France : à peine plus d’un an après son élection, M. Hollande doit faire face aux résultats désastreux de sa politique. Sera-t-il en mesure de rétablir la confiance des français ?

François Hollande, en cette fin de printemps 2013, avec à peine 28% d’opinion favorables, reste au plus bas dans les sondages et ne semble pas en mesure d’inverser durablement la tendance. Jamais aucun président n’avait atteint un tel mécontentement chez ses concitoyens. C’est dire le peu de crédit qu’il inspire aux français.

Les nombreux déplacements et autres émissions télévisées n’y changent strictement rien. Autant dire que pour Hollande, c’est la Bérézina sur toute la ligne. Ainsi, son apparition pourtant soigneusement préparée dans l’émission « Capital » sur M6 dimanche dernier, a été un échec cinglant. Si la célèbre émission de la chaîne a battu un record au cours de la soirée, c’est à la baisse ! En effet, l’audience a été prés de fois inférieure aux meilleurs résultats enregistrés ces dernières années, soit tout bonnement le plus mauvais score. Un bien triste record pour un chef de l’Etat !

Au plan électoral, les résultats ne sont pas meilleurs. Sur 8 élections législatives partielles depuis un an, la gauche a perdu l’intégralité des sièges de députés qu’elle avait emporté en juin 2012. Lors du 1er tour de l’élection législative partielle de Villeneuve-sur-Lot de dimanche dernier, le candidat socialiste a purement et simplement été éliminé du second tour. Autant dire que si des élections nationales avaient lieu aujourd’hui, ni Hollande, ni la gauche n’auraient la majorité. On comprend la décision du gouvernement et des parlementaires socialistes de reporter à plus tard la mise en œuvre de la loi limitant le cumul des mandats car ce serait, à n’en pas douter, de nombreuses élections législatives et sénatoriales partielles qui couteraient purement et simplement la majorité à la gauche dans les deux assemblées. Or, celle-ci n’entend pas abandonner ainsi le pouvoir !

Tout cela parce que François Hollande a trompé les électeurs de bout en bout et qu’il fait aujourd’hui, le plus souvent, l’inverse de ce qu’il avait promis. Plus grave, il s’avère incapable de définir une véritable ligne politique et budgétaire et s’y tenir durablement. L’incohérence et l’inconsistance de sa politique aggrave ainsi chaque jour un peu plus la situation économique, budgétaire et sociale de la France et repousse davantage les perspectives de reprise de la croissance et de l’emploi. Voici qui n’est guère réjouissant.

Les mois qui viennent seront décisifs pour l’avenir de la France et probablement de François Hollande et de son gouvernement eux-mêmes.

Sauront-ils mener les négociations avec les partenaires sociaux pour s’attaquer durablement à la réduction des dépenses publiques et aux indispensables réformes de structures tant attendues : réforme des retraites, remise en cause des régimes spéciaux, réduction de la fonction publique, mise à plat des aides et autres subventions …

Parallèlement, le gouvernement va devoir s’engager sur le difficile chemin d’une baisse des impôts et des charges sociales pour redonner confiance aux entreprises et aux consommateurs afin d’enrayer les dernières augmentations d’impôt qui ont plombé la croissance de la France et miné le moral des français.

L’un des moteurs espéré pour stimuler la croissance, le crédit d’impôt compétitivité en dépit de son coût élevé pour les finances publiques, s’avère être un échec en raison du faible nombre d’entreprises qui y ont eu recours à ce jour. Il faudra donc trouver autre chose pour encourager la croissance indispensable à la création d’emplois. Quant aux contrats de génération et d’avenir proposés, les objectifs de création d’emplois sont aujourd’hui très loin d’être atteints.

N’en déplaise au chef de l’Etat, ce n’est pas en 2013 que la situation va s’arranger sur le front de l’emploi. Le coût politique d’un tel échec risque d’être très élevé pour la gauche à un moment où certaines formations politiques et syndicales, très marquées à gauche, vont engager de vastes opérations de mobilisation contre la politique du gouvernement qui n’a pourtant pas encore commencé à mettre en œuvre les réformes les plus délicates. Après un printemps froid et pluvieux, voilà qui promet un automne très chaud en France.

Hollande et son gouvernement auront-ils le courage et l’envergure nécessaire à la mise en œuvre des véritables réformes dont la France à besoin pour sortir de l’impasse actuelle ?

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :