Birmanie : avec l’élection de Aung San Suu Kyi, l’espoir d’une fin prochaine de la dictature

Bien que partielles avec 44 sièges renouvelables sur un total de  445, les premières élections législatives démocratiques depuis plus de 25 ans ont eu lieu ce dimanche 1 avril en Birmanie (Myanmar en birman).

Aung San Suu Kyi, la « Dame de Rangoon » et célèbre opposante à la dictature birmane, a été élue députée pour la première fois de sa carrière. Selon les estimations, elle aurait recueilli plus de 80% des suffrages. Son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), a obtenu une large victoire dans les circonscriptions renouvelables du pays.

Fille du héros de l’indépendance birmane, le général Aung San, qui fut assassiné alors qu’elle était âgée de deux ans, Aung San Suu Kyi est lauréate du prix Nobel de la paix 1990. La « Dame de Rangoon » avait triomphé aux élections de 1990, mais la junte n’avait jamais reconnu les résultats. Incarcérée à maintes reprises, elle avait refusé de quitter son pays pour rester prés de son peuple, mais loin de son mari et de ses enfants. Elle était encore en résidence surveillée vingt ans plus tard en novembre 2010, lors de législatives boycottées par la LND et qualifiées de mascarade par l’Occident.

Considérée il y a encore deux ans comme l’ennemie publique numéro un par la junte militaire, Aung San Suu Kyi était très largement favorite de ces législatives partielles. « Nous avons attendu ce jour si longtemps. Je suis si heureuse. Je ne peux pas décrire ce que je ressens« , a-t-elle déclaré. Le gouvernement actuel, composé d’anciens militaires réformateurs arrivés au pouvoir il y a un an, tente de démontrer que ses réformes démocratiques en cours justifient la levée progressive des sanctions occidentales qui étranglent l’économie du pays.

Au terme d’un processus de transition non violent et sous contrôle de l’armée, ce nouveau gouvernement avait proposé à Aung San Suu Kyi d’intégrer l’échiquier politique à l’occasion de ces élections partielles. La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton s’est dite satisfaite de cette avancée, tout en restant prudente sur l’évolution politique de la Birmanie. « Nous sommes engagés à soutenir ces efforts de réforme », a déclaré Mme Clinton. « Il est trop tôt pour juger de la signification des progrès réalisés au cours des derniers mois et si ceux-ci se poursuivront« , a-t-elle dit.

Grâce à la ténacité de Aung San Suu Kyi et à l’ouverture du régime actuel, les sanctions économiques occidentales contre le régime birman pourraient être levées progressivement, pour peu que des avancées  démocratiques soient réalisées. Une évolution pleine d’espoir pour l’ensemble de peuple birman si longtemps opprimé.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :