Europe : David Cameron raille la politique fiscale de François Hollande

En prélude au sommet du G20 à Los Cabos (Mexique), devant un parterre de représentants du monde des affaires, le Premier ministre britannique David Cameron est allé droit au but.

Après avoir critiqué le projet du président français François Hollande de relever le taux d’imposition des contribuables les plus riches, il s’est dit prêt à accueillir les entreprises qui fuiraient l’impôt en France.

« Quand la France instituera un taux de 75% pour la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu, nous déroulerons le tapis rouge et nous accueillerons plus d’entreprises françaises, qui paieront leurs impôts au Royaume-Uni », a déclaré lundi soir  David Cameron, qui devait sans doute songer aux patrons qui s’exileraient de France. « Cela paiera nos services publics et nos écoles », a-t-il ajouté ironiquement, après avoir rappelé qu’il avait abaissé l’imposition des très hauts revenus en Grande-Bretagne.

Alors humour britannique ou simple raillerie à l’encontre du nouveau gouvernement de gauche français ? Probablement les deux à la fois.

Par delà ces déclarations faites devant le monde économique, ces propos ont le mérite de montrer les limites de quelques mesures purement idéologiques que compte mettre en œuvre le président socialiste français. Dans un monde plus ouvert que jamais, y compris au sein de l’Europe, pour conserver son attractivité y compris au plan fiscal, il est impératif de faire converger les politiques fiscales plutôt que d’en accentuer les divergences comme s’apprêtent à le faire la France.

Cruelle coïncidence, le cabinet Ernst & Young vient juste de publier le baromètre annuel des pays les plus attractifs. Il confirme la première place, et de loin, du Royaume-Uni pour le nombre de projets d’investissements étrangers (679), devant l’Allemagne (597), tandis que la France jusqu’alors deuxième du classement, rétrograde à la 3ème place derrière l’Allemagne, avec 540 projets seulement. Preuve s’il en est que le Royaume-Uni peut se permettre, au moins sur ce point, d’ironiser sur le manque d’attractivité des mesures fiscales envisagées par la France.

Alors que le pays traverse une grave crise et qu’il ne sera probablement pas en mesure de respecter les engagements pris en matière de réduction des déficits et de retour à l’équilibre, par simple démagogie politique, le gouvernement français va-t-il se laisser aller à des mesures fiscales allant à contre-courant des réalités de 2012 et de la nécessaire compétitivité et convergence des économies européennes ? Espérons qu’il n’en sera rien et que la raison et le réalisme finiront par l’emporter sur les vieilles idéologies socialistes ! Un peu de courage et de bon sens…

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :