France : un sommet social alibi, sans aucune décision permettant de renouer avec la croissance et l’emploi mais avec une hausse de la CSG

Les 8 et 9 juillet 2012, comme l’avait annoncé le candidat Hollande, une grande conférence sociale s’est tenue  à Paris

Que reste-t-il aujourd’hui de cette manifestation pourtant saluée par les syndicats, qui représentent, il est vrai moins de 10% des l’ensemble des salariés du public et du privé ? Au cours de cette grande messe qui se voulait consensuelle, François Hollande a reconnu que le coût du travail en France était un frein à cette compétitivité. On est heureux de l’entendre mais on préférerait les actes. A défaut de réponses concrètes sur le fond du dossier (on s’y attendait un peu ; le gouvernement ayant refusé de discuter de la mise en place d’accords de branche sur la compétitivité et l’emploi), une proposition a semble-t-il émergé de ces deux jours de conclave : une hausse de la contribution sociale généralisée plutôt que de réelles réformes du système social.

La CSG aurait l’avantage d’être un des impôts les plus efficaces, car il touche l’ensemble des revenus du travail et du capital. Ce serait aussi un impôt « invisible » pour les particuliers du fait qu’il est prélevé à la source sur la fiche de paye. Ni vu, ni connu, donc ! On prend vraiment les électeurs pour des imbéciles ! Voilà ce qu’ont finalement accepté les syndicats plutôt que de réformer le marché du travail. Il est vrai qu’avec une augmentation de 1%, ce sont 11 milliards d’euros supplémentaires pour les caisses de l’Etat.

En somme, beaucoup de bruit autour d’un sommet social qui n’a finalement abouti à rien de concret et de social. La seule réelle concrétisation de ce sommet devrait voir le jour à la rentrée 2012 : une augmentation de la CSG. Il est bien plus facile d’augmenter les impôts que de faire des économies dans les dépenses de l’Etat, comme le font pourtant tous les gouvernements européens  responsables.

Au final, plutôt que de toucher l’ensemble des consommateurs, à commencer par les plus aisés en augmentant la TVA, on s’achemine vers une augmentation de la CSG. Finalement, ce sont encore une fois les salariés, à commencer par les plus modestes, qui vont trinquer ainsi que nos chers retraités.

Fallait-il un sommet social pour si peu ? A quand les vrais questions qui se posent à la France : réduction des dépenses publiques, y compris des dépenses sociales, réduction du nombre de fonctionnaires et de la masse salariale publique, assouplissement des conditions de licenciement, mise en place d’accord de branche permettant la prise en compte des réalités, accords compétitivité-emploi…

Fort de la confiance des syndicats, le gouvernement a cédé à l’immobilisme et raté là une occasion historique de moderniser le marché du travail français et renforcer la compétitivité des entreprises françaises, tout en améliorant le dialogue social. Encore une belle occasion perdue qui risque de coûter cher à notre pays. Cette complicité avec le gouvernement, les syndicats risquent de la payer au prix fort.

La rentrée 2012 risque d’être très chaude au vu des augmentations d’impôts et taxes envisagées. Après la fausse augmentation du SMIC de 2% (qui n’est en réalité que de 0.4% au 1er juillet 2012) et qui sera très largement amputée par la remise en cause du régime des heures supplémentaires et l’imposition de celles-ci jusque là exonérées d’impôt sur le revenu, viendra s’ajouter maintenant la hausse de la CSG.

D’autres augmentations pourraient prochainement intervenir pour les consommateurs, outre la probable hausse du gaz, pour aider les opérateurs téléphoniques, ce devrait-être très prochainement la fin de la gratuité des hot-lines (internet, téléphonie mobile) et même de la loi Châtel qui permettait au client d’un opérateur engagé pour une durée de 24 moi, de résilier son abonnement après 12 mois moyennant le paiement d’un quart des sommes dues. Ces avantages acquis après de mémorables luttes par les consommateurs, risquent ainsi de partir en fumée par la volonté du gouvernement socialiste plus soucieux de soutenir les opérateurs téléphoniques qui réalisent encore de belles marges, que les consommateurs.

Où sont la justice et l’équité promis par le gouvernement de M. Ayrault ? Voilà encore une duperie dont les socialistes excellent. En attendant de recevoir l’addition, bonnes vacances quand même !

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :