Rodez : Yves Censi confirme qu’il conduira une liste d’union aux élections municipales de mars 2014

Depuis déjà plusieurs mois, le député de la 1ère circonscription de l’Aveyron ne faisait pas mystère de son intention de conduire une large liste d’union de la droite et du centre pour partir à l’assaut de la marie de Rodez. Cette fois-ci, Yves Censi a clairement fait savoir qu’il était prêt à en découdre face au maire sortant, Christian Teyssèdre.

Face aux mensonges permanents du maire socialiste qui, selon lui « ment aux ruthénois », Yves Censi se déclare officiellement candidat à conduire une liste d’union « avec le sens du devoir que lui impose le saccage de Rodez ». A l’instar de ce qui se produit au niveau national avec une importante augmentation des impôts qui impacte l’ensemble de la population,  M. Teyssèdre a sensiblement augmenté les impôts locaux.

De même, nombre d’autres promesses de campagne n’auraient pas été tenues par ce dernier. Il en serait ainsi  du chantier de reconstruction du quartier Combarel, l’ancien hôpital,  qui serait aujourd’hui « quasiment à l’état de jungle », du centre université « au point mort », de l’aménagement du carrefour Saint Eloi et plus généralement de la rocade de Rodez « où pas un mètre supplémentaire n’a été réalisé depuis 2008 ». On le voit, Yves Censi est déterminé à s’engager dans le combat municipal et se montre sans concession vis-à-vis du maire sortant.

Face aux incertitudes croissantes qui planent sur l’avenir de la ville et de l’agglomération de Rodez, Yves Censi n’entend pas rester les bras croisés. Il travaille activement à l’élaboration d’une liste d’union de la droite et du centre (UMP-UDI), ouverte à des personnes non encartées politiquement qui souhaitent s’engager pour promouvoir leur ville et lui donner des perspectives. Pour l’heure, la liste serait faite sans pour autant être bouclée ou fermée. Même s’il n’a donné d’information sur la composition de la liste, il se murmure ces dernières semaines que feraient notamment partie de la liste : Nathalie Auguy-Périé, Anne-Sophie Monestier-Charrié…

Manifestement, les tractations continuent et l’heure de diffuser la composition de la liste n’est pas arrivée. Une chose est sûre, dans le petit landernau ruthénois, la liste qui sera conduite par le député de Rodez et du nord Aveyron suscite une très forte attente au sein de la population. Contrairement à 2008, celle-ci souhaite que le centre-droit ruthénois propose une liste d’union crédible, composée à la fois de gens expérimentés et issus des nouvelles générations, en mesure de porter un projet clair et ambitieux pour assurer le développement de la ville et de son agglomération.

En vue d’emporter l’adhésion des ruthénois, Yves Censi ne manquera pas dévoiler prochainement son projet pour la ville qui devrait s’articuler autour de quelques grandes lignes pour « redonner des perspectives à la ville, faire en sorte que l’agglo retrouve sa place, bannir toute augmentation de la fiscalité locale, désenclaver le centre-ville, mettre en place un véritable plan de déplacements urbains… ». Il s’engage aussi à respecter « un principe de vérité » ; ce qui ne manquera de plaire au ruthénois, habitués à 5 années d’enfumage et de contre-vérités sur la gestion de la ville.

Selon Yves Censi, Christian Teyssèdre «  a perdu tout contact avec la réalité » et d’asséner à son adversaire : « Le maire actuel imagine des projets seuls dans son bureau. Il y a un phénomène de bunkérisation d’une personne qui ne supporte pas des avis contraire aux siens. »

Des propos que ne peuvent contester certains élus de la propre liste du maire sortant qui, au cours du mandat, pour avoir osé formuler de justes observations ou remarques, se sont vus fermement opposer une fin de non recevoir, sans parler des agressions verbales auxquelles ils ont du faire face. Outre le fait qu’une telle attitude de la part d’un maire est peu respectueuse de la démocratie locale et des règles élémentaires de savoir-vivre, elle dénote une dérive autoritaire peu compatible avec une bonne gestion de l’intérêt public en général.

Car contrairement à ce que laisse entendre M. Teyssèdre à qui veut l’entendre, le bilan de 5 années de gestion par la gauche est loin d’être satisfaisant à bien des égards. Qu’il s’agisse des nombreux chantiers importants qui sont aujourd’hui bloqués, de l’absence de véritable projet global et cohérent pour la ville, de la baisse d’attractivité du centre-ville, du quasi-blocage du fonctionnement de l’agglomération ou d’une gestion globalement chaotique et peu consensuelle, de la dette en sensible augmentation et bien plus encore, les motifs de mécontentement des ruthénois sont nombreux.

Sans parler d’un contexte politique, économique et social aujourd’hui catastrophique, qui laisse entrevoir un avenir sombre pour les français, après seulement 18 mois de gestion par le parti socialiste. Voilà un handicap supplémentaire que devra affronter le maire de Rodez, comme l’ensemble des maires de gauche.

Dans ce contexte local et national tendu, on comprend que Christian Teyssèdre éprouve quelques difficultés à constituer sa propre liste et à la renouveler. La tache sera pour lui d’autant plus difficile qu’il devrait affronter plusieurs listes concurrentes sur sa gauche, celle du Front de Gauche et probablement d’EELV et/ou des radicaux de gauche, ses alliés d’aujourd’hui au sein du conseil municipal.

La campagne électorale pour la mairie de Rodez ne fait que commencer.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :