France : pourquoi ignorer l’existence de la plus grave crise que traverse notre pays et la zone euro ?

Pendant des mois, certains médias et la plupart des candidats à l’élection présidentielle ont tenté de faire croire à l’opinion que la dégradation de la note AAA de la France par l’une des 3 agences de notation, mettait en cause la mauvaise gestion de la crise par le président de la République : Nicolas Sarkozy. C’est tromper les français sur la réalité et l’origine de la crise de la dette actuelle.

Retour sur les origines. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, la France avait acquis sa note AAA en 1975, l’année même où sont apparus ses premiers déficits à l’origine de sa dette. Ces déficits résultaient principalement de la crise pétrolière de 1973, puis de 1979. Jusque là, rien d’anormal ; tous les pays ayant suivi cette tendance.Pourtant, l’explosion de la dette publique s’est poursuivie dans les années 1980  en raison de l’explosion des déficits sociaux et budgétaires, et ce, malgré des périodes de croissance relativement soutenue. Ce dérapage de la dette s’est poursuivi jusqu’en 2007.

Rappelons au passage que les déficits et la dette de la France avaient dépassé les critères pourtant imposés par le traité de Maastricht aux états membre de la zone euro, à savoir : un déficit public < 3% du PIB et une dette < 80% de ce même PIB. Là est l’origine des problèmes actuels de la zone euro, et non celle de l’euro lui-même qui n’est nullement en cause, bien au contraire.
Alors que la France a traversé prés d’une décennie de croissance, la situation des finances publiques a ainsi continué à se dégrader jusqu’en 2007, à l’aube de la première crise. Cette situation résultait de l’incapacité des gouvernements successifs depuis 1981, de gauche comme de droite, à assainir les finances publiques. Après la crise financière de 2008 qui a conduit les Etats à sauver le système bancaire d’une crise majeure, la situation budgétaire de la France, comme celle de principaux pays de la zone euro, s’est brutalement dégradée. La crise de la dette qui s’en est suivie au sein des pays de la zone euro n’a fait qu’empirer jusqu’en 2011, menaçant certains pays de banqueroute.
C’est à partir de la mi-2011 que des mesures ont été prises par les gouvernements européens pour en limiter l’ampleur et éviter une crise systémique. Que l’on aime ou pas Nicolas Sarkozy, ces deux crises majeures ne peuvent en aucun cas lui être imputées. Au contraire, il est probable que son action en 2008 comme en 2011, a abouti à en atténuer sensiblement les effets négatifs pour la France et les français en général.

La crise de la dette était devenue inévitable dés lors qu’avec la création de l’euro, les critères fixés par le traité de Maastricht qui étaient la condition de la réussite de sa mise en oeuvre, n’ont pas été respectés. Depuis 2002, la France et les pays de l’Europe du sud, contrairement aux pays de l’Europe du nord, ont laissé les finances publiques se dégrader et la dette exploser, sans qu’aucune sanction n’ait été prise à leur encontre comme prévu.

Les difficultés d’aujourd’hui résultent exclusivement des erreurs et du laxisme des gouvernements en place au cours des décennies précédentes. Maintenant, que cela plaise ou non, il va falloir payer l’addition en espérant que nous avons atteint le point culminant de cette crise. Reste maintenant à trouver la bonne clef de répartition et ce n’est pas le plus simple.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :