France : le PS et François Hollande cèdent à la pression électorale d’EELV sur le nucléaire

Depuis le début de la campagne pour les primaires socialistes et jusqu’à ces derniers jours, François Hollande, candidat  à la présidentielle s’était clairement prononcé pour une réduction progressive de la part de l’énergie nucléaire pour revenir à environ 50% d’ici 15 ans contre 75% aujourd’hui, sans pour autant remettre en cause la construction en cours de l’EPR de Flamanville dans la Manche, sensé être beaucoup plus sûr que les générations  précédentes et dont le coût final devrait s’élever à plus de 6 milliards d’euros pour une mise en service prévue en 2016.

Face au diktat d’Eva Joly et EELV concernant l’EPR et le combustible Mox, le parti socialiste et Hollande ont finalement reculé et cédé sur toute la ligne. Cette guerre pré-électorale entre EELV et le PS sur le nucléaire est un véritable coup de bluff politique qui n’augure rien de bon. A ce petit jeu à qui manipule l’autre, la dernière version de l’accord entre EELV et le PS pour tenter de sauver les apparences risque de ne pas tromper grand monde. Mais le prix de cet accord risque d’être très élevé.

Comment peut-on arrêter 24 réacteurs nucléaires en 15 ans sans porter atteinte à l’approvisionnement énergétique de la France et à son indépendance ? Comment peut-on envisager de réduire la part du combustible Mox alors qu’il est indispensable au fonctionnement de plusieurs centrales nucléaires et que l’EPR fonctionnera exclusivement avec ce combustible ? Serait-ce à dire que M. Hollande trompe les français en s’engageant, d’un côté, en faveur de l’EPR mais en le condamnant par ailleurs en raison de l’arrêt progressif de la filière Mox concédé aux écologistes ?

Comment peut-on jouer avec l’avenir énergétique, mais aussi économique et social d’un pays en quelques jours, pour un simple accord électoral visant à garantir l’élection de quelques parlementaires écologistes ? On comprend que les maires de Paris et de Lyon qui vont se voir parachuter quelques candidats écologistes (Duflot et Mérieux notamment) ne voient pas cet accord électoral d’un bon œil.

Voilà une négociation qui ne grandit pas le Parti socialiste et son candidat François Hollande. Quand à EELV, son score à la présidentielle risque bien de ne pas dépasser les 5%. Un bien médiocre résultat pour les écologistes, quelques mois seulement après la catastrophe de Fukushima, qui réduit considérablement leur réelle influence politique au grand dam de nombreux français. Ces derniers attendaient un discours plus ouvert et responsable qui aurait permis de réelles avancées dans la réduction de la part de l’énergie nucléaire, mais aussi et surtout dans le développement des énergies renouvelables, la lutte contre le réchauffement climatique et plus généralement la préservation de l’environnement.

Si un certain consensus semble se dessiner en France pour réduire la part du nucléaire au profit des énergies renouvelables, Mme Joly, EELV et certains socialistes n’ont semble-t-il pas bien intégré le fait qu’il faudra de très longues années et de lourds investissements pour compenser la réduction de la part de l’énergie nucléaire, même à 50%. Au moment où notre pays frise le black-out tous les hivers en raison des pics de consommation d’électricité, sachant qu’il ne pourra plus compter dés 2012, comme par le passé, sur l’importation d’énergie nucléaire d’Allemagne en raison de l’arrêt définitif de certaines centrales outre-Rhin en 2011, n’est-il pas irresponsable de laisser croire que la France pourra se passer du nucléaire et de l’EPR en quelques années, comme elle l’affirme ?

Devrons-nous réouvrir ces bonnes vielles centrales au charbon comme le font nos amis allemands pour compenser la fermeture des centrales nucléaires, en accroissant ainsi nos rejets de CO2 qui sont à l’origine du changement climatique ? Entre l’atome et le charbon, il n’est pas certain que le pire soit le nucléaire. Une fois de plus, se dessine un rendez-vous manqué pour EELV. Nul doute que cet accord précipité et pour le moins ambigüe sur le nucléaire entre le PS et EELV va laisser des traces sur la campagne présidentielle à venir.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :