France : à l’approche des élections législatives, Hollande impose par décret le rétablissement partiel de la retraite à 60 ans

Comme promis durant la campagne, le dernier Conseil des ministres du gouvernement socialiste a tranché : la retraite à 60 ans sera rétablie à partir du 1er novembre 2012. La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a présenté les contours d’un décret qui autorisera un départ à la retraite dés 60 ans pour celles et ceux qui ont commencé à travailler avant 20 ans et auront cotisé au moins 41 ou 41.5 années selon leur âge.

Cette décision devrait concerner environ 110 000 personnes, salariés du public comme du privé, et ce dès 2013 pour un coût estimé à 3 milliards d’euros en année pleine. Cette mesure  sera financée exclusivement par l’augmentation des cotisations de retraite des salariés et des employeurs à part égale, soit une augmentation de l’ordre de 0.1 point de cotisation. Au final, compte tenu de l’alourdissement du coût du travail, le montant global de la facture pourrait, à terme, atteindre les 4 à 5 milliards d’euros par an.

Désormais, deux trimestres de chômage pourront être pris en compte dans le calcul des durées de cotisation permettant d’accéder au dispositif « carrière longue » ; ce qui devrait d’améliorer la situation des chômeurs de longue durée. Pour les mères de famille, celles-ci pourront valider deux trimestres de congés maternité qui viendront s’ajouter aux quatre trimestres pouvant déjà être validés au titre des arrêts maladie et/ou des arrêts maternité et/ou des arrêts pour accidents du travail dont peuvent déjà bénéficier tous les assurés….

Enfin, les chômeurs de longue durée proches des 60 ans pourront partir en retraite sans être pénalisés par l’arrêt de versement d’une indemnisation chômage à un âge où ils ont très peu de chance de retrouver un emploi. Le décret qui doit encore être examiné par le Conseil d’État, sera publié au Journal officiel au début de l’été.

Cette mesure sur les retraites est la plus onéreuse prise jusqu’ici par le nouvel exécutif du président Hollande, un mois après son entrée en fonction. Pas sûr qu’en ces temps de nécessaire réduction des dépenses publiques, une mesure aussi dispendieuse soit de bon augure. La France se montre ainsi peu rigoureuse et exemplaire au moment où l’on attend d’elle une stricte discipline budgétaire. Une mesure d’abord électoraliste, prise à la veille des élections législatives, qui s’avère pour le moins risquée alors les marchés ont placé la France sous surveillance.

N’y avait-il pas de mesures plus urgentes et importantes à prendre pour sortir le pays de la crise actuelle ? Probablement, mais elles n’auraient pas eu le même impact électoral ! Espérons qu’après les élections, le nouveau gouvernement sorti des urnes aura le courage de s’attaquer à la maîtrise des dépenses publiques. Il y va de l’avenir de la France et probablement de toute l’Europe.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :