France : le pays champion du monde de la consommation de médicaments est aussi le 3ème marché mondial que se disputent les grands laboratoires (2)

« Le guide des 4 000 médicaments, utiles, inutiles ou dangereux » publié à l’initiative des professeurs Philippe Even et Bernard Debré, est paru début octobre aux éditions Cherche Midi. Il figure d’ores et déjà parmi les meilleures ventes en librairie de France, preuve que le livre répond à certaines interrogations du grand-public.

Ces personnalités reconnues du monde médical (le premier est l’ancien doyen de la faculté de médecine  Necker et président de l’institut du même nom, tandis que le second est vice-président de l’institut Necker et membre du Comité national d’éthique pour la recherche et les sciences de la vie), tirent le signal d’alarme sur la prescription excessive, pour ne pas dire abusive, de médicaments en France, les risques que cela entraîne pour la santé, l’énorme pression des laboratoires pharmaceutiques et le surcoût généré pour la collectivité toute entière.

Avec seulement 65 millions d’habitants, la France est le 3ème marché mondial du médicament avec 5.9% du marché, derrière les USA (44%) et le Japon (11.60%), a égalité avec l’Allemagne (85 millions d’habitants), mais très loin devant la Chine 3.7%, l’Italie 3.20%, l’Espagne 3% et le Royaume-Uni 2.90%. Pour autant, des pays comme le Royaume-Uni, l’Italie ou l’Espagne ne sont pas plus mal soignés que la France qui consacre un budget de 35 milliards d’euros aux médicaments, contre moins de 20 milliards pour chacun de ces derniers pays.

Le marché français du médicament est largement dominé par les laboratoires étrangers. Les laboratoires français contrôlent 38% du marché local, dont 26% pour Sanofi. Les laboratoires américains représentent 25% (9% pour Pfizer-Wyeth ; 7% pour MSD-Shering ; 5% pour Janssen-Cilag et 4% pour Eli Lilly, BMS, Abbott) ; les anglais 12% (6% pour Astra-Zeneca et 6% pour GSK Glaxo-SmithKline), les suisses 11% avec Roche, Novartis, Sandoz, Ciba-Geigy) et les allemands 8% (Bayer, Boehringer, Merck).

Les principaux laboratoires mondiaux sont (CA en milliards de dollars): Pfizer (58 G$), Novartis (50 G$), Roche (39 G$), MSD (46 G$), GSK (40 G$), Astra-Zeneca (33 G$), Sanofi (30 G$), Eli Lilly (23 D$)…  Malgré les profits en forte hausse, depuis 20 ans, les laboratoires ont découvert l’un des plus faibles nombres de nouvelles molécules ; preuve que les profits ont été privilégiés aux investissements. Par contre, les prix des médicaments en France, y compris les génériques, ont connus une très forte augmentation alors que leur efficacité était parfois nulle et qu’ils continuaient à être remboursés à 100%.

La surconsommation de médicaments est une réalité bien française, même si la consommation tend à se stabiliser ces dernières années. En moyenne, les français consomment 3.7 comprimés par jour, soit 48 boîtes par an (prés d’une par semaine). Selon la classe de médicaments, la France est par habitant, championne d’Europe entre 2003 et 2011 dans toutes les catégories.

Les médicaments les plus vendus en France en 2010 : n° 1 : Tahor (Pfizer) cholestérol avec 485 M€, n° 2 : Avastin (Roche) cancer avec 390 M€, Inexium (Astra-Zeneca) reflux pour 330 M€, Seritide (GSK) asthme pour 305 M€, Crestor (Astra-Zeneca) anti-cholestérol pour 285 M€, Humira (Abbott) polyarthrite avec 270 M€, Enbrel (Wyeth) polyarthrite pour 260 M€, Herceptine  (Roche) cancer du sein pour 240 M€, Remicade (Shering) polyathrite pour 230 M€, Mabthera (Roche) lymphomes pour 220 M€, Taxotère (Sanofi) cancers pour 210 M€, Doliprane  (Sanofi) analgésique pour 205 M€, Plavix  (Sanofi) antiagrégant pour 205 M€, Glivec (Novartis) leucémie pour 190 M€, Lovenox (Sanofi) anti-thrombose pour 185 M€….

Parmi ces derniers, nombre parmi les plus importants sont prescrits alors qu’aucune indication médicale ne le recommande, bien au contraire.

  • IMPORTANT : Les présentes données sont communiquées à titre d’information et ne peuvent en aucun cas constituer des recommandations médicales. Elles sont extraites du « guide des 4 000 médicaments » des professeurs Philippe Even et Bernard Debré paru en octobre 2012 aux éditions Cherche Midi. Il est rappelé que toute prescription de médicament  doit être impérativement réalisée par un professionnel de santé.
Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :