Grand Rodez : le conseil d’agglomération vote en faveur du retrait des communes de Baraqueville, Camboulazet et Manhac

Ce mardi 03 février, se tenait un Conseil d’agglomération du Grand Rodez. En l’absence de Christian Teyssèdre, la réunion était présidée par le 1er vice-président de l’agglomération, Jean-Philippe Keroslian, maire d’Onet-le-Château.

Le Conseil a pris note des démissions de Bruno Bérardi (Rodez-Citoyens) pour raisons de santé ainsi que de Sarah Vidal (PS). Selon les dispositions du code des collectivités territoriales, Bruno Bérardi sera remplacé par Mathieu Lebrun (Rodez Citoyens). Fabrice Geniez (Onet-le-Château) a tenu à rendre hommage au courage de Bruno Bérardi face à la maladie et au travail en profondeur réalisé par ce dernier au cours de ses deux mandats de conseiller d’agglomération.

Le grand sujet à l’ordre du jour était le vote relatif à la sortie du périmètre de l’agglomération des communes de Baraqueville, Camboulazet et Manhac à compter du 01/01/2016. Rappelons que ces trois communes avaient intégré la communauté d’agglomération du Grand Rodez au 1er janvier 2014 après une procédure d’adhésion pour le moins précipitée, à l’initiative du président de l’agglomération du Grand Rodez qui avait fait de cette adhésion une victoire politique lors des dernières municipales. Dommage qu’il n’ait pas assisté en personne à ce terrible dénouement dont il est lui-même responsable.

Cette extension de l’agglomération du Grand Rodez a été réalisée tambour battant en 2011 et 2012, sans véritable préparation et discussion avec la communauté de communes du pays Baraquevillois (CCPB) à laquelle appartenaient ces communes. Par ailleurs, force est de constater que depuis 2008, l’agglomération n’a jamais réellement porté de véritable projet susceptible d’encourager l’adhésion de nouvelles communes. Enfin, les nouveaux entrants n’ont manifestement jamais été informés des véritables conséquences financières de leur adhésion.

Aujourd’hui, on connaît malheureusement la suite. Les changements de majorité intervenus lors des élections municipales de mars 2014 notamment à Baraqueville ont entraîné de facto, des délibérations en faveur de leur retrait de l’agglomération du Grand Rodez dans les meilleurs délais.

C’est la raison pour laquelle les élus de la communauté d’agglomération du Grand Rodez étaient appelés à se prononcer « pour » ou « contre » la demande de retrait formulée par ces communes. Certains élus, tel Jean-Philippe Sadoul, maire de Luc La Primaube, se sont lamentés face aux conséquences d’une telle sortie du périmètre de l’agglomération qui risquait d’avoir de lourdes conséquences sur le développement futur. Il a été jusqu’à évoquer une décision absurde et contraire à l’évolution actuelle qui veut que les collectivités territoriales se regroupent au profit d’agglomérations plus importantes. Il est vrai que tout cela constitue un terrible gâchis pour l’ensemble des parties mais, à qui la faute, sinon aux élus de l’agglomération eux-mêmes ?

Quelques autres n’ont pas manqué d’évoquer les faits qui ont conduit à ce lamentable échec, à commencer par l’absence de véritable projet d’agglomération et le manque d’attractivité de la communauté d’agglomération du Grand Rodez. Ils ont aussi rappelé les mauvaises conditions dans lesquelles s’était effectivement déroulée cette adhésion (opération strictement politicienne, menée à la hâte à la veille des élections municipales, sans réelle concertation et dialogue avec la CCPB).

Cet échec de l’extension de l’agglomération risque effectivement d’être très lourd de conséquence mais il est entièrement imputable aux élus de l’agglomération et notamment à son président, Christian Teyssèdre. Toute autre explication n’est que littérature destinée à cacher l’ampleur de cet échec !

Jacques Barbezanges, le maire de Baraqueville s’est brièvement exprimé pour exposer les raisons de la demande de sortie du périmètre de l’agglomération des communes de Baraqueville, Camboulazet et Manhac, à savoir :

  • le coût financier important pour Baraqueville d’une telle adhésion,
  • le chaos laissé par le départ de ces communes de la CCPB qui conduisait à déstructurer cette entité, en la privant de sa commune-centre qui faisait sa force depuis toujours,
  • la volonté de rejoindre la CCPB dés 2016 pour constituer avec les cantons de Naucelle et Rieupeyroux, le futur Grand Ségala représentant plus de 20 000 habitants.

En conclusion, le président Jean-Philippe Kéroslian a indiqué que, pour sa part, dés lors que l’ensemble des communes concernées s’étaient prononcées en faveur de leur retrait de l’agglomération, à regret, il ne pouvait s’opposer à leur volonté.

Le vote à bulletin secret a donné 32 voix en faveur du retrait de l’agglomération et 17 voix contre. Ce retrait interviendra effectivement au 01/01/2016. Dans la foulée, et fort logiquement, la vice-présidence de l’agglomération a été retirée à Jacques Barbezanges, le maire de Baraqueville.

A noter que l’ensemble des communes de l’agglomération devront prochainement se prononcer sur ce retrait de l’agglomération du Grand Rodez et qu’au final, le préfet aura le dernier mot.

Les élus de l’agglomération du Grand Rodez vont maintenant devoir se remettre au travail en ce lançant dans une procédure d’explication et de véritable concertation avec l’ensemble des communautés de communes voisines pour tenter de renouer les contacts et rassurer en vue d’une future extension indispensable de l’agglomération. Mais le travail risque d’être long et complexe du fait de cet échec.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :