Aveyron : l’absurde projet gouvernemental de redécoupage cantonal contesté par la majorité du Conseil général (2)

Le Conseil général de l’Aveyron, comme de nombreux autres départements de France, a reçu ces derniers jours notification du projet de redécoupage cantonal.

Ce redécoupage cantonal résulte de la loi n°2013-403 du 17 mai 2013 relative à l’élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, modifiant le calendrier électoral refond les modalités d’organisation des scrutins municipaux, intercommunaux et départementaux. (JO du 18 mai 2013)

Elle abroge les dispositions de la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales mise en place par le président Nicolas Sarkozy qui avaient créé le conseiller territorial. Elle proroge d’un an le mandat des conseillers généraux, des conseillers régionaux afin que ces élections aient lieu en mars 2015 par renouvellement intégral. A cette date, les conseillers généraux, rebaptisés conseillers départementaux, seront élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Deux conseillers départementaux seront élus dans chaque canton, au scrutin majoritaire à deux tours. Les candidats se présenteront devant le suffrage constitués en binôme. Chaque binôme devra être composé d’une femme et d’un homme.

Ce redécoupage divise par deux le nombre de cantons en mettant directement à mal nombreuses intercommunalités du département, réparties sur des cantons très différents et sans point commun alors qu’il faudrait aujourd’hui les conforter et non les affaiblir. A cet égard, l’éclatement de l’agglomération du Grand Rodez, composée de seulement 8 communes pour 55 000 habitants sur  6 cantons, dont deux totalement extérieurs au périmètre de l’agglomération (Causse-Comtal et Vallon) est une pure hérésie. En l’état, le projet gouvernement favorise l’éclatement de la principale agglomération du département à un moment où elle n’en a pas besoin. Belle œuvre de destruction orchestrée par le gouvernement socialiste.

Cette réforme est d’autant plus incompréhensible que s’il devrait y avoir deux fois moins de cantons en France, il y aura toujours autant d’élus puisque la loi prévoit l’élection de deux conseillers départementaux par canton.

En Aveyron, au lieu des 46 cantons actuels, le redécoupage proposé par le  ministère de l’Intérieur propose de les ramener à 23, pour une population moyenne de l’ordre de 12 000 habitants, avec des variations pouvant aller jusqu’à 1.4. Au final, cette réforme extrêmement politique apparaît très en retrait par rapport aux ambitions affichées par le gouvernement précédent visant à rapprocher progressivement le département et la région afin de réduire le fameux millefeuille administratif français.

Au vu du projet de découpage réalisé par quelques technocrates parisiens qui ne connaissent manifestement rien aux réalités locales mais qui, par contre, connaissent fort bien la géographie politique du département, les aveyronnais ne peuvent que pousser des cris d’horreur. Pourquoi saccager ainsi ce département qui avait difficilement trouvé son équilibre au fil des décennies ? Si la réforme devait rester en l’état, comment gérer efficacement un département découpé de manière aussi incohérente et disparate ? Même si le projet publié à ce jour reste volontairement flou, les limites cantonales sont totalement fantaisistes, pour ne pas dire grotesques pour qui connaît quelque peu ce vaste département et les spécificités des nombreux territoires qui le compose.

Point n’est besoin d’être un grand expert pour voir au travers de ce découpage un coup de ciseaux électoral. D’ailleurs, beaucoup d’élus aveyronnais et pas que dans la majorité départementale, en contestent l’arbitraire qui a prévalu dans la délimitation des cantons. Il faut bien l’avouer, tel qu’il est proposé, le projet de redécoupage n’a d’autres visées que politiques. Il vise d’abord à conforter la gauche dans ses positions électorales, avec probablement l’ambition de faire basculer le seul département encore à droite de Midi-Pyrénées. Un vieux rêve de la gauche qui risque fort d’être brisé malgré ce charcutage.

Jean-Claude Luche, le président du Conseil général ne s’y est pas trompé. Mais pouvait-il attendre autre chose d’un gouvernement socialiste aux aboies ? Toujours est-il qu’il est vent debout contre cette réforme telle que proposée : « C’est du charcutage. Je suis très remonté. Comment peut-on méconnaître le département à ce point ? … C’est très préoccupant. »

Le président du Conseil général n’y va pas par quatre chemins. Selon lui : « … Moi je parle de tripatouillage politique. Mais en Aveyron, on ne fonctionne pas comme çà. Alors oui, j’accuse la représentante du gouvernement dans ce département (Mme Escoffier, ministre de la Décentralisation, par ailleurs conseiller général et ancienne sénatrice) d’avoir tenu les ciseaux et d’avoir manqué de respect aux aveyronnais. Je l’accuse de ne pas connaître le département et j’accuse aussi les politiques de gauche de ce département d’être dans la combine politicienne »

Ce dernier se dit déterminé à contester la réforme telle qu’envisagée au travers du redécoupage proposé. Le Conseil général dispose d’un délai de 6 semaines pour formuler des observations, soit jusqu’au 10 janvier prochain. Toutefois, l’avis des élus locaux n’est que consultatif. Le projet sera ensuite soumis par le gouvernement au Conseil d’Etat qui risque cependant de crouler sous les nombreux recours prévus. A cet effet, Jean-Claude Luche ne cache qu’il va mobiliser les forces vives du département pour l’aider dans sa démarche de contestation de la réforme et promet de déposer de très nombreux recours devant le conseil d’Etat.

Voilà une nouvelle réforme qui promet au gouvernement une longue et difficile bataille qui risque d’avoir du mal à aboutir pour les élections prévues en mars 2015. Encore beaucoup d’énergie et de dépenses qui risquent hélas de ne pas servir à grand-chose. A quand les véritables réformes de structures tant attendues et indispensables au renouveau du pays ?

Soutenez la pétition contre la réforme des conseillers départementaux : http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2013N45529

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :