Rodez : quand le candidat Teyssèdre utilise les réunions du conseil municipal pour faire sa propagande

Il est de notoriété publique que Christian Teyssèdre, maire de Rodez, ne s’embarrasse guère de scrupules pour affirmer tout, n’importe quoi et éventuellement son contraire, avec un aplomb qui trop souvent, hélas ! abuse les ruthénois. L’un de ses proches révélait récemment que le maire répondait à qui osait lui en faire la remarque : « Plus c’est gros, mieux ça passe ». Surprenante philosophie qui a donné lieu à une étonnante illustration lors de la réunion du conseil municipal du vendredi 24 janvier.

A l’ordre dur jour de la séance: le débat d’orientation budgétaire.  Disons pour les non initiés qu’il s’agit de définir les conditions dans lesquelles sera élaboré le futur budget; autrement dit, les directives données aux services administratifs et comptables pour élaborer le budget de 2014. Premier sujet d’étonnement, le budget lui-même ne pourra donc être voté que fin février ou début mars… ou peut-être même après les élections. Alors que traditionnellement il est voté à Rodez en Décembre de l’année précédente.  Simple retard ou bien quelque chose à cacher ?

Revenons-en à la réunion publique avec tout d’abord la dette de la commune. Contraint de respecter un minimum de vérité comptable, le maire a annoncé un montant total de la dette de 26 millions d’euros, oubliant sciemment les six millions d’emprunt contractés pour construire le parc de stationnement du foirail, au prétexte qu’il s’agit d’un « budget annexe ». Annexe ou pas, ces six millions sont dus par la commune et seront remboursé par les contribuables et les usagers ruthénois! L’endettement consolidé au 31 décembre 2013 est donc de 32 millions d’euros. A comparer aux 20 millions d’euros du 31 décembre 2007, dernier exercice complet du mandat précédent. Une augmentation de 52%! Pour avoir entendu pendant toute la durée du mandat affirmer que la dette et les impôts de la commune avaient diminué, voilà un premier aveu qui doit laisser pantois tous les gogos qui ont cru à la parole du premier magistrat.

Le meilleur restait à venir. Le maire a affirmé ramener la dette à 20 millions d’euros dans le courant du seul exercice 2014. Il compte donc rembourser 12 millions d’euros en une seule année! Quand on sait que bon an mal an, la commune arrive à rembourser 2 millions d’euros on se demande bien comment elle pourra multiplier par six le rythme d’apurement de la dette. Le maire devrait se souvenir que « l’insincérité des chiffres » est une faute grave punie par la loi.

La dette que prétend laisser Christian Teyssèdre en fin 2014, n’est rien d’autre qu’une incantation qui en rappelle une autre, celle de l’inversion de la courbe du chômage. Certes il s’agit d’un autre sujet et d’une autre dimension mais la promesse socialiste des lendemains qui chantent applique ici et là les même méthodes. Pour l’immédiat les seuls chiffres crédibles sont, pour le chômage ceux publiés par l’INSEE en augmentation de 5.7% et pour la dette communales ceux du 31 décembre 2013, soit 32 millions d’euros. En augmentation de 52% par rapport à celle du 31 décembre 2007.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :