France : L’affligeante reculade du gouvernement socialiste à propos de l’écotaxe

A la surprise générale, Ségolène Royal, la ministre de l’Ecologie l’a annoncé la semaine dernière, avant même la fin de son expérimentation : la mise en place de l’écotaxe est reportée sine die.

Après avoir reculé une première fois l’an dernier face aux bonnets rouges bretons qui n’avaient pas hésité à saccager de nombreux portiques pour faire céder le gouvernement de M. Ayrault, le gouvernement Valls capitule lui aussi. Cette décision constitue une nouvelle reculade du gouvernement face aux pressions des transporteurs routiers qui menaçaient le pays de blocage et lui hôte toute crédibilité. Une fois de plus, c’est le contribuable et non les pollueurs qui vont être mis à contribution. C’est tellement plus facile !

Le coût politique d’une telle décision risque d’être considérable pour un gouvernement déjà largement affaibli.

On se rappelle pourtant que la mise en place de cette écotaxe dans le cadre du Grenelle de l’environnement, avait été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale en 2009. Elle visait à assurer la transition énergétique du pays en pénalisant le trafic poids-lourd très polluant. Si sa mise en place s’est effectivement révélée plus complexe et couteuse que prévue, son bien fondé n’était pourtant contesté par personne si ce n’est par quelques camionneurs bretons qui oublient au passage que l’Etat à beaucoup investi en Bretagne, bien plus que dans tout autre région dans un réseau autoroutier totalement gratuit.

Cet abandon découle directement de la faiblesse des gouvernements socialistes successifs qui ont reculé alors que ce type de taxe a été mise en place dans de nombreux pays d’Europe, dont l’Allemagne, sans le moindre problème. Dans ce contexte, on comprend la consternation des élus écologistes qui se disent scandalisés par une telle décision totalement irresponsable.

Cécile Duflot, députée EELV et ex-ministre du Logement, a fustigé le renoncement du gouvernement. »Je considère que c’est une erreur désastreuse… Elle a déploré le manque de « courage politique » de la majorité : « Dès qu’il s’agit de passer aux actes, il n’y a plus personne« . Elle a parlé de « double peine« , écologique et économique. Et de poursuivre : « Est-ce que vous pensez qu’il y a deux ans et demi, quand j’ai accepté d’entrer au gouvernement, j’imaginais que l’on allait abandonner l’écotaxe, augmenter le diesel pour faire payer les particuliers à la place des camionneurs, que l’on allait mettre en cause les chômeurs et avoir une politique qui va à l’encontre des transports en commun ? ». D’autres n’hésitent pas à déclarer : « De reculade en reculade, tout cela vire à la pantalonnade »

Entre l’indemnisation du consortium Ecomouv’ qui devait gérer les péages prévus et le manque à gagner pour les caisses de l’Agence de financement des infrastructures de transport français (AFITF), au bas mot, le coût de ce report sine die va coûter au contribuable la bagatelle d’au moins deux milliards d’euros. Prévue pour une entrée en vigueur au 1er octobre 2013, elle avait été reportée au 1er avril 2014, puis au 1er janvier 2015. Variant suivant le tonnage du camion, elle devait concerner les véhicules empruntant les grands axes routiers gratuits du pays au tarif de 8.8 centimes à 15.4 centimes d’euros par kilomètre parcouru. Au final, ce sont tous les automobilistes qui vont être taxés et non les véritables pollueurs. Là est le scandale !

Les recettes prévues initialement étaient de l’ordre d’un milliards d’euros par an et devaient permettre de financer de nombreuses infrastructures routières et de transport en général. Du coup, de nombreux investissements importants vont devoir être différés. En effet, alors que les finances de l’Etat sont exsangues, il avait été prévu qu’un certain nombre de grands travaux d’aménagement du territoire, y compris des moyens de transports en commun, devaient être financés via les recettes de l’écotaxe. Autant d’investissement qui risquent d’être reportés aux calendres grecques.

Dans un communiqué du 10 octobre, la FNAUT (Fédération nationale des associations et usagers des transports) déplore l’abandon de l’écotaxe qui constitue une décision désastreuse pour la politique des transports : « Le report sine die du péage de transit sous la pression des transporteurs routiers et des chargeurs est une décision désastreuse pour la politique des transports et punitive pour tous les Français. Cette décision pénalise les contribuables et les usagers des transports publics. Elle fait en effet disparaître une source décisive de financement des infrastructures de transports (transports urbains en site propre et rénovation du réseau ferré classique). Elle pénalise également les riverains des grands axes de transit routier, qui continueront à subir des nuisances insupportables : en Alsace, dans les vallées alpines… Le projet de loi sur la transition énergétique est, du coup, totalement décrédibilisé. Enfin la FNAUT déplore les conséquences financières catastrophiques de l’abandon du péage de transit en raison des dédommagements à verser à la société Ecomouv chargée de collecter le produit du péage. »

Par delà la tempête politique engendrée, cette décision lourde de conséquence pour l’avenir du pays constitue une nouvelle reculade inquiétante qui démontre la faiblesse extrême de ce gouvernement qui cède à la moindre pression de la rue et s’avère incapable de mettre en œuvre une politique cohérente et crédible. Dans ces conditions, ce n’est pas demain la veille que la France va s’attaquer aux réformes de structures nécessaires à la réduction des dépenses publiques. Ce nouveau recul aura nécessairement un coût politique exorbitant pour Hollande et son gouvernement. Voilà qui n’augure rien de bon pour les mois qui viennent.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :