déficit public supérieur à 4% du PIB.

On comprend que de nombreux pays en Europe s’impatientent et exigent un net durcissement du traitement de faveur accordé à notre pays. Comme la Grèce jusqu’alors, au cours des deux années à venir, pour ne pas avoir respecté ses engagements, la France va faire l’objet d’une surveillance renforcée par les fonctionnaires de Bruxelles concernant l’évolution des comptes publics et des réformes. Cette méfiance de Bruxelles à l’égard de la France n’est hélas que trop justifiée.

L’objectif est que la France ramène dés 2017 ses déficits publics sous les 3% du PIB, comme c’est aujourd’hui le cas des autres pays de la zone euro. Ce qui signifie que, de gré ou de force, la France va devoir engager des réformes structurelles et réduire ses déficits abyssaux en deux ans seulement.

2017 étant aussi l’année de l’élection présidentielle française, voilà qui promet une fin de quinquennat fort animé pour Hollande qui va enfin devoir agir énergiquement, sous peine de disparaître du second tour. Deux années qui seront tout sauf une promenade de santé avec des tensions croissantes au sein de la majorité socialiste. Voilà une présidentielle qui s’annonce très ouverte.

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :