Rio 2012 : 20 ans après, un coup pour rien

C’est à Rio de Janeiro, l’ancienne capitale du Brésil, que s’est tenu fin juin 2012 un nouveau sommet de la Terre « RIO + 20 » pour célébrer le 20ème anniversaire du 1er Sommet du Développement Durable de la planète de 1992.

Vingt ans après les promesses et les espoirs suscités par le premier sommet de la Terre, nous avons assisté à un nouvel échec. Ce n’est pas l’enthousiasme et la détermination à relever le plus grand défi de l’histoire que nous avons vus, bien au contraire. Une fois de plus, la communauté internationale, y compris l’Europe et la France de François Hollande, se sont contentée du plus petit dénominateur commun. Oublié l’Organisation mondiale de l’environnement et les engagements chiffrés.

La déclaration de Rio + 20, ce n’est en définitive qu’un triste papier sans ambition signant le triomphe d’une époque : celle du consensus mou cher à certains, y compris en France. Les engagements ont été réduits au rang de promesse vague et sans aucun lendemain. Après l’échec du sommet sur le climat de Copenhague en décembre 2009, Rio +  20 sonne le glas des grands-messes internationales. Celles-ci ne sont finalement  rien d’autre qu’un théâtre couteux pour amuser les peuples. L’avenir de l’humanité est bien sombre.

La régulation internationale des crises – financière, climatique, alimentaire – demeure aux abonnés absents, tout simplement parce qu’une partie du monde refuse de remettre en cause ses pratiques et rejette toute idée de régulation au nom de la protection des libertés et de l’indépendante de chacun. Une absurdité qui risque de coûter très cher à l’humanité toute entière.

Ce Rio + 20 n’aura donc pas servi à grand-chose. Et dire qu’en France, il n’y a pas si longtemps, notamment à l’issue du sommet de Copenhague en 2009, certains élus de gauche n’hésitaient pas à critiquer l’inaction du gouvernement français ! 3 ans plus tard alors que les écologistes font partie de la coalition de gauche au pouvoir en France, alors que le sommet de Rio 2012 est un échec total, on n’a pas entendu grand monde à gauche pour s’en émouvoir et le regretter.

« Il est temps d’exploser Les Verts qui ont tué l’écologie » a déclaré récemment Gabriel Cohn-Bendit à Atlantico. Dans un entretien publié dans Libération, son frère Daniel Cohn-Bendit a lâché : « Aujourd’hui, nous incarnons souvent l’insoutenable légèreté de l’arrivisme », en forme de réquisitoire contre la direction des écologistes actuelle. Au moment où le mouvement écologiste devrait être fort pour imposer des changements importants pour faire face au défi du changement climatique, on ne peut que regretter son absence de ce grand débat notamment en France.

Plus d’infos sur le sommet de Rio de Janeiro 2012 :

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :