Rodez : à l’approche des élections municipales, ChristianTeyssèdre ne supporte plus la moindre critique à l’encontre de son bilan (1)

Le conseil municipal de Rodez du 25 mars 2013, a débuté par une attaque en règle de M. Teyssèdre contre le député Yves Censi, en réaction à des propos tenus par ce dernier dans la presse ces derniers jours. A défaut d’un ordre du jour consistant, le maire de Rodez a une nouvelle fois utilisé la tribune offerte par la réunion du conseil municipal pour attaquer l’un de ses opposants et le menacer de poursuites. Il s’agit là d’une pratique habituelle de M. Teyssèdre qui ne supporte pas la moindre critique à l’encontre de son bilan ; preuve qu’il n’est pas aussi bon qu’il le prétend.

Quelques jours avant, Yves Censi, député de la 1ère circonscription de l’Aveyron, par ailleurs candidat aux prochaines élections municipales à Rodez, avait dénoncé dans la presse locale un bilan calamiteux de la gauche à Rodez et notamment le manque de crédibilité de M. Teyssèdre, une augmentation de la taxe d’habitation, des investissements relatifs à l’agglomération financés par la seule ville de Rodez, une augmentation sensible de la dette et plus généralement un fonctionnement municipal peu démocratique.

Comme il en a l’habitude, dés que quelqu’un ose mettre en cause son bilan, M. Teyssèdre s’est lancé dans une diatribe sans fin avec ses habituels délires verbaux. Tout d’abord, il conteste qu’il y ait eu une augmentation de la taxe d’habitation depuis son arrivée en 2008, accusant au passage la municipalité sortante d’avoir augmenté cette même taxe d’habitation de 68% en 30 ans, pas moins ! Vraiment, M. Teyssèdre n’a peur de rien. Il est vrai qu’il est bien placé pour savoir que plus c’est gros, plus çà passe !

Le maire de Rodez, on le sait, a l’art de « balancer » des chiffres extravagants en se gardant bien d’en préciser la source et les modalités de chiffrage. En ce domaine, comme dans d’autres, la réalité est pourtant toute autre. S’il est vrai que jusqu’en 2002, la ville avait connu quelques augmentations des taux de la taxe d’habitation, c’était en raison même des spécificités de Rodez qui disposait alors de faibles ressources provenant de la taxe professionnelle et qui n’avait alors d’autres moyens que de procéder à des augmentations pour financer son développement, comme bien d’autre villes. De 2002 à 2007, le taux de la taxe d’habitation à Rodez était de 18.13%, taux ramené à 15.79% après intégration de l’abattement général à la base (seul taux comparable à la plupart des villes ne disposant pas de cet abattement). Ce taux se trouvait en 2008 dans la stricte moyenne des villes comparables de la région, soit nettement au-dessous de nombreuses villes comparables : Castres, Tarbes, Auch, Agen, Aurillac, Alés ou Le Puy-en-Velay…

Prétendre que la municipalité précédente avait augmenté de 68% la taxe d’habitation est donc purement mensonger.

Depuis son arrivée à la mairie de Rodez, M. Teyssèdre persiste à affirmer qu’il a baissé de 1% par an le taux de la taxe d’habitation. C’est si peu que beaucoup de contribuables n’y ont rien vu. Et pour cause, pour nombre de ruthénois, la cotisation de taxe d’habitation a plutôt augmenté régulièrement depuis 2008. Selon le maire, cette augmentation de cotisation ne lui serait pas imputable et résulterait simplement de la revalorisation annuelle des bases d’imposition de l’ordre de 1.5% à 2.1% par l’Etat. A l’entendre, il n’y aurait pas eu d’augmentation. Il s’agirait d’une simple manipulation du député qui laisserait ainsi entendre que cette augmentation lui serait imputable. Sur ce point, il est intéressant de rappeler que ce même Teyssèdre, lorsqu’il était dans l’opposition, accusait régulièrement  la majorité d’alors d’augmenter les impôts et la taxe d’habitation notamment en prenant en compte dans ses calculs cette revalorisation annuelle des bases d’imposition ! Probablement l’a-t-il oublié aujourd’hui !

Pour en terminer avec la taxe d’habitation, rappelons que le candidat Teyssèdre avait promis une baisse de la cotisation de la taxe d’habitation entre 2008 et 2014. Or, d’une part, la modeste baisse de 1% par an des taux d’imposition a été largement neutralisée par la revalorisation annuelle des bases d’imposition de l’ordre de 2%. D’autre part, le maire de Rodez omet de prendre en compte l’impact lié à la réduction de 5% votée en 2009 par son équipe, de l’abattement général à la base applicable à tous les foyers (abattement ramené de 15% à 10% seulement). Cette réduction de l’abattement général à la base s’est traduite pour les bénéficiaires (prés de 50% des contribuables) par une augmentation à due concurrence de 5% de la cotisation depuis lors, et ce, tous les ans.

Dans ces conditions, n’en déplaise à M. Teyssèdre, pour une majorité de contribuables ruthénois, le plafonnement à 10% de l’abattement général à la base (au lieu de 15% auparavant) a eu pour conséquence une augmentation sensible de la cotisation de taxe d’habitation ; et ce, en dépit de l’instauration d’un abattement pour handicapés d’une portée limitée. Là est la stricte réalité. Au final, même après neutralisation de la revalorisation des valeurs locatives, pour de nombreux ruthénois, il n’y a pas eu de baisse de la cotisation de taxe d’habitation mais bel et bien une augmentation.

Encore du vent et toujours du vent. Il est vrai que M. Teyssèdre est un expert dans l’enfumage !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :