France : le Rafale enfin en passe d’emporter son premier contrat à l’exportation

Ce 31 janvier 2012 sera-t-il le printemps du Rafale ?

Après un certain nombre d’échecs, l’avion de combat de Dassault Aviation vient d’entrer en négociation d’exclusivité pour la fourniture de 126 avions de 4ème génération à l’Inde.  Le Rafale l’a donc emporté dans la dernière ligne droite face à l’Eurofighter Typhoon d’EADS. Ces derniers avaient été sélectionnés face aux appareils américains de Boeing (F18) et Lockeed-Martin (F15), suédois de Saab (Gripen) et russe de Mikoyan-Gourevitch (Mig 35).

En développement depuis plus de 15 ans, le Rafale n’est à ce jour déployé qu’au sein de l’Armée de l’Air française avec 330 appareils et l’Aéronavale avec 60 appareils. La livraison de l’ensemble des appareils à la France se déroulera jusqu’en 2017. Appareil polyvalent contrairement au Typhoon, le Rafale excelle aussi bien dans les missions de sécurité aérienne que d’appui au sol. Il a été régulièrement modernisé et dispose aujourd’hui d’un ensemble de technologies dernier-cri, y compris dans ses systèmes d’armes et de protection qui en font aujourd’hui un appareil redoutable, même face à des concurrents plus récents.

Au plan militaire, le Rafale est aujourd’hui considéré par les experts comme un avion de combat moderne, performant, extrêmement sûr et fiable. Ces capacités opérationnelles ont fait merveille en Afghanistan mais surtout en Libye où il a effectué un nombre considérable d’interventions par toutes conditions, de jour comme de nuit, sans aucun incident notable. Ces états de service ont manifestement constitué un sérieux atout face au Typhoon qui n’a pas encore fait ses preuves sur le champ de bataille.

Ce contrat avec Rafale en Inde est également un succès du gouvernement français et de Nicolas Sarkozy en particulier, qui avait fait un voyage remarqué dans ce pays en 2011 pour soutenir le marché.

En dépit du coût relativement élevé du Rafale par rapport à ses concurrents, l’obtention de ce colossal marché est plutôt de bon augure pour l’industrie aéronautique, de l’armement et de l’ensemble des sous-traitants français. Estimé à environ 10 milliards d’euros, le marché devrait revenir à hauteur d’environ 40% à Dassault Aviation pour l’avionique, pour 22% à  Safran pour les moteurs Snecma et 20% à Thalés pour l’armement et les systèmes de guidage radar. Bien que non encore signé, ce contrat arrive au bon moment pour l’industrie française.

La négociation effective du contrat va s’engager très prochainement avec le soutien total des autorités françaises. Il inclura bien entendu d’importants transferts de technologie garantis par l’Etat français, qui a constitué un élément clef dans la conclusion du contrat. Seuls un dizaine d’appareils seront construits en France, les autres l’étant directement en Inde comme il est de couture pour ce genre de marché. Ce contrat va également générer un tout aussi important contrat lié à la maintenance des appareils pendant plus de 30 ans.

Ce premier contrat à l’exportation pourrait être le prélude à de nouveaux marchés en cours de négociation avec le Brésil, la Suisse, les Emirats Arabes Unis et quelques autres.

Pour l’avion de combat furtif de 5ème génération (F 22 Raptor de Boeing ou F35 Lightning II de Lockeed-Martin), gageons que l’Europe sera enfin capable de s’allier autour d’EADS pour produire un avion performant qui pourra équiper ses armées de l’Air à l’horizon des années 2030. C’est à ce prix qu’elle pourra préserver son industrie aéronautique et de l’armement, ses emplois et son indépendance.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :