Rodez : Le premier Magistrat

Au mois de Mars 2008, par leurs suffrages, les ruthénois ont confié à Christian Teyssèdre la gestion de leur commune. Depuis, en toute légitimité ce personnage assume la fonction de premier Magistrat de la cité. Qu’en a-t-il fait?

On pourrait répondre à cette question en se limitant à une analyse du bilan de mandat. Je ne suis pas certain qu’un examen objectif soit très favorable au Maire sortant. Quoiqu’il s’en défende, les chiffres qui comme chacun sait sont têtus, affichent une augmentation de la fiscalité proche de 18% en six ans. Dans le même temps, la dette est passée de 19 millions d’euros  à près de 32 millions. Soit une augmentation de 68%, ce qui, outre un record sans précédent dans l’histoire de la ville, limite singulièrement les marges de manœuvre de ses successeurs. Face à ces dérives la question se pose du bien fondé de ces investissements, de leur qualité et de l’amélioration qu’ils apportent à la vie des ruthénois.  Laissons les habitants en juger, en espérant que la sanction tombera en Mars 2014.

Outre l’approche matérielle, la fonction de premier magistrat de la cité comporte également une dimension symbolique que l’on ne saurait ignorer quand se pose la question de savoir ce que Christian Teyssèdre en a fait. Qu’il en soit conscient ou pas le Maire incarne une image de sa ville. On ne lui demande certes pas d’être un parangon de vertu et sa vie privée ne regarde que lui, mais à travers son comportement public s’établit un amalgame entre lui et la cité qu’il administre. Ne dit-on pas que les électeurs ont les élus qu’ils méritent? De même que, depuis de Gaulle jusqu’à Hollande, en passant par tous les Présidents de la cinquième République chacun d’entre eux a incarné une image de la France, le Maire de Rodez incarne une image de sa ville. A en croire la rumeur, celle de Christian Teyssèdre ne fait guère honneur à la cité qu’il administre. Le mensonge érigé en technique de propagande, les colères tonitruantes, le peu de respect accordé à ses agents, le mépris affiché à l’égard de la plupart de ses collègues, composent le portrait peu flatteur d’un homme indigne de sa fonction. L’opinion ne s’y trompe pas, qui l’affuble de surnoms à faire rougir les moins chastes oreilles, par des allusions à une vie privée quelque peu débridée.

Tel est l’homme élu par les ruthénoise et les ruthénois. Il bafoue depuis six ans la fonction de premier magistrat de la cité, ce qui hélas n’améliore pas l’opinion des citoyens à l’égard de leurs élus. Plus grave il détériore l’image d’une ville fondée de longue date sur des valeurs très aveyronnaises, de respect, de sincérité, d’amour du travail bien fait, de sens du devoir, aux antipodes de celles que professent publiquement Christian Teyssèdre.

Tribune libre de RodezNews

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :