Europe : la zone euro joue son va-tout lors du sommet du 9 décembre 2011

Ces derniers jours, la presse allemande comme française, semble convaincue que Berlin et Paris sont en discussion avancée pour mettre en place un nouveau Pacte de stabilité entre les six pays notés AAA de la zone euro (Allemagne, France, Pays-Bas, Autriche, Finlande et Luxembourg). Beaucoup plus contraignant que le précédent, il aurait vocation à créer un groupe de pays stables et vertueux, susceptible de redonner confiance aux marchés. Il pourrait également être décidé la mise en place de ces fameuses euro-obligations qui seraient souscrites uniquement par ces mêmes pays notés AAA.

Cette rumeur a dopé les bourses européennes ce lundi 28 novembre, à l’instar du CAC 40 qui a progressé de 5.40% en fin de journée. Pour autant, ces informations ne reposent sur rien de réellement concret. Elles ont d’ailleurs été démenties par Berlin. De son côté, la Commission européenne s’est montrée hostile à la création de ce club des AAA de la zone euro.

A tort ou à raison, ces signaux sont interprétés par les marchés comme la preuve que des décisions imminentes se dessinent à la veille du sommet des ministres des Finances de Bruxelles et à quelques jours d’un sommet européen capital le 9 décembre, où devraient être prises des décisions importantes pour l’avenir de la zone euro.

Cet optimisme soudain est d’autant plus surprenant que de nombreuses mauvaises nouvelles ont été annoncées ces derniers jours : possible dégradation du AAA de tous les pays de la zone euro selon Moddy’s, perspective négative pour le AAA du Royaume-Uni, croissance en berne, voire récession dans la zone euro au 4ème trimestre 2011 selon l’OCDE…

Et si finalement, acculée à la faillite, la zone euro se donnait enfin les moyens de son avenir le 9 décembre prochain ?

Finalement, la création tant attendue d’un noyau dur autour des pays encore notés AAA de la zone euro, dotés d’une politique budgétaire stricte et rigoureuse, d’un fonctionnement de type fédéral et d’une gouvernance unique serait du meilleur effet pour sauver durablement l’euro et éviter la faillite de toute l’Europe. Espérons que cette fois-ci sera la bonne. Une chose est sûre, la voie de la rigueur tracée par l’Allemagne est aujourd’hui la seule porte de sortie. La France va devoir faire preuve de rigueur et respecter ses engagements de retour à l’équilibre d’ici 2017, sous peine de sanctions.

Pour y parvenir, la France va devoir mener une politique stricte de réduction de ses dépenses publiques durant de longues années pour converger avec les pays forts tels l’Allemagne et les Pays-Bas. Election présidentielle ou pas, la France n’a d’autres alternatives pour préserver son avenir, ses emplois, son système de protection sociale et retrouver le chemin de la croissance. Le candidat socialiste aura-t-il le courage de tenir le discours de la vérité face aux électeurs, plutôt que celui de la facilité et de la dépense qui conduirait notre pays à l’échec et l’Europe à l’éclatement ?

Dans le contexte dramatique qui est aujourd’hui celui de la zone euro, espérons que le discours de Nicolas Sarkozy à Toulon ce 1er décembre sera aussi fort que celui prononcé il y a 3 ans, qui avait permis de sauver les banques européennes de la faillite en 2008, sous l’impulsion de la présidence française. Aujourd’hui, les marchés et les citoyens attendent une feuille de route et une refondation de la zone euro. Campagne présidentielle ou pas, le rôle du président français est de gouverner en mettant tout en œuvre pour sauver le pays et l’Europe de la faillite.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :