France : la 4G débarque enfin à Rodez et passe à la vitesse supérieure au niveau national

La téléphonie mobile a connu diverses normes depuis sa naissance dans les années 1992. Après la 2G (GSM – 9 Kbps), il y a eu successivement la 2.5G (GPRS – 170 Kbps), la 2.75G (EDGE – 384 Kbps), la 3G (UMTS – 1.9 Mbps), la 3G+ (HSDPA – 7 Mbps à 14.4 Mbps), la 3.75G ou H+ /Dual Carrier (HSPA+ 21 Mbps à 42 Mbps) et enfin la 4G (LTE – 300 Mbps) ou le très haut débit mobile qui vient de débarquer en France depuis moins d’un an.

En raison du coût élevé des infrastructures, les opérateurs mobiles Orange, SFR, Bouygues-Télécom et, à un degré moindre Free Mobile, n’ont déployé le très haut débit mobile que très lentement jusqu’à cet été. D’abord limité à quelques quartiers de certaines grandes villes, depuis la rentrée 2013, le déploiement de la 4G a connu un fort développement en France en raison d’une concurrence accrue entre les opérateurs. Ainsi, à fin 2013, Orange et SFR, les deux principaux opérateurs devraient avoir atteint une couverture proche de 40% de la population française, soit nettement plus que les prévisions initiales. Mais le nouveau trublion Bouygues-Télécom fait encore mieux.

Fortement concurrencé par l’arrivée sur le marché de Free Mobile, Bouygues-Télécom, après avoir marqué le coup, a mis les bouchées doubles ces derniers mois en privilégiant le développement de son réseau 4G. Du coup, la 4G de Bouygues-Télécom couvre plus de 63% de la population française début octobre 2013, soit très au-delà de ce que proposent aujourd’hui les autres opérateurs mobiles ; ce qui permet aujourd’hui à l’opérateur de disposer de la meilleure couverture 4G. Un beau coup de pub dont l’opérateur entend profiter pour booster ses parts de marché.

Ce miracle, Bouygues-Télécom le doit à l’Arcep (l’Autorité de régulation des Communications) qui l’a autorisé à utiliser une partie de ses fréquences 2G (1800 Mhz) aujourd’hui peu utilisées, pour les mettre à la norme 4G. Ce qui en quelques mois, lui a permis de déployer à moindre frais et très rapidement un véritable réseau national 4G couvrant plus de 2 000 villes dont de nombreuses villes moyennes. Bouygues-Télécom couvre dés aujourd’hui l’agglomération du Grand Rodez, la seule en Aveyron, à bénéficier d’une couverture 4G.

Pour contrer cette avance, Orange et SFR devraient accélérer leurs investissements en 4G et couvrir à leur tour Rodez dans le courant de l’année 2014. Piqués au vif par leur petit concurrent, ces derniers affirment que la qualité de leur réseau sera meilleure et se félicitent de la condamnation récente de Bouygues-Télécom pour publicité comparative mensongère concernant la couverture de ses concurrents. Dans ces conditions, pas sûr que ce dernier puisse conserver longtemps son avantage pour séduire les consommateurs qui ne sont pas encore couverts en 4G par leur opérateur.

Outre le fait de proposer les forfaits 4G sans engagement les plus compétitifs en terme de rapport prix / quantité de data (29,99 euros/mois pour 3 Go, pour l’entrée de gamme), Bouygues Telecom s’engage dans une politique tarifaire agressive.  Ainsi, l’un des forfaits au tarif de 59.99 euros/mois, proposera le quota le plus élevé data de toutes les offres 4G du marché (16 Go). Les clients grand public ont-ils besoin d’autant de data ? Chez SFR, un forfait 4G avec 5 Go de data est disponible avec certains services associés tels Napster, iCoyote ou Canalplay pour 56,99 euros/mois. Cela suffira-t-il à convaincre les 75% de Français qui déclarent n’envisagent pas de souscrire à une offre 4G ?

Le forfait 4G de base d’Orange (forfait Play 2 Go, avec engagement de 12 mois), est proposé à 30.99 €/mois, comprenant Cloud 100 Go, Deezer Prénium, 70 chaines de TV… Pour SFR, le forfait de base est également de 30.99 €/mois pour 3 Go avec 12 mois d’engagement, avec un service au choix (SFR Presse, iCoyote, Gameloft, CanalPlay, musique,…) et 130 chaines de TV. De nombreux autres forfaits comportant davantage de data sont proposés. D’une manière générale, le tarif 4G sera de l’ordre de 5 € à 10 € plus cher que le forfait 3G+/H+.

De son côté, Free Mobile privilégie le déploiement de son réseau 3G en espérant atteindre au plus vite une couverture nationale, lui évitant ainsi de faire appel au réseau Orange. Il n’en délaisse pas pour autant la 4G, même si le déploiement est beaucoup plus lent que les opérateurs historiques. Free Mobile mise d’abord son propre réseau, quitte à prendre quelques retards dans la 4G où ses concurrents entendent se tailler la part du lion et acquérir au plus vite le plus grand nombre d’abonnés. En attendant, Free Mobile aura toujours la possibilité d’utiliser le réseau 4G de SFR qui s’en engagé à le mettre à sa disposition dans le cadre d’un contrat d’itinérance.

Finalement, les consommateurs ont-ils réellement besoin d’autant de débit ? Alors que la norme H+/DC qui couvre actuellement prés de 70% de la population française, selon les opérateurs, offre un débit compris entre 21 Mbps et 42 Mbps supérieurs à l’ADSL, la 4G/LTE offre des débits comparables à la fibre optique de l’ordre de 100 à 300 Mbps. Voilà qui rend l’ADSL pour le moins obsolète et ringard. N’oublions pas qu’il s’agit là de débits théoriques et que les débits réellement disponibles en H+ ou 4G sont très inférieurs, n’atteignant dans les meilleurs des cas que 30 à 50% du débit maximum et plus généralement 25%, soit entre 25 à 100 Mbps pour la 4G. Ce qui n’est déjà pas si mal et largement suffisant pour la plupart des applications.

Ces très hauts débits mobiles vont permettre des téléchargements beaucoup plus rapides. Ainsi, le chargement d’une photo (2 Mo) qui prenait 6 secondes en 3G+ ne demandera qu’une seule seconde en 4G ; un album Mp3 (50 Mo) qui demande 2 mn en 3G+ prendra seulement 5 secondes en 4G alors que le téléchargement d’un film (700 Mo) qui exige 31 mn en 3G+ ne prendra plus que 55 secondes en 4G.Reste à s’équiper en smartphone compatible avec le réseau 4G pour profiter de ces hauts débits mobiles.

En attendant, à part Rodez couvert par Bouygues-Télécom, le département de l’Aveyron devra attendre un à deux ans de plus pour que les principales villes (Rodez, Millau et Villefranche-de-Rouergue) soient couvertes en 4G par les trois principaux réseaux mobiles.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :