Rodez : Yves Censi présente sa liste et propose aux ruthénois un avenir raisonné pour la ville

Vendredi 10 janvier, Yves Censi a présenté à la presse les grandes lignes du projet que portera son équipe aux prochaines élections municipales à Rodez.

Il s’est d’abord félicité d’avoir pu réaliser l’union la plus large des formations politiques de la droite (UMP), du centre (UDI) et des diverses formations telles le parti Chrétien démocrate ou Debout la République. La liste fait appel à l’expérience tout en laissant une grande place au renouvellement. Elle est largement ouverte sur la société civile avec des femmes et des hommes d’horizons très différents. Cette liste de 23 noms est volontairement non fermée ; l’intégralité de celle-ci sera publiée courant février. « Je suis très fier de cette liste de renouvellement avec des gens qui ont de vraies compétences et qui ont tous des engagements économiques ou associatifs » a déclaré Yves Censi.

Ce dernier souhaite mettre les valeurs au centre de la vie municipale et « rétablir l’image du 1er magistrat de la Rodez autour d’une valeur centrale qui est la vérité, loin de la propagande effrénée de l’équipe municipale actuelle ». Cela passe par « le rétablissement de la démocratie participative avec la réactivation des comités de quartier », quelque peu délaissés durant le mandat actuel, même si à l’approche des élections, la municipalité socialiste tente de donner l’illusion d’un embryon de fonctionnement.

Yves Censi a aussi insisté sur la nécessité de rétablir certains principes de gestion car « gérer une municipalité n’est pas un concours de dépenses. Se vanter de dépenser l’argent des ruthénois ne fait pas une politique ». Le niveau de la dette atteint par la ville et l’agglomération en 6 ans est très alarmant. Par rapport à l’année 2007, dernière année de gestion de l’équipe précédente, la dette de la ville a augmenté de prés de 50% et celle de l’agglomération du Grand Rodez de plus de 80%.

En dépit d’une situation financière très tendue, Yves Censi s’engage très clairement sur « la stabilité fiscale que nous tiendrons » grâce notamment à une gestion rigoureuse et des investissements faisant à la fois appel aux financements publics et privés. Ce à quoi s’est refusée l’actuelle municipalité et qui « aurait permis d’économiser plus de 10 millions d’euros au profit des contribuables ruthénois », évoquant la construction du multiplexe de cinéma et le parking du foirail. Rappelons que ces deux chantiers dont personne ne conteste la réalisation, ont coûté à eux seuls la bagatelle de 20 millions d’euros, entièrement financés par la ville de Rodez et ce, sans la moindre subvention ou financement de l’agglomération du Grand Rodez alors qu’il s’agit d’un équipement qui profite très largement à toute l’agglomération et bien au-delà.

A ce propos, Yves Censi n’a pas manqué de rappeler que si les importants travaux menés par la précédente municipalité avaient été financés exclusivement avec l’argent des ruthénois, Rodez serait aujourd’hui ruinée.

S’il est élu, il s’engage à restituer l’intégralité de l’indemnité de maire et réduire l’indemnité perçue par les adjoints de 10%. La somme sera annuellement réaffectée  à des œuvres sociales de la ville.

S’agissant de l’agglomération du Grand Rodez, il a regretté le mode de fonctionnement conflictuel du maire de Rodez et président de l’agglomération du Grand Rodez, qu’il s’agisse des autres maires de l’agglomération dont certains appartiennent à son propre camp politique, du Conseil général et même du Conseil régional. Les rapports parfois très tendus entre certains élus et les collectivités partenaires nuisent gravement au bon fonctionnement de l’agglomération et à son développement. Cette dernière doit pouvoir se développer et jouer pleinement son rôle de véritable capitale du sud Massif Central.

La priorité sera donnée à l’aménagement des chantiers importants pour la ville et laissés à l’abandon par l’équipe actuelle. Cela passe notamment par l’aménagement de Combarel, la requalification de la rue Béteille, l’aménagement de la place et du parking Foch aujourd’hui en très mauvais état, l’îlot Bonald, le campus universitaire à Burloup, sans oublier les complexes dossiers d’aménagement de la rocade, d’accès à la ville, du plan de déplacements urbains et du stationnement en général.

Yves Censi entend travailler pour Rodez sur la base d’un « avenir raisonné », fondé sur des priorités clairement identifiées. Trois grands axes de développements structurants seront développés : la santé en s’appuyant sur l’hôpital Jacques Puel, le pôle universitaire et la formation ainsi que le pôle culturel et touristique. Dans ce dernier domaine, le but avoué pour Rodez est de capter rapidement une partie des 11 millions de nuitées enregistrées annuellement sur le département, sachant que Rodez n’en reçoit actuellement qu’à peine 3%. Une belle marge de progression à exploiter.

Tout un programme qui devrait à terme permettre à Rodez de s’imposer comme la véritable capitale du sud Massif Central et aux ruthénois de profiter au mieux de leur ville et de la qualité de vie apportée par ces nouveaux  aménagements.

Voici la liste telle que publiée le 10 janvier, étant précisé que l’ordre repose sur un classement alphabétique qui ne préjuge en rien de ce qu’il sera réellement :

  • Yves Censi, député
  • Corinne Andrieu-Herrera, formatrice
  • Nathalie Auguy-Perié, enseignante et maire de Saint Côme d’Olt
  • Marie-Anne Vidal-Chancelier, directrice IME des Cardabelles
  • Delphine Desbois, agent ERDF
  • Marie-Claude Germane, artisan
  • Caroline Gil, libraire
  • Sophie Lucas, ingénieur agronome
  • Anne-Sophie Monestier, avocat et conseillère régionale
  • Isabelle Sudre, juriste et administratrice de la CAF
  • Régine Taussat, conseillère municipale d’opposition, ancien maire adjointe
  • Louis Videira, assistant d’éducation
  • Christian Verdier, chef d’entreprise
  • Claude Verdu, kinésithérapeute
  • Pierre-Marie Puech, chef d’établissement scolaire
  • Eric Mazetti, commerçant
  • Ulysse Lacombe, chef d’entreprise
  • Jacques Garric, retraité
  • Joseph Donore, inspecteur des finances publiques
  • Frédéric Domenge, secrétaire général adjoint d’une organisation professionnelle
  • Maximilien de Boussiers, étudiant
  • Claude Cros, cadre commercial retraité
  • Bruno Astoul, technicien de tourisme

Cette première liste devrait être complétée prochainement.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :