Grand Rodez : La commune de Baraqueville souhaite quitter l’agglomération pour retrouver son Ségala

En dépit des années de discussion, beaucoup s’étaient interrogés sur l’opportunité et la cohérence pour la commune de Baraqueville, située à plus de 20 km du centre-ville de Rodez, de rejoindre l’agglomération du Grand Rodez. Au final, Baraqueville ainsi que les communes voisines de Camboulazet et Manhac avaient intégré la CAGR le 01 janvier 2014, en abandonnant brutalement les autres communes membres de la communauté de commune du pays baraquevillois.

Le président de la CAGR, Christian Teyssèdre à son accoutumée, n’avait pas manqué de venter les avantages de cette adhésion à la CAGR marquant l’extension du périmètre de l’agglomération depuis son élection ! C’était oublier que cette adhésion s’était faite aux forceps, sous la houlette de l’ancienne maire socialiste et sans véritable consultation préalable des habitants.

Quelques mois plus tard, la liste socialiste à la mairie de Baraqueville a été largement battue. La nouvelle équipe municipale conduite par Jacques Barbezanges qui avait promis une consultation sur le sujet s’il était élu, a respecté ses engagements. Trois mois après les élections municipales et après maintes réunions publiques, la municipalité a organisé la consultation ce dimanche 29 juin 2014.

Au final, avec une belle participation de 54.47%, pas moins de 66,38% des électeurs baraquevillois se sont prononcés pour la sortie de l’agglomération du Grand Rodez : « Oui je suis d’accord pour sortir du Grand Rodez ». Le résultat a le mérite d’être clair.

Pour Jacques Barbezanges, le maire de Baraqueville: « Ce résultat est sans appel. Il reflète une volonté de sortir de l’agglomération, et c’est dommage qu’on n’ait pas commencé par organiser une telle consultation il y a 3 ans de cela. Ce résultat nous conforte dans notre démarché de sortie de l’agglomération, mais vous savez il ne s’agit là que d’une première étape. Il reste encore des étapes mais j’espère que notre mobilisation sera entendue. » Et de poursuivre : « Cela nous encourage à poursuivre notre démarche de retrouver nos amis du Ségala. »

La parole est maintenant à la communauté d’agglomération du Grand Rodez qui devra se prononcer sur la sortie de la commune de Baraqueville. Dans ce contexte, il est probable que les deux autres communes ayant rejoint la CAGR en janvier dernier avec Baraqueville, solliciteront à leur tour leur sortie de l’agglomération pour retrouver elles aussi la communauté de communes du Pays Baraquevillois.

Le président de l’intercommunalité baraquevilloise, Didier Mai-Andrieu s’est d’ailleurs dit rassuré par les résultats de la consultation de dimanche dernier, après 3 années de perdues en palabres stériles. Pour lui, c’est l’espoir de sortir de l’impasse budgétaire actuelle due au départ de Baraqueville. Si le pays baraquevillois y trouve son compte après des années de déstabilisation, c’est probablement la meilleure solution.

Tout cela pour çà ? En attendant, la communauté d’agglomération du Grand Rodez confrontée à de nombreuses difficultés et à une situation financière pour le moins délicate en raison de l’explosion de sa dette qui atteint les 80 millions d’euros, doit aujourd’hui faire face à une situation inédite au moment où elle discute de son projet d’agglomération.

Cette affaire en dit long sur la mauvaise gouvernance et gestion de la CAGR depuis 2008. Encore des années de perdues dans de longues négociations inutiles, probablement pour donner l’illusion qu’il y a un pilote dans l’avion. Au final, alors que l’extension de l’agglomération du Grand Rodez est vitale pour son développement, le brusque départ de Baraqueville est un signal fortement négatif donné aux autres communes susceptibles de rejoindre prochainement le Grand Rodez.

Gageons que cette adhésion avortée de Baraqueville n’affectera pas durablement la CAGR qui, comparé à la plupart des agglomérations voisines, reste de taille extrêmement réduite, entourée (pour ne pas dire encerclée) par de nombreuses communes qui profitent de son attractivité et de ses services pour se développer à son détriment.

Cette situation ne pourra en effet perdurer longtemps. Voilà encore un échec cinglant pour Christian Teyssèdre le maire de Rodez et président de la CAGR qui s’avère incapable de porter un véritable projet cohérent et structurant pour la ville et l’agglomération.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :